Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Bien que certains pays ne fêtent pas la nouvelle année le 1er janvier, cet évènement est toujours marqué par diverses festivités dont la plupart se vit en famille ou entre amis. Le Nouvel An est aussi une autre occasion de s’envoyer des cartes de vœux, de s’offrir des cadeaux, de se réunir autour d’un repas copieux…des traditions riches en histoire mais qui varient également d’une nation à une autre.

Torsten Blackwood afp.com

Pourquoi au 1er janvier ?
Initialement, mars était le premier mois de l’ancien calendrier romain. C’est seulement en l’an 46 avant notre ère que janvier fut choisi comme le mois de commencement d’une nouvelle année, par l’empereur romain Jules César. Entre temps, cette date est passée aux oubliettes, d’autres empereurs comme Charlemagne (IXe siècle) décident de marquer le Nouvel an le 25 décembre. En 1622, la date du 1er janvier a été de nouveau choisie comme commencement d’une nouvelle année, sous l’initiative du Pape Grégoire XV, afin de simplifier le calendrier des fêtes religieuses.
31 décembre, la Saint Sylvestre :
Le fait que nous fêtons la Saint Sylvestre le 31 décembre pour marquer le passage à la nouvelle année n’est qu’une pure coïncidence du calendrier grégorien. Pour ce qui est du personnage, Sylvestre était le 33è pape, ayant occupé le trône du Saint-Pierre entre l’an 314-335. Son règne se distinguât par la reconnaissance du christianisme comme religion officielle de l’Empire romain.
Les traditionnels échanges de cadeaux et vœux :
Si les Romains sont à l’origine des échanges des étrennes, l’usage des cartes de vœux nous vient par contre de l’Extreme-Orient. Les Célestiaux usaient de cette tradition, autrefois dénommées cartes de visite. Cependant, chez eux, les cartes étaient de grandes feuilles de papier de riz, dont la dimension variait suivant l’importance du destinataire et au milieu desquelles on écrivait les nom, prénoms et qualités de l’envoyeur.
En France, l’usage des cartes de vœux du Nouvel An est apparu assez tard. Jusqu’au XVIIe siècle, les industriels mettaient à la disposition des clients un gentilhomme qui se chargeait d’aller présenter les compliments à domicile. Puis le gentilhomme fut remplacé par la carte de visite devenue plus tard une carte de vœux, dans laquelle les souhaits d’une année meilleure prospère étaient mis en valeur.
Les festivités pour accueillir le Nouvel An :
Les mets de fêtes varient d’une nation à une autre. Chez nous, nombreux foyers continuent de suivre cette tradition selon laquelle, le jour du Nouvel An, on doit rendre visite aux aînés et réciproquement. Comme d’usage, ces visites sont souvent ponctuées de repas copieux où la viande de porc, signe de richesse et de réussite est à l’honneur. Mais le clou des menus phares reste sûrement le pâté créole que nous dégustons avec un petit verre de liqueur.
Dans la tradition réunionnaise, le pâté se confectionnait essentiellement avec du saindoux et de la viande de porc. De nos jours, plusieurs variantes sont proposées pour émerveiller nos papilles. Il y a la version sucrée avec de la confiture de papaye. En guise de dessert, il y a les fameux petits beignets traditionnels, en forme de serpentin, parfumés à la cardamome et à la vanille.
Pour la Saint Sylvestre, des milliers de Réunionnais choisissent de se rendre sur la plage de l’Ermitage à Saint-Gilles. L’an passé, plus de 10 000 personnes y ont accueilli la nouvelle année.
A l’île Maurice, une vieille tradition que beaucoup pratique encore jusqu’à aujourd’hui, consiste à faire un grand ménage, censé enlever tous les mauvaises augures de l’année précédente, le 31 décembre. Il faut donc que les travaux de ménages soient terminés avant minuit, en prenant soin de laisser devant la porte les poussières qui seront rayées d’un seul trait aux douze coups de minuit. Après ces tâches ménagères, il faut impérativement mettre des habits neufs et se débarrasser des vieux vêtements.
Le jour du Nouvel An, les plats au poisson sont à l’honneur, accompagnés entre autres de grains secs et des légumes. A Maurice, au sein de certaines familles qui gardent encore les vieilles traditions d’antan, la viande, considérée comme impure et pas idéale pour commencer l’année nouvelle, ne figure pas sur le menu du 1er janvier.
En France, certaines régions conservent encore cette tradition qui consiste à servir une grande crêpe lors du petit déjeuner le jour du Nouvel An. Mais le soir de la Saint Sylvestre, il est d’usage de s’approvisionner en champagne et foie gras sans quoi la fête serait assez morose. A Paris et spécialement sur l’avenue des Champs Elysées, les touristes et les parisiens s’embrassent et s’enlacent bouteille de champagne à la main, sous des milliers de cotillons lancés pour célébrer la nouvelle année. Cette année, il n’y aura malheureusement pas de feu d’artifice.

En Espagne, à chacun des 12 coups de minuit, les espagnoles avalent un raisin. Chacun de ces raisins symbolise la chance qui accompagnera les 12 mois de l’année à venir.

En Italie, une très vieille tradition veut que le jour du nouvel an, les enfants offrent à leurs parents et grands parents des oranges.

En Argentine, tout le monde descend dans la rue pour fêter ensemble le nouvel an.
Généralement, partout dans le monde, le 1er janvier est toujours accueilli par des coups de klaxons dans les grandes avenues, des lancements de pétards et feu d’artifices pour les grandes villes. En sommes, des manifestations en liesse où tous nos soucis quotidiens disparaissent en un instant pour laisser place à des ambiances festives. Bonne année à tous !.
source: Linfo.re
Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article