Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le ministère de l'intérieur voulait de la nuance, il se retrouve face à de nombreux candidats en colère. Depuis la publication des listes inscrites aux municipales le 11 mars, les préfectures doivent répondre à de nombreux courriers et coups de téléphone de candidats énervés par la couleur politique qui leur a été attribuée ! « Le traitement des demandes est en cours et l'essentiel de la vague est passée. Mais on se doutait qu'avec le changement de règles, il y aurait une hausse des réclamations », confie un conseiller Place Beauvau.
 
Depuis la modification des règles électorales introduite par les lois organique et ordinaire du 17 mai 2013, le mode de scrutin des villes de 1 000 à 3 500 habitants est calqué sur ce qui était en vigueur pour les communes de plus de 3 500 habitants. 6 559 communes sont concernées par ce changement, qui oblige les listes candidates à respecter la parité mais aussi à déposer en préfecture une déclaration de candidature où il leur est demandé d'inscrire leur couleur politique ou nuance politique, en choisissant dans une liste qui va de l'extrême gauche à l'extrême droite en passant par l'Union de la gauche. Cette obligation avait déjà provoqué la colère de Jacques Pélissard, président de l'Association des maires de France, qui avait écrit à Manuel Valls. « Le nuançage des candidats (...) permet d'apporter à nos concitoyens un éclairage et une information lisible sur les résultats issus des urnes », lui avait répondu le ministre de l'intérieur, qui évoquait une pratique ancienne.
 
DES DIZAINES D'E-MAILS COURROUCÉS
 
La colère vient des attributions « de force » des préfectures, qui classent des listes lorsque celles-ci n'ont pas donné leur nuance ou s'en sont attribué une « de mauvaise foi ». Le Monde a ainsi reçu des dizaines de courriels et de coups de fil de candidats courroucés par la couleur politique qui leur avait été attribuée dans nos pages sur les résultats à venir. Exemples :

« Nous avons remarqué que vous présentez notre liste sous l'étiquette Divers droite. Or, notre liste est composée de citoyens et citoyennes de tous horizons politiques sans adhésion à quelque parti politique. »
 
« Il s'agit avant tout d'une liste citoyenne, avec certes une tête de liste Front de gauche, mais avec également des colistiers de sensibilités différentes et aussi des non encartés ! »

 
Lire : Municipales : des couacs dans l'étiquetage des « sans étiquettes »
 
LES EXPLICATIONS DU MINISTÈRE

La Place Beauvau reconnaît des « approximations ». « Sur les 9 734 communes concernées par cette règle, il y a forcément des approximations. Les candidats qui ne sont pas contents ont jusqu'à vendredi soir pour déposer un recours en préfecture », tempère le ministère de l'intérieur, qui dit ne pas centraliser toutes les demandes de modification et est donc incapable de donner le nombre total de réclamations mais admet une « modification quantitative » des recours par rapport à 2008.

Avec 6 559 communes supplémentaires concernées par la règle, les préfectures, qui sont en première ligne sur ce sujet, semblent parfois débordées. Il leur a fallu d'abord reclasser certaines listes. Et le ministère de citer l'exemple d'un député UMP dont la liste a été classée UMP alors qu'il souhaitait être « Divers ». « Les préfectures peuvent faire ce travail car elles connaissent bien les politiques locaux », défend l'intérieur.

Ensuite, les préfectures doivent aussi attribuer une nuance aux listes qui n'ont pas souhaité en donner ou qui ont eu peur de se retrouver aux côtés du Parti pirate ou du Parti d'en rire dans la nuance « Divers ». Sauf que ce travail de classement paraît plus compliqué, voire hasardeux, quand le candidat et ses colistiers sont peu connus par les services de la préfecture. « Dans ce travail, il y a une inégalité des préfectures. Dans certaines, des agents gardent une bonne mémoire locale de la politique. Dans d'autres moins... », admet le ministère, qui explique que cette mémoire politique locale a beaucoup perdu avec la « fin des renseignements généraux ». Vérifier les couleurs politiques demande aussi du personnel et les suppressions de poste en préfecture ont pu rendre ce travail plus compliqué. « En tout cas, ne voyez aucune malice à ces reclassements », conclut la place Beauvau.

Source

Tag(s) : #POLITIQUE

Partager cet article