Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La plus grande centrale nucléaire française stocke ses rejets radioactifs liquides dans des réservoirs défectueux. Le recours à la sous-traitance par EDF est pointé du doigt.

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a sommé EDF de se conformer à la réglementation à la suite d'une série de défaillances qui illustre le décalage entre le discours rassurant de l'opérateur sur l'entretien de ses installations et l'état réel des équipements à la centrale nucléaire de Gravelines (Nord). La mise en demeure d'EDF par l'ASN est datée du 15 avril 2014 mais a été publiée sur le site internet de l'Autorité seulement ce 7 novembre [1].

« Fuites, perforations », « inétanchéité », « présence de sous-épaisseurs » : voici ce que rapporte l'ASN sur des réservoirs contenant les rejets liquides des six réacteurs nucléaires de Gravelines. Ces réservoirs reçoivent les rejets liquides radioactifs et chimiques de la centrale nucléaire afin de les traiter ou les stocker [2]. La centrale de Gravelines en possède 18, dont le volume total s'élève à 11.000 m³.

« Des risques accrus de rejet incontrôlé »

Le constat dressé par l'ASN dans sa décision écrite de mise en demeure d'EDF est sans appel : « La situation des réservoirs d'effluents de la centrale nucléaire de Gravelines n'est pas conforme à la réglementation et induit des risques accrus de rejet incontrôlé du fait de l'inefficacité de la première ligne de défense contre les fuites ».

Lors d'une inspection à la centrale de Gravelines le 8 octobre 2013, l'Autorité a noté l' « état dégradé » de réservoirs de stockage de rejets radioactifs et chimiques liquides et des « dysfonctionnements » dans leur maintenance [3].

Ainsi un réservoir destiné à contenir des rejets radioactifs liquides, issus du circuit le plus radioactif des réacteurs, a été percé en deux points [4]. En cause : une paroi métallique trop mince par endroits. Afin que le réservoir ne se déchire pas, l'ASN a alors ordonné de ne pas dépasser une limite de remplissage mais EDF a contrevenu à cette consigne. Des fuites ont été observées sur d'autres réservoirs, parfois à plusieurs reprises.

EDF ne surveille pas ses sous-traitants

Dans un courrier adressé à EDF le 22 octobre 2013, l'ASN explique ces détériorations par une maintenance de piètre qualité : « (...) certains réservoirs ne faisaient l'objet de visites pour maintenance que selon une périodicité théorique de 5 ans. » alors que ces visites auraient dû se dérouler tous les trois ans [5].

Mais la première cause de la dégradation des réservoirs est la gestion désinvolte de la sous-traitance par EDF, qui a confirmé « ne pas avoir réalisé ces dernières années de surveillance de ses prestataires dans le domaine du contrôle de ces réservoirs ». L'Autorité ne mâche pas ses mots en ce qui concerne la détérioration du réservoir à destination de rejets radioactifs liquides des circuits primaires : « Les inspecteurs considèrent qu'une maintenance plus rigoureuse par des prestataires correctement surveillés auraient permis de prévenir la dégradation du réservoir. ».

Au sein de la plus grande centrale nucléaire de France, ce n'est plus EDF qui contrôle ses propres équipements mais des sous-traitants livrés à eux-mêmes.

L'ASN a mis en demeure EDF de « remettre en état » les réservoirs défectueux au plus tard en juin 2014 et « de procéder à un examen technique approfondi » sur l'ensemble des réservoirs d'ici décembre 2015. L'Autorité n'a laissé qu'un mois à EDF pour lui présenter une refonte de l'organisation de la maintenance des réservoirs.

Notes :

[1] Décision n°2014-DC-0424

http://www.asn.fr/Reglementer/Bulletin-officiel-de-l-ASN/Decisions-de-l-ASN/Decision-n-2014-DC-0424-de-l-ASN-du-15-avril-2014

[2] Ces réservoirs abritent chacun une radioactivité allant de 500 méga becquerel (MBq) à 1,5 giga becquerel (GBq).

[3] Courrier ASN CODEP-LIL-2013-058499 LD/NL

http://www.asn.fr/content/download/69423/452781/version/1/file/INSSN-LIL-2013-0244.pdf

[4] Il s'agit du circuit primaire.

[5] Courrier ASN CODEP-LIL-2013-058499 LD/NL

http://www.asn.fr/content/download/69423/452781/version/1/file/INSSN-LIL-2013-0244.pdf

 

source via Sott

 

Tag(s) : #NUCLEAIRE