Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Ce 29 décembre 2011, des villageois entourent un véhicule
transportant les corps des victimes du bombardement
de l'armée turque dans la province de Şırnak.

(AFP)


Par RFI

En se basant sur des images satellites qui témoignaient de mouvements dans la région, l'armée turque a bombardé une zone proche de la frontière irakienne, où l'aviation turque mène fréquemment des opérations, le Sud-Est étant la base arrière des séparatistes kurdes du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan). Mais elle a confondu probablement des trafiquants de gasoil avec des séparatistes kurdes.

Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

Même du côté kurde, que ce soit le Parti pour une société démocratique (BDP), que ce soit le maire du village le plus proche de l’incident, ou que ce soit même l’agence de presse proche de la rébellion, tout le monde dénonce la mort de ces quelque 35 civils.

A preuve, les graves brûlures visibles sur les corps des victimes, montrées par les télévisions locales, qui ne sont pas dues aux bombes lâchées par les chasseurs-bombardiers F-16 mais à l’explosion des bidons de gasoil de contrebande que les trafiquants transportaient à dos de mulet.

Une double enquête est actuellement menée à la fois par la justice et par l’armée pour expliquer cette méprise, et calculer ensuite le dédommagement des familles des victimes. L’état-major explique avoir repéré grâce à ses drones une colonne d’une cinquantaine d’hommes se dirigeant vers la frontière, et les avoir bombardés dès qu’ils ont pénétré en territoire turc, en pensant qu’il s’agissait de militants armés.

Car, ajoute le communiqué, la zone est proche d’un camp de la rébellion côté irakien, elle est régulièrement empruntée par des rebelles et il n’y a aucune habitation proche.

source: RFI.fr

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article