Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La mesure de réforme de l'immigration au Sénat a commencé à être débattu, pourrait créer une base de données nationale biométrique pour pratiquement tous les adultes aux États-Unis, c'est ce que les groupes de protection des renseignements personnels craignent pourrait être la première étape vers un système d'identification national omniprésent.

Enterré dans plus de 800 pages de la législation bipartisane peut rendre obligatoire la création d'un outil-photo soit une base de donnée fédérale massive administré par le Department of Homeland Security et contenant les noms, âges, les numéros de sécurité sociale et des photographies de chacun dans le pays avec le permis de conduire ou d'une photo ID dans certains états.

Les employeurs seraient obligés de chercher dans la base de données pour vérifier qu'ils correspondent à leur photo.

L'opportunité économique et la modernisation de la Loi sur l'Immigration viserait à freiner l'embauche d'immigrants sans papiers. Mais les défenseurs de la vie privée craignent que cela soit inévitable. Cette mesure amenerait un contrôle sur la location d'une maison, acheter une arme à feu, ouvrir un compte bancaire, acquérir à crédit, assister à un événement sportif ou ouvrir une session sur internet.

"Il commence à changer la relation entre le citoyen et l'état, vous n'avez pas à obtenir la permission de faire des choses" a déclaré Chris Calabrese, un lobbyiste du Congrès avec l'American Civil Liberties Union. "Plus fondamentalement, ça pourrait être le début de la tenue d'un registre de toutes choses."

Pour l'instant, la législation permet à la base de données d'être utilisé uniquement à des fins d'emploi. Mais historiquement, ces limitations ne durent pas. La carte de sécurité sociale, par exemple, a été créée pour suivre vos prestations de retraite du gouvernement. Maintenant vous en avez besoin pour souscrire une assurance santé.

"Le numéro de sécurité sociale elle-même est assez omniprésent dans votre vie" a déclaré Calabrese.

David Bier, un analyste de la Competitive Enterprise Institute, partage les craintes de l'ACLU.

"L'aspect le plus inquiétant est que cela crée un principe d'autorisation fondamentalement pour faire certaines activités, et il peut être utilisé pour restreindre les activités" dit-il. "C'est comme un système national d'identification sans la carte."

Pour l'instant, le débat dans le Comité judiciaire du Sénat se concentre sur les paramètres de la légalisation des immigrés non autorisées, une clôture de la frontière et l'immigration légale dans l'avenir.

 

Source: judiciary.senate.gov

source

Tag(s) : #USA

Partager cet article