Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

les villes souterraines de la FEMA


Hier, nous avons vu des choses bien étranges aux USA : ces accumulations invraisemblables de tombes en plastique dans des endroits disséminés dans tout le pays et appartenant tous à un organisme d’état, la FEMA, pour Federal Emergency Management Agency. L’organisme américain chargé de la gestion des catastrophes naturelles ou non. Un organisme impressionnant par sa taille, et dont vous avez peut-être appris l’existence lors de ses ratés durant l’épisodedésastreux de l’ouragan Katrina en 2005 qui avait ravagé la Louisiane et détruit une bonne partie de la Nouvelle-Orleans. L’organisme est né en pleine guerre froide, sous une forme éclatée, rassemblée en 1979 seulement, et présente bien d’autres aspects inquiétants que je vous propose de voir en détail. Après les camps, place aux villes souterraines. La FEMA, c’est un des grands mystères américains, en définitive.

L’organisme qui a précédé la FEMA, la Reconstruction Finance Corporation, datait de 1930 et s"occupait des désastres en général, en 1934 un organisme supplémentaire le Bureau of Public Roads lui fût ajouté. Alors que de terribles inondations ravageaient le pays, provoquant la création du Flood Control Act, qui permettait déjà à l’armée de diriger des ingénieurs civils en cas de problème majeur. Progressivement, on s’aperçut qu’il fallait étayer tout cela avec des lois : pour permettre de choisir qui des militaires ou des civils, devaient prendre la direction des opérations en cas de désastre majeur. C’est Kennedy lui-même, en pleine crise de Cuba, par exemple, qui avait signé l’ordre 11051, qui prévoyait quoi faire en cas d’attaque nucléaire russe : "Executive Order 11051, signed by President Kennedy on October 2, 1962, states that "national preparedness must be achieved as may be required to deal with increases in international tension with limited war, or with general war including attack upon the United States." Mais dès 1969, un autre ordre a été rajouté : " However, Executive Order 11490, drafted by Gen. George A Lincoln (former director for the Office of Emergency Preparedness, the FPA’s predecessor) and signed by President Nixon in October 1969, tells a different story. EO 11490, which superceded Kennedy’s EO 11051, begins, "Whereas our national security is dependent upon our ability to assure continuity of government, at every level, in any national emergency type situation that might conceivably confront the nation..." Or ce nouvel ordre exécutif était troublant, car on passait alors de l’attaque nucléaire à "any situation"... Vingt ans après, on va s’apercevoir avec effroi du volet "social" de cet ordre 11051.

normal_underground_base2-51ee2.jpg

 

La première fois en effet que la FEMA avait été citée au grand jour, c’était lors des émeutes de Los Angeles de 1992, qui avaient suivi le lynchage de Rodney King par des policiers de la ville , qui venaient tous d’être acquittés. Six jours d’émeutes et une bonne cinquantaine de victimes avaient suivi, ou s’étaient illustrés les Gardes Nationaux, réquisitionnés et mis à disposition... de la FEMA. Le 5 juillet 1987, le Miami Herald avait auparavant publié les nouveaux textes établissant de nouvelles capacités pour la FEMA, destinées à répondre davantage à ce genre de problèmes., justement. Personne n’y avait trop prêté attention : or dedans, il y avait par exemple la possibilité de suspendre la constitution en cas de crise majeure. Une loi sidérante, dont personne n’avait noté l’importance réelle. Les faucons ne datent pas de W.Bush, et chez les dirigeants américains pas mal peuvent être soupçonnés dans les années cinquante et soixante d’être davantage que seulement anti-communistes. Certains seraient bien tentés par un pouvoir fort, qui selon eux éviterait "la décadence" du moment. La façon ont on a vilipendé le "flower power" des hippies est très symptomatique. Tout, sauf le pacifisme. Parmi les cas de crise, on avait discrètement ajouté au classique conflit nucléaire, les émeutes sociales d’opposition, ou une invasion militaire extérieure. Et en ce sens renforcé la construction de camps destinés à contenir les dissidents ou les prisonniers. En cas d’émeutes, les camps s’imposaient d’eux-mêmes.

