Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un article d’Activist Post comme je les aime. Il est vrai que regardant tous les sites qui traitent des tremblements de terre, ce séisme si bizarre, qui a réussi à fissurer le pyramidion de l’obélisque de Washington, m’a un peu intriguée.
Voilà ce qu’en dit l’auteur :

Par Eric Blair, 28 août
Activist Post

Ma première pensée en entendant cette semaine les nouvelles d’un séisme de 5,9 de magnitude rare en Virginie, a été que cela n’arrivait pas de manière naturelle. Après tout, personne n’a jamais senti ou même entendu parler de toute sa vie d’une puissante secousse qui arrive dans cette zone. Comme c’est l’habitude pour mes instincts cyniques, j’espérais que je me trompais. Plusieurs anomalies indiquent pourtant que quelque chose n’est pas normal dans le séisme de Virginie.

D’abord, j’ai passé beaucoup de temps dans la région du »cercle de feu » et j’ai l’expérience de nombreux séismes. Cela ne fait pas de moi un expert, ni quelqu’un de qualifié au plan scientifique pour analyser les tremblements de terre. Mais, comme tous les passionnés, on examine tous les séismes sur une période de 5 ans – leur taille, l’endroit de l’épicentre, la profondeur etc. pour obtenir un sens général de classement du ressenti en rapport avec les données officielles.

Je peux déclarer catégoriquement que sur la douzaine ou à peu près de séismes vécus, y compris un de 6.2, ils ont tous démarré lentement, aucun d’eux n’était à plus de 90 km, ils avaient tous une profondeur de plusieurs km, et les plus gros semblaient se poursuivre par de multiples répliques. A nouveau, je dis que je ne suis qu’un observateur, non un scientifique, et je ne fournis ce contexte que pour simplement qualifier mon scepticisme immédiat.

De plus, curieusement, le »grand séisme de Virginie de 2011 », sans exemple en taille et en envergure, aurait du être accaparé en gros titres par les médias et discuté pendant des semaines, mais l’ouragan Irène a balayé le séisme des infos météo. Même si toutes les études de mesures pour Irène montraient que c’était supposé être une nuisance mineure, peut être quelques inondations et des coupures de courant, de nombreux états d’urgence ont été déclarés, des mandats d’évacuation de masse ordonnés et les médias très avides de répandre la panique. On aurait dit que la côte est des USA allait être envahie. Cela sent le dérivatif ou peut-être un exercice de survie en grand mais gérable, de manière à rendre nos politiciens des héros et la FEMA une agence efficace.

Si cette couverture frénétique et surréaliste d’Irène est un dérivatif délibéré, les anomalies concernant le séisme récent ont pu motiver ce dérivatif. Pour ne pas écarter d’autres catastrophes qui pouvaient faire un dérivatif de cette période critique – comme l’économie vacillante, le désaveu politique et l’invasion ratée à Tripoli, – mais si aucune discussion sur la nature inhabituelle du séisme n’a été autorisée, on doit réfléchir à une éventuelle implication de manipulation. L’establishment ne permettra pas de tels propos, apparemment ; d’où le rapide volte-face sur la couverture du séisme.

Ci-dessous se trouvent 6 anomalies concernant le séisme de Virginie qui pourraient justifier une investigation plus poussée :

Emplacement : l’emplacement est l’anomalie la plus flagrante pour un séisme de cette puissance. Bien que la zone des US où le séisme a débuté se trouve au bord d’une plaque tectonique ancienne qu’on appelle plaque cratonique (http://fr.wikipedia.org/wiki/Craton), elle est considérée comme une région relativement en sommeil ou stable. En d’autres mots, ce n’est pas une zone sismique très active. Tout séisme remarquable est donc inhabituel, encore moins un monstre de 5.9 qui a été ressenti jusqu’à 900 km. Si de plus on incline à penser que ce séisme peut être manipulé, l’épicentre tout près de Washington DC (avec toutes ses infrastructures sensibles militaires et gouvernementales) engendre des soupçons. Il est vrai que c’est une spéculation, mais en regardant les bizarreries qui suivent, on pourrait plus facilement y croire à la fin de cet article.

Profondeur inhabituellement faible:le point de départ de la rupture sur la faille rapporté par les autorités n’était, attendez, qu’à seulement 161 mètres de profondeur. C’est vrai, l’AFP l’a annoncé avec assurance, »Le Pentagone, le Capitole et les monuments de la capitale de la nation ont tous été évacués après le séisme de 5.9, qui n’était qu’à la faible profondeur de 161 mètres. » La profondeur a été plus tard ramenée à 5,95 km sous la surface. Et encore des séismes de faible profondeur n’arrivent couramment que dans les zones abondant en activité sismique, comme la ceinture de feu. Et ces séismes de faible profondeur surviennent habituellement entre 0 et 10 km de profondeur. La croûte terrestre dans l’est des US où »les lignes de faille sont plus cicatrisées », est décrite par CBS News comme »plus ancienne et plus froide » qu’à l’ouest. Ce qui, selon Wikipédia, signifie que cela aurait du être un séisme de grande profondeur entre 300 et 700 km. Et certainement pas un presque en-dessous de la surface.

Un étrange relevé du sismographe : un journaliste de Press Core (au coeur de la presse) a reçu un email anonyme de quelqu’un déclarant appartenir à l’US Air Force qui disait que le séisme de Virginie »n’était pas un séisme naturel et non plus un séisme fait par HAARP. » Le journaliste s’en fut trouver un relevé sismographique de la région de Washington et le compara à des relevés de tremblements de terre censés provenir de tests nucléaires souterrains faits en Corée du nord d’une magnitude de 4.7 à une profondeur de zéro.

