Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans le livre The Science of Kissing, la biologiste et chercheuse de l’université du Texas Sheril Kirshenbaum propose une étude poussée du baiser sous ses aspects biologique, historique, culturel, psychologique et même zoologique.

 

On y apprend notamment que les humains se rappellent étonnamment bien de leur premier baiser, dont les détails sont mieux ancrés dans la mémoire «que leur première expérience sexuelle». La plupart d’entre nous se rappelleraient même 90% des détails de son premier baiser. Kirshenbaum a passé deux ans à compiler les informations sur le sujet.

 


Et les résultats des études menées à travers le monde sont souvent surprenants. Quand des scientifiques de Pennsylvanie ont mesuré la réponse hormonale de couples de longue durée qui s’embrassent, ils s’attendaient à voir des hormones telles que l’ocytocine, qui est associée à la formation du lien affectif, augmenter avec le nombre de baisers et de câlins. Mais au lieu de cela, les niveaux ont baissé, sans que les chercheurs ne comprennent vraiment pourquoi. Cette expérience démontre «la difficulté d’étudier un sujet aussi émotionnel que le baiser», écrit Kirshenbaum.

 


Kirshenbaum a retrouvé un nombre fascinant de détails sur le baiser humain, dont les premières traces se retrouvent dans l’Inde du IIe siècle après J.C, rapporte Deborah Blum du New Scientist, qui a été séduite par le livre. La chercheuse raconte comment un livre du XVIIe siècle identifie 20 différents types de baisers, et y consacre 1.000 pages, ou encore la manière dont le «baiser européen», soit la rencontre désordonnée de deux bouches, a peu à peu conquis des continents où une telle pratique était considérée comme impropre. Les critiques littéraires ne tarissent pas d’éloges sur l’ouvrage. Jeff Lowenfels écrit dans le New York Journal of Books:
«C’est sans doute une bonne chose que le livre n’ait pas été publié quand Louis Armstrong chantait A kiss is just a kiss [un baiser n’est qu’un baiser]. Armstrong aurait sans doute eu beaucoup plus de choses à dire. Lisez ce livre merveilleusement intéressant à propos d’une activité à laquelle nous nous adonnons tous et vous saurez non seulement qu’un baiser n’est pas qu’un baiser, mais aussi qu’embrasser ne sera jamais plus comme avant.»


Le livre, écrit Deborah Blum, apporte autant d’informations qu’il ne laisse de questions en suspens, et c’est bien là son intérêt:
«Le baiser est toujours plein de surprises, toujours un peu mystérieux. Et parfois, un peu de mystère est tout ce que nous  demandons.»Image illustrative de l'article Le Baiser (Rodin)

 

 

Source vu sur "au bout de la route "
Tag(s) : #SANTE

Partager cet article