Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


La Ligue arabe a décidé samedi de suspendre la Syrie de ses travaux jusqu'à ce qu'elle honore son engagement d'appliquer son plan de sortie de crise.

Des syriens brûlent le portrait du dirigeant Bachar al-Assad KHALED DESOUKI / AFPDes syriens brûlent le portrait du dirigeant Bachar al-Assad KHALED DESOUKI / AFP

Une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe sur la Syrie se tiendra le 16 novembre à Rabat, a annoncé dimanche 13 novembre le porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères Amar Belani.

"Nous avons décidé d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe le 16 novembre à Rabat sur la Syrie en marge du Forum Turquie-pays arabes", qui se tient dans la capitale marocaine, a-t-il déclaré.

Le porte-parole a expliqué que lors de leur réunion du 2 novembre au Caire, les ministres de la Ligue arabe avaient décidé de "laisser 15 jours à la Syrie pour appliquer le plan arabe" pour mettre un terme à huit mois de violences entre forces de sécurité et protestataires dans plusieurs régions du pays.

Syrie suspendue de l'organisation

Samedi une réunion ministèrielle de la Ligue au Caire avait annoncé que la Syrie allait être suspendue de l'organisation panarabe pour ne pas avoir mis en oeuvre les modalités du plan d'apaisement arabe, qui comporte notamment le retrait des blindés de l'armée des villes où se déroulent des manifestations.

Pour Amar Belani, "si les ministres estiment que le gouvernement syrien n'a pas commencé à mettre en oeuvre le plan arabe, il constateront formellement une carence et appliqueront le gel de la présence syrienne au sein de la Ligue arabe".

Auparavant, devant la presse, le ministre algérien des Affaires Etrangères Mourad Medelci avait évoqué la possibilité de reconsidérer la suspension de la Syrie si Damas se conformait au plan arabe.

Suspension temporaire

"La suspension de la Syrie est temporaire et nous pourrons la lever le plus rapidement possible", avait-il dit. "Pourquoi pas avant le 16 de ce mois?", avait-il aussi ajouté, en présence de son homologue égyptien Mohammed Kamel Amer.

source: Le Nouvel Observateur - AFP

Tag(s) : #CONFLICTS DANS LE MONDE

Partager cet article