Les lois nouvelles reprenaient une directive de 1969, à laquelle on en avait ajouté d’autres en 1982, qui avaient donné à la Garde Nationale des prérogatives nouvelles en cas de violences urbaines : "National Security Directive Number 52 issued in August 1982, pertains to the "Use of National Guard Troops to Quell Disturbances". L’homme qui avait conçu les textes n’était pas un inconnu : c’était Olivier North, celui qui sortira lourdement chargé lors de l’affaire des "contras", la vente d’armes aux opposants iraniens de l’époque. Il n’était pas seul : à la tête de la FEMA on trouvait Louis Giuffrida et... le père de G.W. Bush, George Bush lui-mêm e. Giuffrida était un ancien colonel de l’armée (grade obtenu en 1968), devenu spécialiste de la lutte antiterroriste sous Reagan. Sous sa direction, la FEMA s’orienta vers l’organisation de la surveillance des citoyens et la possibilité d’établir une sorte de gouvernement parallèle en cas de conflit grave. Giuffrida rencontra pour cela Edwin Meese, lui aussi provenant des services d’intelligence, devenu en 1969 le secrétaire général de Reagan, alors encore gouverneur de Californie. C’est à lui qu’on doit la répression féroce d’une réunion de protestation étudiante à Berkeley en Californie, devenu le "Bloody Thursday". Déchaîné contre les étudiants protestataires taxés de "communistes", armant les Gardes Nationaux de balles réelles, il avait réclamé l’instauration de l’état d’urgence, alors que le maire de la ville s’y refusait. Une fois Reagan élu, on retrouva Meese comme conseiller gouvernemental... à la sécurité. Spécialiste des coups tordus, il se mouilla alors avec North dans l’histoire que l’on sait, vendant des armes aux iraniens et finançant avec la contre-rebéllion au Nicaragua (les "Contras"). Sous G.W. Bush, on le rappela à la place de Guliani, pressenti au départ, pour établir en 2006 un rapport sur l’Irak, écrit en compagnie de James Baker. A côté d’eux un démocrate peu connu : Léon Panetta, devenu depuis peu chef de la CIA.... le rapport biparti recommandait de déverser des troupes de l’Irak vers l’Afghanistan, exactement ce qui est fait aujourd’hui par Obama. On comprend mieux pourquoi Panetta a été appelé à la tête de l’organisme.

Tout un monde, donc. En 1984, le plan North de la FEMA en cas de problème majeur prenait le nom de "Readiness Exercice", qui prévoyait la création de camps de regroupement des opposants au sein même du pays. "During the Iran Contra hearings in the 1980s, the existence of a plan called Readiness Exercise 84 (Rex 84) was revealed . Rex 84 outlined a plan for concentration camps which would be placed under the operational control of FEMA should martial law need to be implemente". La loi martiale appliquée en cas de problème d’opposition au pouvoir en place : on était loin déjà de la gestion des catastrophes majeures ! L’exercice Rex 84 avait un autre volet assez inattendu : il prévoyait déjà la mise en camps de détention des immigrés mexicains ayant franchi illégalement la frontière. "The Rex 84 Program was originally established on the reasoning that if a "mass exodus" of illegal aliens crossed the Mexican/US border, they would be quickly rounded up and detained in detention centers by FEMA." Le problème n’était pour autant pas encore aussi crucial qu’aujourd’hui, ou un mur a été construit au sud de la Californie. En 2003 sous G.W. Bush, dernière modification de taille : la FEMA est rattachée avec 21 autres agences au Department of Homeland Security, à savoir intègre une gestion globale incluant autant la gestion des catastrophes que la surveillance individuelle : en ce sens, sa boucle initiée par Meese et Giuffrida est bouclée (Giuffida ayant lui terminé sa carrière éjecté de la FEMA, ayant détourné l’argent de l’agence pour se bâtir une maison !).

Deux ans plus tard, l’ouragan Katrina va révéler au monde entier que la FEMA est une gabegie véritable, incapable de prévoir et d’anticiper, la faute il est vrai à un patron totalement incompétent, Mike Brown, avocat de formation choisi par pur copinage par le président Bush et n’ayant jamais eu à traiter de catastrophe auparavant. "Before joining the Bush administration in 2001, Brown had spent a decade as the stewards and judges commissioner of the International Arabian Horse Association". The Washington Post reported earlier this month that the top three FEMA officials had ties to Bush’s 2000 presidential election campaign. Five of eight top FEMA officials had no crisis management experience, the newspaper said." En virant avec fracas Brown juste après, Bush faisait l’économie de faire la même chose avec le directeur du Homeland Security, Michael Chertoff, un homme-clé de son pouvoir dont il ne voulait pas se séparer. Un membre de la FEMA résumait ainsi le problème : "FEMA’s biggest problem is that too few people in the agency are trained to help in emergencies. We have good soldiers but crummy generals ." Voilà qui promettait en effet : sur place les gens étaient compétents mais recevaient des ordres ineptes.

