Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La suite du feuilleton au moyen orient, se précise….

 

Bachar al-Assad au Parlement syrien, le 30 mars. SANA / AP / SIPA

CONFLIT – Les États membres craignent pour leurs intérêts commerciaux…
Les pays membres de l’Union européenne pourraient imposer un embargo sur le pétrole syrien avant la fin de la semaine prochaine, a-t-on appris ce mercredi de source diplomatique européenne.

Les Vingt-sept se sont entendus vendredi dernier pour réfléchir à de nouvelles sanctions en représailles à la violente répression du soulèvement contre le régime de Bachar al Assad, qui a couté la vie 2.200 civils en cinq mois, selon l’Onu. 

Une nouvelle réunion sur le sujet s’est déroulée lundi à Bruxelles et aucune objection n’a été formulée.

«Le processus dans son ensemble pourrait être achevé d’ici à la fin de la semaine prochaine si tout se déroule selon les plans», a estimé un diplomate ayant requis l’anonymat.

Les états craignent pour leurs intérêts commerciaux

Craignant pour leurs intérêts commerciaux, plusieurs Etats membres s’étaient jusqu’alors montrés réticents à l’idée de s’en prendre au secteur pétrolier. La Syrie produit 400.000 barils par jours dont 150.000 sont importés en Europe, notamment au Pays-Bas, en Italie, en France et en Espagne.

L’Union européenne a ajouté lundi 15 noms à sa liste des personnalités soumises à un gel des avoirs financiers et à une interdiction de visa.

Cinq institutions, dont les services de renseignement militaires, ont par ailleurs été ajoutées à la celles des entités avec lesquels les entreprises européennes ont interdiction de traiter.

Nouvelles sanctions à l’étude à l’Onu

A l’Onu, les Etats-Unis et quatre pays européens, dont la France, ont soumis mardi au Conseil de sécurité un projet de résolution imposant des sanctions à Bachar al Assad et à plusieurs de ses proches.

Ce texte a été préparé par les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et le Portugal, et il devra surmonter les réticences de la Russie, qui ne juge pas de telles sanctions utiles pour le moment.

Le projet de résolution, que Reuters a pu consulter, propose de « condamner fermement les atteintes systématiques, continues et graves aux droits de l’homme de la part des autorités syriennes » et «exige la fin immédiate des violences».

Bachar al Assad et 22 autres personnes visées par les sanctions

Il impose un gel des avoirs à Bachar al Assad et à 22 autres personnes mais le président syrien ne figure pas en revanche sur la liste des Syriens visés par des interdictions de déplacement à l’étranger.

Parmi les autres personnes visées par des sanctions figure Maher, son frère qui commande la 4e division blindée de l’armée syrienne, considérée comme l’un des principaux instruments de la répression.

Le vice-président Farouk al Chara, l’homme d’affaires Rami Makhlouf, cousin du président, le ministre de la Défense et des responsables des services de renseignement sont aussi concernés.

Reuters

SOURCE

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article