Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MAJ du 18/06/2015
 
Eaglefeather

Bonjour,

Je voudrais remettre les choses quelque peu en place, avec le terme « ALERTE ».
Dans ce domaine, comme dans d’autres, ce termes tout comme celui de « menace », ne signifient en rien qu’un « évènement » va se produire, mais bien qu’il est « susceptible de se produire », et selon certaines conditions ou corrélations de conditions !

Jusqu’ici, pour ce qui est de la sismicité, il existe pour les USA trois foyers cruciaux, mais leur niveau d’alerte reste encore modéré. Il s’agit de New Madrid Fault, San Andreas Fault, et Yellowstone.

New Madrid Fault : Sa sismicité est très calme et les magnitudes restent basse dans leur moyenne.

San Andreas Fault : En elle-même, on peut dire que son activité est encore modérée en moyenne. Il ne faut pas non plus écarter qu’elle subit les nombreux mouvements de la plaque Pacifique qui se produisent par intermittence. L’accumulation d’énergie se fait principalement à certains points, d’où les plus violentes secousses, c-à-d, au nord, région Vancouver, Centre région San Francisco, et sud entre Los Angeles et la Baie de Californie. Le plus gros des dangers ne vient pas directement des séismes eux-mêmes, mais de la densité de population et des infrastructures. On parle souvent des normes anti-sismiques, mais elles s’arrêtent qu’aux immeubles hauts, pour le reste, il n’y a rien, nada, conduite de gaz, routes, tunnels n’y sont pas soumis. Et c’est là le plus gros du risque, un immeubles aussi parasismique qu’il puisse-être, une explosion de gaz dans ses fondations, comme dans ses étages, le fera chavirer !

Yellowstone : Jusqu’à présent on peut dire qu’il est resté calme. Ceci dit, depuis la fin 2014 on observe de plus en plus de signes apparents, généralement précurseurs à une éruption, mais les les sismogrammes eux, ne démontrent rien. La vigilance reste néanmoins de mise, on se souviendra du Mont Saint Helen, tous ont minimisé les quelques signes avant-coureurs, avec l’improbabilité trop souvent décrétée par les spécialistes, d’une possible éruption.

En dehors de Yellowstone, le volcanisme se doit d’être surveillé, et de plus en plus, aux States, surtout, le long de la côte Ouest. Par ailleurs, d’autres sites volcaniques sont découverts suite à un programme d’investigations géologiques, mis en route depuis 3 ans et financé par des mécènes privés, qui ne font plus confiance au système et à ceux qui se font graisser la patte par celui-ci pour tout nier. Il ne faut pas perdre de vue que des évènements sismiques se sont récemment produits totalement hors sites reconnus comme tels, et l’exploitation du gaz de schiste n’est pas le seul responsable, mais il y contribue.

Nouvellement, en effet la prospection et l’exploitation par fracturation est à ajouter aux facteurs de risques.
Dans le registre « exploitation », l’exploitation d’hydrocarbure en Mer du Nord, risque fort d’être au banc des accusés, pour mise en danger des populations riveraines, défauts de prévoyance, et dommages environnementaux. Plusieurs anciens sites d’exploitation, se sont révélés instables entraînant un risques accru d’effondrement, pouvant aller jusqu’au déclenchement d’un processus éruptif sur au moins deux sites, le nord du Dogger Bank et le Waddenzee, qui sont deux sites volcaniques.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

 
 
Le Space and Science Research Corporation (SSRC) est le premier organisme de recherche aux États-Unis sur le sujet des changements climatiques liés à une ère de refroidissement global de longue durée. Outre la recherche, son objectif est d'alerter les gouvernements, les médias et les populations sur la nécessité de se préparer à cette nouvelle ère climatique. 
 
Le SSRC croit, ainsi que d'autres scientifiques et géologues, qu'il existe une forte probabilité que les éruptions volcaniques et les tremblements de terre seront plus nombreux en fréquence et en intensité au cours de cette prochaine ère. Tous ces événements catastrophiques seraient le résultat d'un cycle "d''hibernation solaire", soit une réduction spectaculaire de la production d'énergie du Soleil.
 
En date du 8 juin dernier, le SSRC a émis un communiqué de presse sur son site intitulé
"La menace de tremblements de terre et de volcans augmente pour les États-Unis".
 
 
Le 5 juin 2015, une lettre a été envoyée à Craig Fugate, administrateur de la Federal Emergency Management Agency (FEMA), par le PDG du SSRC. Dans cet écrit, on peut lire que:
 
- la probabilité de séismes et d'éruptions volcaniques dans les régions sismiques et volcaniques a augmenté de manière significative;
 
- nous croyons que les États-Unis et tous les pays du monde sont maintenant entrés dans la période la plus dangereuse pour des tremblements de terre catastrophiques et des éruptions volcaniques depuis les derniers deux cents ans;
 
une nouvelle tendance vers l'augmentation du nombre et de l'intensité des tremblements de terre et des volcans à l'échelle mondiale a déjà commencé et génère de graves préoccupations dans le domaine de la géologie;
 
- l'élévation du niveau de menace que nous lançons est intimement liée à une réduction dramatique en cours de la production d'énergie du Soleil (hibernation solaire);
 
- ces périodes sont universellement reconnues au sein de la communauté de la physique solaire. Notre précédente recherche indiquant le début de la prochaine hibernation solaire est maintenant confirmée par la NASA.
 
 
- par conséquent, nous croyons que les zones sismiques et volcaniques à haut risque aux États-Unis, surtout en Californie, en Caroline du Sud et en particulier la zone sismique de New Madrid, peuvent éprouver de grands tremblements de terre ou éruptions volcaniques à tout moment entre maintenant et jusqu'en 2030.
 
 
- dans le cas de la faille de New Madrid, nous montrons que dans chacune des quatre dernières périodes d'hibernation solaire, un tremblement de terre catastrophique a frappé la région. Maintenant qu'une nouvelle hibernation solaire a commencé, nous en appelons à prendre des précautions maximales étant donné la forte probabilité que d'autres tremblements de terre dévastateurs frappent à nouveau la zone sismique de New Madrid.
 
- la fenêtre pour un prochain grand tremblement de terre sur la faille de New Madrid est comprise entre 2017 et 2038.
 
John L. Casey, PDG du SSRC, termine sa lettre en disant:
 
Il est compréhensible que cette lettre puisse être difficile à accepter étant donné l'ampleur du problème et des obstacles que vous rencontrerez d'un point de vue politique et scientifique pour en arriver à prendre une action décisive comme nous vous exhortons à le faire. Toutefois, avant de rejeter ce message, je demande instamment que vous examiniez soigneusement nos recherches, nos conclusions et nos recommandations pour la préparation de ce nous croyons être une période géophysique destructive jamais inégalée.
 
Voici le lien où vous pourrez prendre connaissance de la lettre:

 

Une nouvelle alerte, reste à connaître le niveau de fiabilité réelle de celle-ci… Mais cela irait dans le sens des nombreux mouvements de troupes de ces derniers temps, des commandes et préparations de la Fema, et même dans celui des Walmart « réquisitionnés »… source les M.E

Tag(s) : #USA

Partager cet article