Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vers un contrôle des OGM en Chine


Le texte comporte encore de nombreuses lacunes selon les défenseurs de l’environnement, mais c'est un premier pas. Pour la première fois en effet, le Conseil d’Etat chinois a publié lundi un projet de loi visant à contrôler l’usage des OGM. L’initiative fait suite à un vaste débat dans le pays, l’opinion publique chinoise ayant découvert récemment que du riz génétiquement modifié était arrivé dans les bols.

Pékin entend faire le ménage dans les assiettes. Sous la pression de l’opinion publique et des scandales alimentaires à répétition, les autorités chinoises ont multiplié les campagnes contre la malbouffe ces dernières années ; voici qu’elles s’attaquent aux OGM !

La question n’est plus en effet de savoir ce qui est génétiquement modifié, mais ce qui ne l’est pas encore. 90% de l’huile de soja vendue dans le pays est ainsi fabriqué à partir de grains transgéniques importés des Etats-Unis.

Cela a évidement des conséquences sur les agriculteurs. Plus grand producteur de soja autrefois, la Chine n’a pas pu résister aux grains étrangers. 15 millions de tonnes sont produites dans les pays contre près de 55 millions de tonnes importées des Etats-Unis mais aussi de l’Argentine et du Brésil.

« Le projet de loi vise à interdire l’utilisation non autorisée des aliments génétiquement modifiés » affirmait hier le Global Times. Un titre qui montre tout le flou entourant la question. Théoriquement en effet, la vente de riz et de maïs transgéniques est interdite sur le marché chinois. Stupeur ! Le 30 octobre 2009, du riz OGM est découvert dans un supermarché de Wuhan dans la province du Hubei.


Des grains suspects seront retrouvés également plus tard dans le Fujian à l’Est. L’université d’agriculture de Huangzhong est alors montrée du doigt. Les expérimentations ont fini par sortir du laboratoire et envahir les champs, affirment les écologistes.

Le directeur des projets agricoles et alimentaires de Greenpeace Chine se félicite de ce premier pas : « C’est la première fois, confie Li Feng, que l’Etat chinois s’apprête à légiférer sur les OGM ». Tout en ajoutant, qu’il reste de la route à faire…

Selon Greenpeace, en 20 ans, le gouvernement central a en effet dépensé 30 fois plus dans la recherche sur les OGM, que dans l’agriculture raisonnée et respectueuse de l’écosystème.

Le projet de loi est donc encore à prendre avec des baguettes. Si au moins on savait ce que l’on mange ce serait déjà pas mal affirment les commentateurs. Les huiles de soja importées portent la mention OGM, ce qui est loin d’être le cas pour les autres produits tels que la papaye. Sachant aussi que d’ici à 2030, la Chine devra importer entre 70 millions et 100 millions de tonnes de céréales pour répondre à la demande intérieure.

Auteur : Stéphane Lagarde

Source : www.rfi.fr via "Terre Sacrée"

Tag(s) : #VIE QUOTIDIENNE

Partager cet article