Press Core écrit que les lignes vertes indiquent la secousse directe qui a été ressentie à Washington et les lignes noires sont une superposition d’un relevé de séisme normal extrait d’un PDF de la division des ressources minérales de Virginie sur les séismes. Ce dossier décrit un séisme naturel typique survenant comme suit :

Quand une faille se rompt, l’énergie est libérée sous la forme d’ondes sismiques. Les premières ondes qui atteignent la surface terrestre sont dites »primaires » ou OP. Les OP sont des ondes de compression qui voyagent à une vitesse d’environ 7 km par seconde près de la surface – plus rapidement lorsque la profondeur augmente. Les ondes suivantes à atteindre la surface sont dites secondaires ou OS. Les OS sont des vagues découpées qui se déplacent à une vitesse d’environ 3 km par seconde. Les OP et les OS sont des ondes transversales qui traversent la terre de manière très semblable aux ondes de sonar à travers l’eau. Les ondes de surface, qui sont plus lentes que les OS voyagent le long de la surface terrestre comme les vagues à la surface de l’océan. Les OS et les ondes de surface sont celles qui causent le plus de destruction à la surface de la terre.

L’article conclut : »Ce qui manque sur le relevé sismographique pour le séisme de magnitude 5.8 de Washington ce sont les ondes primaires ou OP. Tous les séismes qui sont le résultat direct de rupture de faille possèdent ces ondes primaires. Des détonations nucléaires, non. »

La distance ressentie : Comme je l’ai dit en introduction, je n’ai jamais »ressenti » un séisme dont l’épicentre était plus éloigné que 90 km. Ceci ne signifie bien sûr pas que ce n’est pas possible, comme cela l’a été clairement à plus de 900 km de l’épicentre. L’article de CBS cité plus haut qui mentionnait que la croûte était »plus ancienne et plus froide » se sert aussi de cet argument pour expliquer le fait que les secousses aient été ressentis aussi loin : »L’est (des USA) est beaucoup moins actif sur le plan sismique – mais quand un séisme frappe, ce sol dur beaucoup plus efficace pour conduire les ondes sismiques. Quand on le frappe, il résonne comme une cloche » a écrit Christopher Scholz, professeur de géophysique à l’université de Columbia. »

Cela semble un peu contradictoire étant donné la faible profondeur du séisme, mais il peut y avoir une certaine validité dans la théorie de la »cloche ». Le fait demeure, des séismes dont les effets voyagent sur de longues distances ne sont pas courants, d’où la raison pour laquelle l’article de CBS portait sur le pourquoi du »ressenti très large » du séisme.

Le nombre remarquablement bas de répliques : Amy Vaughan, géophysicienne au centre d’information des séismes de l’USGS dans le Colorado a dit à CBS News que »pour la taille du séisme, je pense que le nombre de répliques a été remarquablement bas jusqu’ici. » Don Blakeman, un autre géophysicien du même centre, a ajouté »Classiquement, plus intense est le séisme, plus longtemps et à plus grande intensité se produisent des répliques. Des séismes à faible profondeur comme celui de Virginie tendent aussi à générer de nombreuses répliques. » Le manque de répliques a conduit l’USGS à rapporter que le séisme de Virginie devait être juste un pré-choc de quelque chose de plus fort à venir. Un pré-choc est un séisme qui survient avant un événement sismique plus important (le choc principal) et lui est relié à la fois dans le temps et dans l’espace. Je ne suis pas sûr ce que cela veut dire autrement que c’est juste une autre anomalie de ce séisme.

Irène qui change instantanément de cap : Kevin Hayden et Glenn Kreisberg ont rapporté que »par coïncidence, dans l’espace de temps proche d’une activité sismique monstre pour les régions de Virginie/DC/New York, l’ouragan Irène a commencé à faiblir et changer de direction, évitant son trajet initial de La Havanne, la Floride intérieure, les Caroline, et on le suppose, Washington, la région du district of Columbia. Le trajet prévu dernièrement montre qu’il frôlera à peine la côte est, si ce n’est pas du tout. Juste comme Ophélie l’a fait en menaçant la même région.

L’ouragan Ophélie qui a changé brutalement de direction en 2005

» Irène s’est stabilisée et a changé de direction comme on l’a vu pour Ophélie dans les graphiques fournis. Il est clair que ce type de changement drastique n’est pas un trajet naturel pour des ouragans.

Quelques articles ont spéculé sur le fait qu’il fallait incriminer des armes sismiques de HAARP, conjointement avec la manipulation de l’ouragan Irène. Mais quand on connaît vraiment les capacités de base du HAARP, cela ne semble pas trop tiré par les cheveux. Press Core semble penser que les données sismiques prouvent que cela ressemblait plus à une détonation nucléaire souterraine. Une chose est sûre, les caractéristiques mystérieuses du séisme de Virginie semblent indiquer que ce n’était pas un séisme normal.

Traduit par Hélios du Bistro Bar Blog

Finalement Irène a bien remonté la côte Atlantique comme prévu après sont changement de direction initial, légèrement moins destructeur qu’annoncé dans les médias. Ce qui n’a pas empêché de faire évacuer de force une bonne partie de l’est de la ville de N.Y, et de fermer les métros tout le week-end. Si quelqu’un avait des préparatifs à faire en vue de la venue du 10ième anniversaire du 11 Septembre, le moment était bien choisi avec une ville pratiquement déserte.

Irène aurait-elle été un écran de fumée?

Pour le séisme c’est vrai qu’il y a quelque chose qui cloche.

Jo ^^"l'éveil 2011"

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article