Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Attentats de Paris : «Les terroristes ? On aurait cru des morts-vivants»

Témoignage impressionnant d'un homme qui a vu les quatre terroristes du Bataclan deux heures avant le drame.

Témoignage impressionnant d'un homme qui a vu les quatre terroristes du Bataclan deux heures avant le drame.

On l'appellera Christophe. A l'autre bout du fil, la voix est lasse, fatiguée. Cela fait deux jours qu'il n'a quasiment pas dormi. Il y a encore quelques heures, il se trouvait au 36 quai des Orfèvres pour raconter son incroyable histoire. Vendredi soir, donc, Christophe se trouve au restaurant Cellar, au 9 rue Crussol, dans le 11 eme arrondissement de Paris à seulement 3 minutes du Bataclan. C'est un habitué des lieux. Le patron est un de ses amis. A 19h35, alors qu'il boit un verre à l'extérieur du restaurant, Christophe voit arriver une Polo noire immatriculée en Belgique: «Ils se sont garés juste devant moi alors qu'il n'y avait pas beaucoup de place. J'ai trouvé ça bizarre. Le conducteur avait du mal à tourner le volant comme s'il savait à peine conduire. Je suis allé les voir pour leur dire qu'ils étaient mal garés. Ils n'ont pas ouvert la fenêtre et m'ont regardé méchamment. On aurait cru des morts-vivants, comme s'ils étaient drogués».

Christophe retourne boire son verre mais observe néanmoins les hommes dans la voiture qui a les feux éteints mais le moteur toujours allumé. «J'ai bien vu le visage du conducteur et celui du passager car ils ont commencé à tapoter sur leur smartphone, ce qui a fait que cela éclairait leur visage. C'est le passager qui a commencé à utiliser son portable. Il était de type européen, portait une barbichette et un cheich. Il était vêtu d'un blouson noir et avait aussi un bandana sur la tête. Le conducteur, lui, était également de type européen, genre reconverti à l'islam.»

Vers 20h15, Christophe voit passer une voiture de police devant le restaurant qui ne semble pas remarquer la Polo noire mal garée. A 21h30, Christophe quitte le restaurant tandis que les quatres hommes de la Polo sont toujours là.

Il a appris que des bombes ont explosé au Stade de France. A 21h40, il tente à plusieurs reprises de joindre la police par téléphone «80 fois au minimum» mais sans réponse.

Quelques minutes plus tard, la nuit cauchemardesque débutait au Bataclan.

SOURCE

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article