Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

0001019.jpg

La Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Navi Pillay a affirmé que les forces syriennes avaient «vraisemblablement» commis des crimes contre l'humanité.

«Des informations indépendantes, crédibles et corroborées indiquent que ces exactions font partie d'une campagne large et systématique d'agression contre les civils», a-t-elle ajouté, estimant qu'elles étaient perpétrées avec «l'aval ou la complicité des autorités au plus haut niveau».

Elle s'est dite particulièrement inquiète par les plus de 300 morts à Homs par des «bombardements aveugles» dans des quartiers résidentiels depuis 10 jours.

La Haut commissaire a jouté que le nombre de morts est probablement plus de 6000, dont plus de 400 enfants, puisque l'ONU n'est pas sur place pour confirmer le bilan.

0001020-copie-1.jpg

«Des dizaines de milliers de personnes, dont des enfants, ont été arrêtées, et plus de 18 000 sont toujours détenues arbitrairement», a indiqué Mme Pillay, ajoutant que plusieurs cas de viols en détention ont été dénotés.

Aux États-Unis, la secrétaire d'État, Hillary Clinton, a déclaré que le régime syrien a «intensifié la violence» et utilise de «l'artillerie et des tirs de blindés» contre des civils «innocents.»

Lundi, les violences se poursuivaient avec des affrontements entre soldats et déserteurs, faisant 11 morts dans les rangs de l'armée régulière et tuant 18 civils.

Mme Pillay a appelé la communauté internationale à sanctionner ces crimes le plus rapidement possible. Elle craint notamment une crise humanitaire, ainsi que le déclenchement d'une guerre civile.

0001021.jpg

La Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Navi Pillay

Mission de maintien de la paix?

La communauté internationale continue d'être très divisée sur la proposition d'une force de paix avancée par la Ligue arabe. Paris hésite à avoir recours à toute action «à caractère militaire» et Moscou a exigé un cessez-le-feu en préalable.

«Toute intervention à caractère militaire extérieure ne ferait qu'aggraver la situation, d'autant qu'il n'y aura pas de décision du Conseil de sécurité, qui est la seule instance à même d'autoriser une intervention militaire», a affirmé le chef de la diplomatie française Alain Juppé.

La Maison Blanche a dit étudier l'idée d'une force de maintien de la paix. Toutefois, Washington indique qu'avec la répression, il serait improbable de pouvoir maintenir la paix en Syrie. «Une telle mission débuterait s'il y avait une paix à maintenir. Malheureusement, nous savons qu'il n'y en a pas», a prévenu le porte-parole du président américain Barack Obama, Jay Carney.

TVA va Kebecleak

Tag(s) : #CONFLICTS DANS LE MONDE

Partager cet article