Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les quatre enfants de Shirley Chambers ont été tués par arme à feu. (MSNBC)

 


Le débat sur les armes à feu aux Etats-Unis a pris une nouvelle tournure avec l'annonce, le 16 janvier, par Barack Obama, du plan de contrôle des armes à feu le plus ambitieux que les Etats-Unis aient connu depuis 1968 et les assassinat de Robert Kennedy et Martin Luther King.

En attendant l'aval du Congrès pour un encadrement plus strict des armes à feu, le décompte morbide des morts par balle se poursuit outre-Atlantique. Ce week-end, une nouvelle victime emblématique vient de faire irruption dans les médias, incarnant à ses dépens l'absurdité de la tolérance américaine vis-à-vis des armes.


 

Shirley Chambers n'est pas morte. Elle n'a pas été abattue par un tireur fou. Elle a perdu ses quatre enfants dans quatre fusillades distinctes au cours des deux dernières décennies.

Samedi, c'est son plus jeune fils, Ronnie, 34 ans, qui a été tué à Chicago. Il a été abattu d'une balle dans la tête alors qu'il était assis dans sa voiture sur une place de parking.

Shirley Chambers avait déjà perdu sous les balles ses deux autres fils ainsi que sa fille, rapportent des médias américains. Son fils aîné, Carlos, a été abattu par un camarade de classe en 1995 après une dispute. Il avait 18 ans. Sa fille Latoya, alors âgée de 15 ans, et son autre fils Jerome ont ensuite été tués à quelques mois d'intervalle en 2000.

"Je suis complètement perdue. Ronnie était mon dernier fils à avoir survécu", a-t-elle confié. "Qu'est-ce que j'ai fait de mal ? J'étais là pour eux. Nous n'avions pas tout ce que nous voulions, mais nous avions ce dont nous avions besoin. Ils ont pris mon dernier fils. Je n'ai plus personne désormais. C'était mon seul bébé".

 

Quelques heures après le meurtre de Ronnie, quatre autres personnes, dont un adolescent, ont été tuées par balle dans deux fusillades distinctes à Chicago. Cette ville a été le théâtre de 500 homicides en 2012, un record depuis 2008. Mais aussi surprenant que cela puisse paraître, le taux d'homicides dans cette ville était deux fois supérieur au début des années 90 - avec près de 900 meurtres par an - avant que les crimes violents ne commencent à baisser dans la plupart des villes américaines. source

Tag(s) : #USA

Partager cet article