Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par le Passeur.

Une petite incursion dans le monde de la dualité. Il y a quelques temps déjà qu’il est difficile de ne pas sourire aux frasques de moins en moins dissimulées des gouvernants du monde. Mieux vaut avoir il est vrai une vision de leur indécence sans bornes qui incline à penser qu’ils jouent parfaitement leur rôle pour que grandisse la nouvelle conscience déjà née chez les peuples. C’est pourquoi pour ma part je n’entre pas dans les colères très compréhensibles que je vois se manifester un peu partout sur la Toile mondiale.

La dernière en date pourrait bien être le coup de Trafalgar qui marquerait l’entrée en lice désormais sans masque des cartels bancaires sur le trône de la dictature européenne. Ainsi sera présenté ces jours-ci aux députés des pays de la zone euro le projet de traité du MES (Mécanisme Européen de Stabilité), que les députés européens ratifieront à Bruxelles le 31 décembre 2011 si nos députés et sénateurs nationaux s’inclinent en silence.Pour faire court et simple, une organisation non élue par les peuples, au-dessus des 17 Etats de la zone euro, aura le droit de vider les caisses de ces derniers en sept jours, en toute légalité et immunité juridique, avec le droit de s’en prendre à tout Etat qui refuserait. Le capital social du MES s’élèvera à … 700 milliards d’euros (chap.III, arti.8-1 du projet de traité) et les trois plus gros contributeurs de la pompe seront l’Allemagne, la France et l’Italie.

Quand on sait l’état réel de banqueroute de plusieurs états de la zone et le déclassement progressif de gros états européens comme l’Italie et la France par les agences de notation, qui, quoi qu’elles valent, sont dans ce jeu le reflet exact de la confiance des investisseurs dans la solvabilité d’un pays, on imagine vite où veulent en venir les cartels bancaires qui ne manqueront pas de diriger le MES lorsqu’ils auront placé leurs hommes aux postes adéquats : la récupération rapide de tout l’argent en circulation dans les états avant l’effondrement complet du système. Pour le dire autrement, tout le monde à poil avant l’hiver le plus rude qu’on ait vu de mémoire de capitaliste.

Par souci de transparence je suppose, le traité rédigé en anglais n’est à ma connaissance officiellement pas traduit en français. Certains s’en sont heureusement chargés. Vous pouvez donc trouver ci-dessous les liens pour télécharger les documents original et traduit et vous rendre compte par vous même.

Texte officiel du projet de traité du MES (pdf en anglais)

Traduction non officielle du dit projet (pdf en français)

Et pour ceux qui préfèrent un résumé vidéo de 3mn 52″ :

Pour finir, si certains souhaitent envoyer un mail histoire de gratter l’oreille de leur député qui est supposé siéger devant le projet ce mois-ci, ils le trouveront via ces liens :

Trouver votre député

Trouver votre sénateur

Ce n’est pas que j’incite à entrer dans la lutte, ni à essayer de préserver un système heureusement voué à finir, je me suis suffisamment exprimé dans mes articles sur la nécessité à présent de faire autrement. Mais coincer le processus de prise totale de pouvoir des marionnettistes, ne serait-ce que pour les obliger à nous la jouer à la hussarde comme pour le hold-up du Traité de Lisbonne qui a tout simplement expédié aux oubliettes le référendum des citoyens, participe d’une certaine manière, par ce levier, à pousser au bout le processus qui rendra visible les coulisses et conduira au réveil des plus endormis. A vous de voir.

Fraternellement,

© Le Passeur – 6 Décembre 2011 – http://www.urantia-gaia.info > Cet article est autorisé à la copie à la seule condition de ne pas l’associer à une démarche commerciale, de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

 

Merci Elba !

C’est ce qui s’appelle se faire passer un sapin…de Noêl. ;)

Mais justement je me demande si l’euro va tenir jusque là !  

Moi je ne prend pas de chance, je change les euros que j’ai en ma possession cette semaine pour de l’argent Canadien.

Jo ^^"L'éveil 2011"

Tag(s) : #Crise de l'Euro

Partager cet article