Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le site a mis à jour ses conditions d'utilisation et en a informé ses membres cette semaine. Ce qui a relancé une vague de statuts censés protéger ses données personnelles, mais qui n'ont en fait aucune valeur. 
 
Désolé, les statuts Facebook pour protéger vos données ne valent rien
Des e-mails, des notifications sur le profil, une notice détaillée... Facebook communique tous azimuts ces derniers jours pour informer ses membres des modifications de sa politique de confidentialité prévues pour le 1er janvier 2015. Où l'on apprend, notamment, l'étendue de ce que le réseau social "sait" et "fait" des données qu'il récolte en masse.  

C'est dans ce contexte que circulent, ces derniers jours, de drôles de statuts Facebook. Ces messages sont censés protéger celui qui le diffuse de l'exploitation de ses données. Une promesse qui emballe de nombreux utilisateurs de la plateforme, qui véhiculent le message sous forme de texte ou d'image de profils en profils. Voici, en substance, ce que le texte proclame: 

"En raison du fait que Facebook a choisi d'impliquer un logiciel qui permettra le vol de mes renseignements personnels, je déclare ce qui suit: (...) Par ce communiqué, je dis à Facebook qu'il est strictement interdit de divulguer, copier, distribuer, diffuser, ou de prendre toute autre action contre moi sur la base de ce profil et ou de son contenu (...)." 

A la fin du texte, il est clairement indiqué que celui qui ne partagera pas ce message se fera avoir puisqu'il ne se sera pas protégé: 

"Si vous n'avez pas publié cette déclaration au moins une fois, vous allez tacitement permettre l'utilisation d'éléments tels que vos photos ainsi que les informations contenues dans la mise à jour de profil." 

Un message qui circule depuis des années

Inutile de tourner autour du pot: partager ce message ne protègera absolument pas vos données personnelles. Les messages de ce type existent en fait depuis les premières années de Facebook. L'Express s'était déjà penché sur un post identique, mot pour mot, qui avait circulé en 2012. A l'époque, déjà, le réseau social venait d'annoncer une nouvelle version de ses paramètres de confidentialité... 

En plus d'être ancien, ce discours n'a également aucune valeur juridique. S'inscrire sur Facebook revient à accepter les conditions d'utilisation du site. Ce dernier est tenu de vous informer quand elles évoluent -ce qui est bien le cas en cette fin 2014. L'internaute, lui, n'est pas en mesure de refuser cette évolution. Sauf en quittant purement et simplement le réseau.  

Symptôme des inquiétudes des internautes

Le texte est par ailleurs truffé d'erreurs. Il "fait un amalgame entre les données personnelles et les oeuvres protégées par le droit d'auteur", pointe par exemple le blogueur Lionel Maurel chez Rue89. "Comme si les données personnelles étaient couvertes par le droit d'auteur. Or, ce n'est pas le cas et là aussi, ça pose un problème de validité." 

Inefficace sur le plan juridique, ce phénomène n'est pas forcément inintéressant pour autant. Il a le mérite de montrer que malgré les efforts de Facebook pour informer ses membres, ces derniers sont nombreux à être mal à l'aise avec ses paramètres de confidentialité. Avec derrière, la peur d'être le dindon de la farce



source


 
Tag(s) : #INTERNET - COMMUNICATION

Partager cet article