Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog




Le groupe japonais d'appareils photo Olympus, embourbé dans un scandale financier, s'est avoué jeudi incapable de publier ses comptes avant la date butoir de lundi, un aléa qui a entraîné la mise sous surveillance immédiate de son action en pleine déroute à la Bourse de Tokyo. "Nous pensons que nous ne pourrons pas annoncer nos résultats avant le 14 novembre, limite fixée par la législation financière", a écrit le groupe dans un avis aux actionnaires.

Olympus a précisé qu'il ne parviendrait pas à remettre d'équerre à temps ses états financiers des précédentes annnées, faussés par des dissimulations de pertes récemment reconnues. Prenant acte de ce communiqué, la Bourse de Tokyo a immédiatement placé le titre "sous surveillance", procédure préalable à une éventuelle expulsion de la liste des entreprises cotées.

"Nous ferons tout notre possible pour éviter la radiation", avait assuré mercredi le patron du groupe, Shuichi Takayama, conscient du danger au moment où l'entreprise est montrée du doigt de toutes parts. Alors que chaque jour apporte son lot de mauvaises révélations, le titre n'en finit plus de s'effondrer. Il est resté collé toute la séance de jeudi à son niveau le plus bas autorisé pour la journée, en l'absence d'acheteurs, perdant encore 100 yens (- 17,1 %) pour terminer à 484 yens.

PERTE DE LA CONFIANCE DES INVESTTISSEURS

Sa valeur a diminué de quelque 80 % depuis le 14 octobre, date du début d'une sale affaire dans laquelle la firme s'enfonce au rythme des découvertes de malversations qui ont duré des années. Un panel de cinq juristes et un contrôleur financier (mis en place récemment pour élucider les zones d'ombre liées à des commissions et au prix d'entreprises acquises) a décelé des irrégularités comptables et ouvert une boîte de Pandore.

Les comptes d'Olympus sont désormais passés au crible par les autorités nippones. Le Parti démocrate du Japon (PDJ) pense également mettre en place une commission spéciale sur ce cas très embarrassant qui pourrait en faire surgir d'autres. La société, dont les dirigeants ont répété pendant des semaines "qu'ils n'avaient rien fait d'incorrect", a totalement perdu la confiance des investisseurs. Son image, de même que celle de l'industrie nippone, en souffre, bien que ses produits, ses technologies, ses usines ou ses salariés, qui ont fait la réputation de la maison, gardent leur valeur intrinsèque.

Les détenteurs de titres Olympus s'en débarrassent à tour de bras, de peur d'être plumés. Le placement sous surveillance du titre donne un mois de délai supplémentaire à Olympus pour annoncer ses comptes rectifiés et validés par des experts. "Si Olympus ne publie pas ses résultats avant la nouvelle date limite du 14 décembre, son action sera radiée", a prévenu Tokyo Stock Exchange, la société qui gère la place financière tokyoïte.

Olympus a admis mardi avoir masqué à partir des années 1990 des pertes liées à des investissements financiers et avoir ensuite essayé de nettoyer ses livres de comptes en utilisant divers subterfuges.

source: Lemonde.fr

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article