Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des attaques à la bombe ont tué ou blessé mardi plus de 125 habitants d'un village alaouite, la minorité religieuse dont est issu le président Bachar al-Assad. Selon les rebelles, le village aurait été bombardé par les forces gouvernementales. 

 


Syrie: plus de 125 victimes dans des attaques contre un village alaouite

SYRIE- Les attaques de ce mardi dans un village alaouite ont eu lieu à Aqrab, dans la province de Hama, près de Houla, où 108 personnes, dont 49 enfants et 34 femmes, avait été massacrés le 29 mai (photo).

afp.com/Shaam News

 

Un nouveau déluge de violence en Syrie. Une série d'attentats à la bombe ont tué ou blessé mardi dans le centre de la Syrie plus de 125 habitants d'Aqrab, un village alaouite, la minorité religieuse dont est issu le président Bachar al-Assad, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). 

"Il n'est pas possible dans l'immédiat de savoir si les rebelles sont derrière ces attaques, mais si tel était le cas, il s'agirait de la plus importante opération de représailles de la part des insurgés" contre des civils alaouites, a déclaré à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. 

Les réseaux de militants des Comités locaux de coordination (LCC) et la Commission générale de la révolution syrienne (CGRS) ont pour leur part affirmé que les explosions avaient été provoquées par un bombardements mené par les chars de l'armée gouvernementale. 

Selon l'OSDH, les rebelles se sont emparés la semaine dernière d'un barrage de l'armée à proximité de ce village, situé dans une région où cohabitent des populations des nombreuses confessions présentes en Syrie. "Nous appelons à la mise en place d'une commission indépendante de juristes qui pourront enquêter sur ces attaques. Nous voulons une Syrie libre et démocratique, et non une Syrie basée sur la haine confessionnelle", a encore lancé M. Abdel Rahmane. 

Ces attaques ont eu lieu dans le village d'Aqrab, dans la province de Hama, près de Houla, où 108 personnes, dont 49 enfants et 34 femmes, avait été massacrés le 29 mai. L'ONU avait affirmé à l'époque avoir de "forts soupçons" sur l'implication des "chabbiba" (miliciens pro-régime) et avait condamné le régime de Bachar el-Assad pour ce massacre qui avait déclenché un tollé international. source

 


Plus d'info à venir.

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article