La FEMA avait pendant ces trente dernières années passablement dérivé, passant de la gestion des catastrophes à l’art de juguler des émeutes et d’enfermer les récalcitrants, si besoin dans des camps. Mais ce n’était pas totalement terminé : le 3 mars dernier, Le New York Times jetait un énième pavé dans la mare. Un texte, sobrement intitulé "Authority for Use of Military Force to Combat Terrorist Activities Within the U.S." transmis par William J. Haynes du Defense Department General Counsel à John Woo, l’Assistant de l’Attorney General, et au DOJ Special Counsel de Robert Delahunty. Or le contenu de ce texte se résumait aux pleins pouvoirs pour le président en exercice, rien d’autre : "The essence of this document was to declare that George Bush had the authority (a) to deploy the U.S. military inside the U.S., (b) directed at foreign nationalsand U.S. citizens alike ; (c) unconstrained by any Constitutional limits, including those of the First, Fourth and Fifth Amendments. It was nothing less than an explicit decree that, when it comes to Presidential power, the Bill of Rights was suspended, even on U.S. soil and as applied to U.S. citizens". Depuis huit ans, les américains avaient donc vécu sous un régime au-dessus des lois usuelles : "Over the last eight years, we had a system in place where we pretended that our "laws" were the things enacted out in the open by our Congress and that were set forth by the Constitution. The reality, though, was that our Government secretly vested itself with the power to ignore those public laws, to declare them invalid, and instead, create a whole regimen of secret laws that vested tyrannical, monarchical power in the President. " Un arsenal de textes restés secrets, et un éventail de lieux qui l’étaient tout autant pour diriger le pays en cas de coup de force. A deux doigts de la dictature, voilà où en étaient les USA à l’avènement surprise d’Obama.

Des camps en cas d’émeutes graves, ce à quoi on peut ajouter en effet une bonne soixantaine de quasi-villes souterraines (pour mettre à l’abri les seuls dirigeants !), les américains ne faisant rien dans le détail. Devraient y accéder en priorité en effet le gouvernement, les réserves fédérales d’or, et les documents gouvernementaux. Parmi ces quasi-villes sous terre , l’une d’entre elles avait déjà retenu notre attention lors d’un reportage télévisuel de WSLS-TV ,une filiale virginienne de NBC, assez sidérant où on avait pu apercevoir des clichés de Marylin Monroe enfermés dans des bacs refrigérés, voisinant les résidus et les débris du Wolrd Trade Center (qui n’avaient pas été montrés pour l’occasion !). Les coffres-forts d’état révèlent parfois d’étranges choses. Le secret entretenu à propos du centre de Mount Weather, visible dans le reportage, est tel que le dernier journaliste qui avait alors enquêté dans la ville la plus proche s’était fait rabrouer de partout, les gens ayant été visiblement sévèrement brieffés depuis deux générations pour ne pas piper mot des activités du lieu. FEMA et secret vont en effet parfaitement ensemble. Mount Weather végétait depuis la fin de la guerre froide ou depuis l’ère Reagan : W.Bush l’a entièrement remis à neuf. On connaissait le site depuis le milieu des années 70 pourtant : "In March, 1976, The Progressive Magazine published an astonishing article entitled "The Mysterious Mountain." The author, Richard Pollock, based his investigative report on Senate subcommittee hearings and upon "several off-the-record interviews with officials formerly associated with Mount Weather." His report, and a 1991 article in Time Magazine entitled "Doomsday Hideaway", supply a few compelling hints about what is going on underground".

