Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Un milliard de membres sur Facebook ? Ça se compare !

Le succès mondial du réseau social de Mark Zuckerberg n'est plus à démontrer. Mais l'ampleur prise par le phénomène encourage à faire une mise en perspective de cette adhésion massive. Et certains parallèles font froid dans le dos, comme l'explique Yves Paccalet, philosophe écologiste.

La nouvelle a été lancée dans la presse. Info ou intox ? L’intox n’est pas rare (c’est un euphémisme) dans l’industrie de l’Internet. Les réseaux sociaux pullulent de gentils membres qui surfent, échangent et rapportent beaucoup d’argent aux propriétaires des sociétés qu’ils fréquentent. La liberté de l’internaute consiste aussi à rendre richissimes Mark Zuckerberg et ses coactionnaires.

La nouvelle est étonnante : il y aurait bientôt un milliard de membres sur Facebook dans le monde. Pas loin de la population de l’Inde. Un humain sur sept ! Ce nombre impressionne, d’autant que la firme publie, pour le premier trimestre de 2012, un chiffre d’affaires du même montant en dollars (oui : un milliard de billets verts) ; et qu’on (qui, "on" ?) estime sa valeur en bourse à 100 milliards de dollars.

Un milliard d’utilisateurs "branchés", avouons que ça nous en bouche un coin du smartphone ! Remarquons, pour commencer, que c’est à peu près le nombre de voitures automobiles sur la planète : lequel de chaque milliard de ces produits pollue plus que l’autre ? En énergie dépensée (pétrole ou électricité), ça se vaut.

Tentons d’autres comparaisons. Sur la planète Terre, environ 2 milliards d’humains sont condamnés à vivre avec moins d’un euro par jour. Et près de 1,5 milliard de nos semblables n’ont pas accès à l’eau potable.

Un chiffre parle plus durement encore : un autre groupe humain que les abonnés de Facebook compte un milliard de membres : ce groupe, ce sont les Homo sapiens qui ne mangent pas à leur faim…

Amis tapoteurs de messages et échangeurs de photos sur Facebook, faites-le savoir sur vos réseaux : vous êtes des privilégiés, même si certains d’entre vous sont plus privilégiés que d’autres, sans même évoquer le nabab Zuckerberg que vous engraissez avec amour !

Votre nombre est grand, beau et intéressant. Il était inimaginable voici quelques années. Au fond, il n’a rien de sublime.

Il n’excède pas celui des ventres creux. Des damnés de la terre. Des forçats de la faim, pour lesquels un ordinateur bas de gamme se paie le prix d’un revenu annuel…

 

 

Auteur : Yves Paccalet

Source : leplus.nouvelobs.com

Tag(s) : #INTERNET - COMMUNICATION

Partager cet article