Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

McCain, O'Bagy et Kerry

McCain, O’Bagy et Kerry

Vous ne lirez jamais ce qui suit dans un média mainstream français. Lors des pourparlers de paix entre Russes et Américains qui ont débuté à Genève, pour faire bonne figure, le Secrétaire d’Etat américain John Kerry a tout de go dit à son homologue russe qu’il ne croyait pas un seul mot à ses dires. C’est d’une drôlerie sans fin. En effet, les accusations contre la Syrie reposent sur les dires d’une jeune américaine, Elisabeth O’Bagy, chercheuse de 26 ans, prétendument docteur diplômée de l’Université de Georgetown, l’une des plus prestigieuse au monde. En réalité, elle n’a même pas son doctorat et ne serait jamais passée par Georgetown. 

La chercheuse, employée à l’Institut pour l’étude de la guerre (Institute for the study of war "ISW"), a pondu des sornettes sur lesquels le secrétaire d’Etat John Kerry et le sénateur John McCain se sont appuyés lors des auditions au Congrès la semaine dernière, concernant l’utilisation de la force militaire contre le gouvernement syrien. Voilà comment deux hommes politiques américains de haut rang, qui sont incapables de réfléchir par eux mêmes. On comprend pourquoi ces gens sont aussi nuls.

L’Institut d’étude de la guerre ayant découvert son employée présentée par les deux hommes comme le Dr. Elisabeth O’Bagy, a alors congédié la jeune américaine:

"L’Institut d’étude de la guerre a appris et a confirmé que, contrairement à ses déclarations, Mme Elizabeth O’Bagy n’a pas eu un doctorat de l’Université de Georgetown», a déclaré l’Institut d’étude de la guerre dans un communiqué. "L’ISW a donc mis fin à l’emploi de Mme O’Bagy, avec effet immédiat."

Avant d’être congédié, la chercheuse Elizabeth O’Bagy avait écrit un article incisif publié par le prestigieux Wall Street Journal, qui avait servi de base à la demande de l’administration Obama pour une action "punitive" voire plus, contre le président syrien Bachar al-Assad. une source «fiable».Un source très fiable n’est-ce pas ? Mais, ce n’est pas tout.

Avec le pot aux roses découvert, il s’avère que la jeune dame travaille en collaboration avec des associations proches des "rebelles" qui veulent renverser le Gouvernement syrien, notamment une task force du nom de "urgence Syrie". En mai dernier, sous son impulsion, le sénateur John McCain avait rencontré à la frontière syro-turque, le général Salim Idriss, commandant de l’Armée syrienne libre. 

Un vrai remake du drame irakien a encore failli se dérouler en Syrie. Voilà des gens qui disent ne pas avoir confiance en Bachar al-Assad alors qu’ils ne sont pas eux mêmes dignes de confiance. Bref, il ne s’agir que de la raison du plus fort. Si la Russie et la Chine n’avait pas bloqué les résolutions mensongères de l’Occident, et maintenant la Russie qui a dit non à une attaque, la Syrie serait aujourd’hui un champ de ruines, avec encore plus d’innocents tués par les terroristes et l’Occident…

source

 Cette dame fait partie de "l’ONG" : "Syrian Emergency Task Force" (à but non "lucratif". Toutes ces "ONG" américaines…Enfin.

 

 

 

 

Tag(s) : #USA

Partager cet article