Le site a toujours existé, depuis plus de cinquante ans maintenant, mais à l’arrivée de W. Bush son activité à soudainement été décuplée. "Following the collapse of the USSR, Mount Weather seemed like an expensive cold-war relic. Then came September 11. News reports noted that “top leaders of Congress were taken to the safety of a secure government facility 75 miles west of Washington” ; another reported “a traffic jam of limos carrying Washington and government license plates. As the phrase “undisclosed location” entered the vernacular, Mount Weather, and a handful of similar installations, flickered back to life. Just two months ago, a disaster-simulation exercise called Forward Challenge ‘06 sent thousands of federal workers to Mount Weather and other sites" nous apprend un site, nous apprenant par la même que la FEMA est à nouveau dans le coup avec un "exercice". Le 11 septembre 2001, toute la montagne semblait en ébullition , rapporte une habitante : At the facility itself, he says, “The Mount Weather guards were not only armed, they had their guns in firing position.” John Staelin, a member of the Clarke County Board of Supervisors, says that on September 11, the county’s 911 line received a call from an agitated local woman. “She said, ‘I wouldn’t have believed it if I hadn’t seen it with my own eyes, but the whole mountain opened up and Air Force One flew in and it closed right up. I wouldn’t have believed it if I hadn’t seen it with my own eyes.’ So they said, ‘Yes, ma’am.’ ”

Ce jour-là, on ne sait pas vraiment où était passé Cheney (il était à la Maison Blanche paraît-il) : mais le troisième homme du pays avait bien été expédié à Mount Weather : "Speaker of the House Dennis Hastert (R ), who is third in line for the presidency, is evacuated from the US Capitol building and flown to a secret underground bunker in Virginia, where he remains until late in the afternoon. [ABC NEWS, 9/11/2001 et ABC NEWS, 9/15/2002 ]" . C’est le poste occupé aujourd’hui par Nancy Pelosi. Le plan de la FEMA sur la "continuité de l’état" (Continuity of Government” -COG-) avait bien été activé. En cas de disparition présidentielle et du vice-président, en 2001, c’est au chef du Congrès des Représentants (en France ce serait Gérard Larcher, le Président du Sénat, chez nous le second homme des institutions). Hastert y avait été déposé par hélicoptère en moins de 20 minutes : il n’y a que 48 miles de route entre la capitale et Mount Weather. Dans l’hélico, il n’était pas seul : "Members of Congress taken to the facility include House Majority Leader Dick Armey (R), House Majority Whip Tom DeLay (R), House Minority Leader Dick Gephardt (D), House Minority Whip David Bonior (D), Senate Majority Leader Tom Daschle (D), Senate Minority Leader Trent Lott (R), Assistant Senate Majority Leader Harry Reid (D), and Senate Minority Whip Don Nickles (R)". En réalité, pour revenir à Cheney, on sait où il aurait pu se cacher en cas de seconde attaque, après le 11 septembre, et ce, depuis hier (le 18 mai) : "Selon la journaliste de Newsweek , Eleanore Clift, le vice-président américain Joe Biden aurait fait une nouvelle gaffe, en révélant, au cours d’un dîner, l’existence et l’emplacement d’un bunker, sous sa résidence officielle, à l’Observatoire naval de Washington. Une information jugée potentiellement classifiée. Ce bunker aurait été construit par son prédécesseur, le républicain Dick Cheney, en décembre 2002 après les attaques du 11 Septembre". On n’est jamais trop prudent, et Biden... toujours aussi gaffeur.

Un autre site est lui à 60 miles de Washington : c’est le site "R" de Fountain Dale, en Pennsylvanie, qui date lui de l’ère Truman. A deux pas du fameux Camp David : "the most famous of the federal "retreats" is Camp David, located in Catoctin Mountain Park, a National Park Service area near Thurmont, Maryland, and only a few miles from Site R, and the Federal Emergency Training Center in Emmitsburg". A deux pas de là un centre de formation un peu spécial : "A few miles from Site R and Camp David, the National Emergency Training Center in Emmitsburg, Maryland, is a training campus for the Federal Emergency Management Agency. The Center was established in 1979, at a 107 acre site originally occupied by St. Joseph’s College,(...) The emphasis is training for civilian emergency professionals, such as fire fighters, and emergency response managers and coordinators. A sample of training course titles includes : "Advanced Radiological Accident Assessment - Post-Plume Phase," "Use of Auto-Injectors by Civilian Emergency Medical Persoonnel to Treat Civilians Exposed to Nerve Agent," and "Mass Fatalities Incident Course." Bigre, voilà qui refroidit. A deux pas encore, un autre "WTC" : "part of the communication infrastructure designed to support the federal government, is the mysterious and extensive complex known as the Warrenton Training Center (WTC), located in rural Virginia. Warrenton’s, Station B, the largest of the four locations that make up the WTC, is a 346 acre communications center operated by the Defense Department, with underground bunkers, of unknown extent, for the protection of federal communications infrastructure and for the personnel assigned to protect it (and possibly for other purposes as well)". Et ce n’est pas tout : reste les communications : "The Olney Federal Support Center, near Laytonville, Maryland, is a communications and data network site, with known and unknown functions. Located at a former Nike missile base, this location consists of a vast field of antennas, with several surface buildings. It is next to a National Guard detachment, and a large landfill, which has helped fuel suspicions that extensive digging has taken place at the site (the disposal of the dirt from secret subterranean excavation projects is always an issue for the builders of these sites, according to some underground researchers). It is known to be part of FEMA’s National Radio System, a high-frequency radio network that links FEMA’s emergency operations centers. Rumors about multiple levels underground have been circulated primarily by UFOlogists and conspiracy theorists." On a bien quelques traces en effet de visibles de ce réseau de Google Earth : ce sont les couloirs de répartition de lignes à haute tension, bien dégagés, et qui semblent bien relier les anciens pas de tir des missiles Nike, transformés en station de conversion de courant. Si c’est le cas, le réseau est... colossal.

