Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

* Merci à Michel du blog 911allo.blogspot.ca pour cette traduction.

Le Pape Benoît XVI entends demeurer au Vatican après sa démission afin de jouir de l'immunité vu l'épidémie globale de plaintes d'abus sexuels visant le clergé. 

La décision du Pape d'élire domicile à l'intérieur de la "City-state" souveraine du Vatican après sa retraite signifie qu'il sera protégé par les services de sécurité du Vatican autant que par l'immunité diplomatique.

Un officier anonyme du Vatican a confié à Reuter que la présence interrompue du Pape à l'intérieur du Vatican est nécessaire, autrement il pourrait se retrouver sans défense. Il ne profiterait pas de l'immunité, de ses prérogatives, et de sa sécurité en étant en dehors du Vatican.

La source ajoute que le pontif devrait mener une "existence dignifiée" pour le reste de ses jours.

Les accords du Latran du 11 Février 1929 entre l'Italie et le Saint-Siège ont établi la souveraineté de l'état du Vatican et les citoyens du Vatican jouissent de l'immunité même durant leurs déplacements en Italie. Le Pape profite aussi de cette immunité diplomatique en tant que dirigeant du Vatican. L'imminent  biologiste évolutif britannique Richard Dawkins, et le regretté auteur Anglo-Américain Christopher Hitchens, ont tenté de faire arrêter Benoît XVI durant sa visite en Angleterre en 2010 en vain; l'immunité diplomatique du Pontif le mets à l'abri de poursuites criminelles.

Mais un telle immunité signifie que Benoit XVI, dont le nom était Joseph Ratzinger, ne serait pas éligible à une poursuite en lien avec l'épidémie mondiale d'abus sexuel du clergé catholique visant surtout des enfants. Des critiques maintiennent que Ratzinger a servi à caché les allégations d'abus et à protégé les prêtres et autres membres responsables du clergé.

David Clohessy, directeur de l'exécutif du SNAP (Survivors Network of those Abused by Priests : Réseau des survivants des abusés par les prêtres) a dit que "Ses oeuvres sont terribles" au journal "The Gardian" et que "Son prédécesseur l'a mis en charge des plaintes d'abus avant qu'il ne devienne pape".

Clohessy ajoute "Il a lu des milliers de pages de rapports de cas d'abus de partout dans le monde" et même "Il connait mieux que quiconque dans l'église les crimes d'abus sexuels et leur "cover-up" par le clergé et pourtant il n'a pratiquement rien fait".

Les groupes de victimes affirment que c'est en tant que directeur du département de la doctrine du Vatican que  Ratzinger a fermé les yeux lorsque les églises locales ont réaffecté les prêtres et autres membres du clergé qui ont violé et molesté des enfants et autres paroissiens d'une paroisse à l'autre au lieu de les défroquer et d'alerter les autorités légales. Ils maintiennent que Ratzinger qui a occupé des positions de pouvoir durant trois décennies aurait dû en faire plus.

Des messages classifiés de l'ambassade US publiés par le site web de Wikileaks en 2010 révèlent que le Vatican sous Benoit XVI refusait de permettre à ses officiers de témoigner devant une commission d'enquête au sujet d'abus sexuel d'enfants s'étendant sur des décennies. Encore plus choquant est une accablante lettre de 1997 du Vatican aux Évêques d'Irlande leur ordonnant de se retenir de dénoncer les cas d'abus sexuels d'enfants a prouvé que les plus hauts niveaux de l'église Catholique sont complices dans un "cover-up" massif. Le Premier Ministre Enda Kenny a qualifié "d'absolument disgracieux" le comportement du Vatican dans ce scandale.

Le Pape s'est excusé des abus auprès des Catholiques Irlandais en Mars 2010 en admettant "les erreurs sérieuses" dans les réponses données par l'église face à l'épidémie d'abus sexuels.

Benoît XVI a écrit "Vous avez grièvement souffert et j'en suis vraiment désolé" dans sa lettre d'excuse.

Norbert Denef, un Allemand de 64 ans qui a été abusé par un prêtre dans sa jeunesse, s'est fait offrir de l'argent en échange de son silence au sujet de son Ordalie de 6 ans. Denef a dit au Gardian qu'il n'allait pas s'ennuyer du pape et que le comportement du Vatican dans le scandale d'abus sexuels d'enfants était similaire aux cercles du crime organisé de la mafia.

En parlant de mafia, les activités criminelles alléguées au Vatican ne se limitent pas aux abus sexuels et à leur couverture. En 2010 les procureurs Italiens ont relié la Banque du Vatican au blanchiment d'argent de la mafia et ils ont saisi €23 million ($30.7 million).

Le Vatican rétorque que le Pape ne peut être tenu responsable des abus commis par des subalternes hiérarchiques du clergé vu qu'ils sont des employés des diocèses locaux et non directement employés du Vatican.

Alors que les leaders du Vatican continuent le déni de responsabilité dans le scandale d'abus touchant chaque continent habité sur terre, de nouvelles allégations continuent de faire la une. À Los Angeles où le Cardinal Roger Mahony (disgracié) a comploté avec d'autres officiers du clergé pour protéger des prêtres violeurs d'enfants ainsi que d'autres abuseurs du clergé, les noms de deux douzaines de nouveaux suspectés abuseurs viennent d'être publiés. Plus de 500 victimes ont négocié une entente hors cours de $660 millions avec l'archidiocèse en 2007, la plus grande compensation de l'histoire de l'église.

Le Frère Federico Lombardi, porte parole du Vatican, défends le Pape auprès de Reuter en disant qu'il a donné une nouvelle impulsion à la bataille contre l'abus en s'assurant que de nouvelles règles seraient mises en place et en écoutant les victimes".

Lombardi a ajouté que "Ceci fût au grand mérite de cette papauté et nous devrions en être reconnaissant".

Source:

http://www.digitaljournal.com/article/343898#ixzz2LUvzgkkP

Tag(s) : #RELIGIONS

Partager cet article