Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Que seraient nos sociétés sans pétrole ?
Brutalement métamorphosées… Plus d’ordinateurs, plus de nourriture des quatre coins du monde, plus de voitures ni d’avions, plus de plastique ; nous devrions rapidement réapprendre à produire un nombre incalculable de choses pour assurer notre survie.


Mais serions-nous capables d’une telle autonomie ? Ce scénario catastrophe est loin d’être paranoïaque. Il représente au contraire un avenir proche que nous devrons affronter tôt ou tard.

Car allié aux changements climatiques, le pic pétrolier (la fin d’un pétrole abondant et peu cher) exige un changement draconien de nos habitudes de vie, une Transition énergétique qui mettrait fin à notre vulnérabilité collective. Comme nos gouvernements refusent de prendre les mesures qui s’imposent, il nous revient à nous, citoyens, de prendre l’initiative et de nous préparer.C’est ce que propose ce Manuel de Transition, outil révolutionnaire et inspirant, entièrement consacré aux solutions pour construire dès maintenant des sociétés écologiques et résilientes, capables de s’adapter aux catastrophes que constituent le pic pétrolier et les changements climatiques. Enfin traduit et adapté en français, ce livre accessible, clair et convaincant expose tous les outils, les détails pratiques et les étapes nécessaires pour préparer l’avenir en diminuant radicalement les besoins énergétiques à l’échelle de sa communauté.

Trouvé par Les dernières nouvelles du monde via Revue Silence

_________________________________________________

Note perso : A cet éventuel pic pétrolier, j'ajouterai les différentes catastrophes qui affectent pleins de pays actuellement et leurs semailles et leurs récoltes ( inondations, feux, champignons, sécheresse...) et y en a vraiment pas mal en ce moment .. j'ajouterai également la qualité de la nourriture produite, les contaminations diverses, et les aléas de la distribution, en plus de la spéculation qui peut faire hausser artificiellement une denrée alors même que les autres raisons mentionnées ci dessus sont inexistantes...

Perso j'envisage l'autonomie alimentaire et énergétique non pas comme un moyen de transitionner d'une société du pétrole à .. autre chose, mais comme :

1/ Moyen de contrôle sur la qualité de mon alimentation.
2/ Économie sur les coûts.
3/ Rythme de vie résonnant avec mon environnement .
4/ Résistance à un systéme avec lequel je ne suis pas d'accord.

En clair, ce que j'essaye de dire : si vous avez peur, si vous pensez que tout va vous tomber dessus et que l'apocalypse arrive ( pétrole, scénarios Mad Max, extras-terrestres, fin des temps...) n'allez pas en campagne, vous n'y arriverez pas , surtout ici au Québec ...

Ici, pour toffer, pour durer, et survivre dans ce type d'environnement, faut aimer ça, faut vouloir être là, faut résonner avec ce qui nous entoure, et surtout, FAUT BOSSER ...

J'ai comme l'impression que les 3/4 des lecteurs de ce blog sont des citadins qui ont une image dans leur tête de la campagne, combien c'est cool et beau .. réalité check : ici, dés que l'hiver est fini , on bosse en fonction de l'hiver d'après : bois à couper, à fendre, à stocker, graines à germer, plants à transplanter, jardin à bêcher, à désherber, à récolter, animaux à soigner , maison et bâtiments à entretenir impérativement annuellement, la liste risque d'être longue ...la vie est rude icitte, tu vieillis vite .... est ce que je fais ca parce que je pense m'en sortir à la prochaine apocalypse ? non... je le fais parce que c'est là que je veux vivre pour le moment ..

Je me souviens avoir vu des jeunes arriver et créer des "communautés" .. premier printemps, 250 personnes ... 1 an après, moins de 30 .. 5 ans après .. il en reste 5 ... les autres n'avaient pas exactement compris la somme de boulot à faire pour se préparer à un hiver ... et ça, c'est en ayant de l'électricité et autre avantage technologique .. imaginez un peu si les conditions deviennent RÉELLEMENT selon les attentes des plus paranoiaques , genre, plus d'essence, plus d'électricité, coincé au fond de votre campagne , sans réserves , sans connaissances pratiques de comment vous en sortir ... j'imagine qu'en France, c'est différent, selon les régions ... vous devez avoir envie de le faire, sans peur, mais également comprendre que pour y arriver, il faut acquérir des compétances ...

Si vous venez à la campagne par peur, et que rien ne se produit, qu'allez vous faire ? retourner en ville après quelques temps parce que rassuré ? donc, pourquoi y venir en premier lieu ? rêglez d'abord votre conditionnement de peur, et regardez ensuite où vous mêne cette nouvelle conscience ...

Publié par Marc Lafontan "au bout de la route"

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article