A côté encore le bunker du Mount Pony, qui devait recevoit l’argent du Trésor, mais qui ne sert plus : trop cher à entretenir ! "As an example, the Federal Reserve Board had its relocation site in Culpeper, Va., until it was mothballed in July 1992. The 43,000-square-foot radiation-proof bunker was reported stocked with enough freeze-dried food to last 30 days. The new relocation site for the board appropriately remains a mystery." Le site bunker de la réserve fédérale, racheté par une fondation et entièrement remis à neuf depuis, est devenu depui s le National Audiovisual Conservation Center , géré par la célèbre librairie du Congrès.

Le Pentagone possède aussi sa ville enterrée : "For instance, the Pentagon’s safe house is located at a site called Raven Rock in Maryland. This sprawling 716-acre installation lies 650 feet below the surface. The staffers (about 350) go to work via portals in the mountainside. Amenities include shopping, a barbershop, medical clinic, dining, fitness facilities and a chapel." Ce qu’on peut noter d’étonnant, c’est que le jour du 11 septembre, Donald Rumsfeld est présent dans l’aile opposée à celle touchée par l’attentat du Pentagone. Or selon les directives, dès les attentats du WTC, il aurait dû être expédié directement à Raven Rock, en suivant les procédures écrites de longue date. A la moindre attaque du territoire, le Pentagone se retrouve à 650 pieds (200 m !) sous terre ! En 1992, un autre bunker avait été détecté en Virginie toujours : "In May 1992, revelations came to the surface that a large secret government bunker was located under the rich Greenbrier Hotel in White Sulphur Springs, West Virginia. It had been hidden there for years. Only six members of Congress knew about the living quarters, meeting rooms and banks of computers and communications equipment installed underneath the posh hotel. It contains two giant blast doors, each weighing more than 20 tons, supplied with water, electricity and even a sewage treatment system. It also had an infirmary, shower facilities, a television studio, radio and communications equipment, phone booths and code machines, a dining and kitchen area, a power plant and even a crematorium for disposing of the corpses of those who might die inside the sealed bunker". L’hôtel avait bien été réquisitionné pendant la crise de Cuba : "Though it was never used, the $12 million facility was in place and functional during the Cuban Missile Crisis in 1962. It remained an integral part of the nation’s contingency plan until the 1990s".

Des hommes avaient donc mis la main sur la gâchette ce jour-là en plein milieu de la Virginie, au beau milieu des Blue Ridge Mountains, nullement touchée par les événements ? Des hommes en armes pour protéger quoi ? Une ville souterraine, possédant toutes les commodités et totalement autonome qui recevait un "gouvernement en exil" ou tout comme (à noter l’absence criante de Dick Cheney et de Donald Rumsfeld). Une ville souterraine qui offrait toutes les commodités comme le note sa description :

