Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement

La prime annuelle des recteurs va fortement augmenter, selon un arrêté du ministère de l'Éducation nationale du 23 décembre.

La ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem. © Aurélien Morissard / Citizenside

Les responsables d'académie voient la part fixe de leur prime annuelle bondir de 40 %, après un arrêté du ministère de l'Éducation nationale publié le 23 décembre dernier, selon Les Échos du 2 janvier. Ce coup de pouce vise à "rectifier une anomalie", assure le ministère de l'Éducation nationale.

La part fixe de la prime annuelle des trente recteurs d'académie est ainsi passée de 15 200 à 25 620 euros, lundi 29 décembre, par un arrêté publié au Journal officiel. Cela représente plus de 40 % d'augmentation pour la part fonctionnelle. À côté, les recteurs peuvent aussi avoir droit à une part variable définie par un arrêté publié en 2010 : "Le montant annuel de référence de la part variable susceptible d'être versée aux recteurs d'académie en fonction de leur manière de servir et des objectifs atteints représente 45 % du montant annuel de la part fonctionnelle."

Ni une fleur ni un cadeau

Cette hausse de plus de 10 000 euros de l'"indemnité de responsabilité" n'est pas du goût de tous. La nouvelle a été accueillie comme un signe de "mépris" par certains syndicats d'enseignants, dont les salaires ont été gelés en 2010 et le seront jusqu'en 2017, rappelle le site de RTL. Le NES-FSU Lille a manifesté son mécontentement dès le 28 décembre sur Twitter. "La prime (revalorisée le 28 décembre) correspond au salaire annuel d'un certifié conseiller principal d'éducation - professeur des écoles au dernier échelon de la hors classe", ont pesté les représentants.

Le gouvernement balaie toute polémique. "Ce n'est ni une fleur ni un cadeau fait aux recteurs. On rectifie une anomalie, car les recteurs gagnaient moins que leurs subordonnés - inspecteurs d'académie et secrétaires généraux", explique l'entourage de la ministre Najat Vallaud-Belkacem interrogé par le journal Les Échos.

SOURCE

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article