Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Deux sociologues de l'Université du Massachusetts Boston se sont interrogés sur le pourquoi de l'adoption de règles procédurales plus strictes pour les élections, réduisant le participation au nom de la lutte contre la fraude. Ce qu'ils trouvent confirme que la manipulation des élections a de beaux jours devant elle.

 

Étude : Keith G. Bentele and Erin E. O'Brien (2013). Jim Crow 2.0?* Why States Consider and Adopt Restrictive Voter Access Policies . Perspectives on Politics, 11, pp 1088-1116.

*Les auteurs vont un peu loin dans leur titre en invoquant les lois Jim Crow : "surnom donné à toute une série d’arrêtés et de règlements promulgués généralement dans les municipalités ou les États du sud des États-Unis entre 1876 et 1964. Ces lois, qui constituaient l'un des principaux éléments de la ségrégation raciale aux États-Unis, distinguaient les citoyens selon leur appartenance « raciale » et tout en admettant leur égalité de droit elles imposèrent une ségrégation selon le droit dans tous les lieux et services publics" mais l'idée est la.

En effet dans leur étude ils montrent que la plupart de ces réglementations conduisent ni plus ni moins qu'à faire baisser de manière assez importante (1-2%) la participation de l'électorat noir-américain ou l'électorat pauvre. Les réglementations plus sévères étant adoptées au nom de la lutte contre la fraude induisent un surcroît de démarche que certaines classes défavorisées pourraient juger superflues, ce qui conduit à leur abstention. De manière plus exacte le raisonnement se fonde ainsi : "Un état dans lequel, par rapport aux dernières élections, l'électorat noir ou défavorisé s'est rendu plus massivement aux urnes est plus à même d'adopter des lois restrictives du droit de vote"

83% des mesures analysées (entre 2006 et 2011) ont été le fait de législatures républicaines. Pour la seule année 2011, les états dans lesquelles les mesures ont été les plus dures :
- Étaient dans des états républicains.

- Étaient dans des états où les scores étaient annoncés comme étant très serrés.

- Étaient dans des états où la participation de l'électorat décrit avait augmenté en 2008 et où la part de cet électorat dans le corps électorat était le plus important

- Étaient dans des états où des cas de fraude avaient été dénoncés en 2004 (alors que cela n'a normalement pas à voir avec la composition de l'électorat).

Les auteurs marquent leur opposition à la décision récente de la Cour Suprême (Shelby County v. Holder 25 juin 2013). En substance, cette décision a jugé inconstitutionnel une disposition du Voting Rights Act où était énoncée les conditions (en l'occurrence un passé ségrégationniste) dans lesquelles un état devait soumettre ses modifications de procédure électorale à un "contrôle fédérale". A 5 voix contre 4, les juges ont considéré que cette disposition devait être annulée en raison du changement de circonstances.

L'étude des sociologues prétend amener des faits tangibles montrant qu'il y a toujours des raisons valables de maintenir cette disposition. (Même si on objectera que cela n'a nullement empêché les mesures décrites dans leur étude d'être prise).

Ce bon vieux cliché du républicain diabolique qui veut empêcher les noirs et les pauvres de voter en réduisant la base électorale des démocrates va avoir la vie dure.

 

 

Jim Crow 2.0? Why States Consider and Adopt Restrictive Voter Access Policies

Recent years have seen a dramatic increase in state legislation likely to reduce access for some voters, including photo identification and proof of citizenship requirements, registration ...

 

source via les M.E.

Tag(s) : #USA

Partager cet article