  • private apartments and dormitories
  • streets and sidewalks
  • cafeterias and hospitals
  • a water purification system, power plant and general office buildings
  • a small lake fed by fresh water from underground springs
  • its own mass transit system
  • a TV communication system
Bush, au 11 septembre, ne s’était pas rendu à Mount Weather ni au fief du Norad, mais à Ofutt, après être passé par Barksdale en Louisiane. "Offutt i s the home of the U.S. Strategic Command". On peut se poser des tas de questions sur ce parcours, notamment le fait que lorsqu’il décolle de Sarasota, en Floride, personne n’a songé à lui adjoindre des chasseurs de protection. Ce qu’il y a de plus étrange, c’est qu’ildisposait du choix, même si effectivement il n’y en avait pas en Floride même. Et encore plus étrange de ne pas être resté sagement à Barskdale qui dispose de tout ce qu’il faut, notamment un bunker.
La dernière en date est à Napa, en Californie, une ancienne base d’hydravions Catalina : "According to the Napa Sentinel, an underground installation with a COG function is under construction near the Oakville Grade in Napa County, Calif. Mysterious helicopter flights go in and out of the area. The Sentinel says "the secret government site is replacing other installations and combining them into one underground center.” In any event, the real issue is how to get key personnel out of Washington and to these places of safety". Napa, dernière base secrète, est une des plus intrigantes.
Selon les mêmes souces, des hélicoptères noirs, sans signe distinctifs, étaient souvent vus dans les parages. Or ces hélicoptères n’étaient pas pilotés par des militaires mais par de véritables mercenaires privés : "A Chicago-based source with high credentials in such investigations, claims that the black helicopters are not a military operation, but rather are operated by the Wackenhut Corporation and FEMA. Wackenhut is a private company that provides security in prisons, hospitals, government installations and other facilities. It was founded by former FBI agents and has been called the modern "Robocop" organization". "The helicopters used in Napa are olive drab and also black, all unmarked. The olive drab helicopters originate from Hamilton Air Force Base and operate generally in late afternoon and in the evening. The black helicopters generally operate in the late evening and early morning hours. The olive drab helicopters are providing supplies to the secret installation, but the black helicopters are providing direct laser communication satellites". "Hamilton Air Force base has confirmed that the helicopters originate from their area and that the mission is classified" : on nage en plein secret. Mais demain, nous verrons que ces hélicos noirs ont une belle histoire derrière eux. Enfin, belle...
Il y a aussi Dulce dans le Nouveau-Mexique : "There is Dulce Base, in New Mexico. Dulce is a small town in northern New Mexico, located above 7,000 feet on the Jicarilla Apache Indian Reservation. There is only one major motel and a few stores. It’s not a resort town and it is not bustling with activity. But Dulce has a deep, dark secret. The secret is harbored deep below the brush of Archuleta Mesa. Function : Research of mind related functions, genetic experiments, mind control training and reprograming. There are over 3000 real-time video cameras throughout the complex at high-security locations (entrances and exits)". L’endroit, très à l’écart, se prête à toutes les rumeurs (évidemment celles d’OVNIS !), mais on retiendra surtout le matériel utilisé pour construire cette base entièrement souterraine : des tunneliers , et pas des petits, estampillés "Air Force", l e genre de logo que l’on imagine plutôt sur des avions...
La liste des lieux enfouis est loin d’être exhaustive.. . Mais Mount Weather est très représentatif en fait des activités de la FEMA : c’est le nœud central de coordination d’autres sites du même type . "Mount Weather is the self-sustaining underground command center for the Federal Emergency Management Agency - FEMA. The facility is the operational center of approximately 100 other Federal Relocation Centers, most of which are concentrated in Pennsylvania, West Virginia, Virginia, Maryland and North Carolina. Together this network of underground facilities constitutes the backbone of America’s "Continuity of Government" program. In the event of nuclear war, declaration of martial law, or other national emergency, the President, his cabinet and the rest of the Executive Branch would be "relocated" to Mount Weather". Mount Weather, qui héberge un gouvernement fantôme (’le fameux "Continuity of Government Program") au cas où, est une résurgence des pires heures de la guerre froide. Une ville sous terre protégée par le secret et cachée aux yeux des citoyens américains, the "federal government back-up system". Or, d’après ce que l’on sait, on y a enfermé les vestiges des attentats du 11 septembre : or pourquoi donc là, sinon pour ne pas pouvoir librement y accéder, et lesquels ? Ceux qui montrent une radioactivité qu’on a cherché à masquer durant tout le nettoyage intensif du site du WTC ?

source : agoravox (2009) vu sur "Wikistrike"

 

DOCUMENTS JOINTS À CET ARTICLE

Fabricants de terreur : 2) les villes souterrainesFabricants de terreur : 2) les villes souterrainesFabricants de terreur : 2) les villes souterrainesFabricants de terreur : 2) les villes souterraines
Tag(s) : #Nouvel Ordre Mondial

Partager cet article