Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Eté 2012 : une sordide affaire secoue la petite ville de Steubenville, dans l'Ohio, aux Etats-Unis. Une jeune fille, ivre et inconsciente, est violée devant de nombreux témoins par deux adolescents de 16 ans, stars de l'équipe locale de football américain, les Big Red. Dans cette ville où tout le monde se connaît, le procureur et le juge chargés de l'affaire doivent se récuser car ils ont des liens étroits avec les Big Red. Les deux violeurs sont jugés et condamnés, mais la polémique rebondit à l'énoncé du verdict après que des journalistes de CNN ont fait preuve d'empathie pour... les deux accusés.

Big Browser relatait en décembre dernier cette affaire, dont les protagonistes, directs ou indirects, règlent leurs comptes sur Internet. "Plusieurs témoignages montrent que la victime a été déplacée, transportée, et a fait l'objet de sévices et de moqueries. Les jeunes présents à la soirée ont posté des photos sur Instagram, des vidéos sur YouTube et ont même été jusqu'à tweeter la dégradation de son état." La famille de la victime transmet ces éléments à la police. Les deux adolescents sont arrêtés, puis emprisonnés. L'affaire reste confidentielle jusqu'à ce que le New York Times publie une vaste enquête. Les autorités de la ville de Steubenville décident même de mettre en ligne le "Steubenville Facts" pour tordre le cou à certaines rumeurs.

Un groupe de hackers, se revendiquant du mouvement des Anonymous, craint que les témoins, qui n'avaient rien fait pour empêcher le viol, soient relaxés. Arrêt sur images rapporte qu'ils publient, "le soir de Noël, une liste de noms et d'adresses de personnes impliquées dans cette longue nuit d'août 2012, en les mettant en demeure de présenter leurs excuses à la victime avant le 1er janvier, tout en accusant la police de ne pas faire son travail. Faute d'excuses, les Anonymous publient, quelques jours plus tard sur Internet une vidéo de 12 minutes montrant un joueur plaisantant joyeusement sur le viol" et qui permettra de les identifier. Le procès, et l'énoncé du verdict, loin d'apaiser les esprits, ont relancé une violente polémique.

"La journaliste de CNN qui a suivi le procès et la journaliste en plateau ont commenté le verdict en plaignant, plutôt que la victime, les deux accusés", souligne le New York Daily News. CNN a diffusé un topo qui ignorait la victime et mettait l'accent sur les "vies brisées" des "excellents élèves et grands joueurs de football", qui seront "hantés pour le restant de leur vie", note le site canadien La Presse.

Arrêts sur images a retranscrit l'échange surréaliste entre les deux journalistes de CNN. En direct devant le tribunal, après le verdict, Poppy Harlow déclare ainsi qu'elle n'avait "jamais ressenti cela avant. C'était incroyablement émouvant, incroyablement difficile, même pour une personne extérieure à l'affaire comme moi, de voir ce qui vient d'arriver à ces deux jeunes hommes qui avaient un avenir si prometteur - célèbres footballeurs, très bon étudiants - qui voient leurs vie s'effondrer". Dans le studio de CNN à Atlanta, la présentatrice, Candy Crowley, ajoute à propos des deux condamnés âgés de 17 ans : "Quand vous entendez cela, et que vous réalisez qu'ils pourraient rester en prison jusqu'à l'âge de 21 ans, on se demande quel effet cela aura sur deux jeunes gens qui viennent d'être reconnus coupables devant un tribunal pour mineurs ?"

Cette empathie pour les violeurs, reconnus coupables et condamnés à des peines minimales de un à deux ans d'enfermement dans un centre pour délinquants mineurs, et qui seront désormais sur la liste des prédateurs sexuels, choque l'Amérique. Une pétition est alors mise en ligne sur le site Change.org pour demander à CNN de "s'excuser à l'antenne pour avoir exprimé de la sympathie envers les violeurs de Steubenville". Près de 230 000 personnes l'ont signée.

Partager cet article