Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le cri revisité #presidentielle
L'ancien président n'a jamais suscité autant de ferveur que depuis son échec. "Le retraité le plus actif de France" reçoit dans ses salons et savoure les mésaventures de son successeur, en attendant de sortir de sa tannière.

Les trousses "Nicolas, revient!" confectionnées par l'épouse de l'ancien ministre, Luc Ferry.

Les trousses "Nicolas, revient!" confectionnées par l'épouse de l'ancien ministre, Luc Ferry.


Cet automne, tel Napoléon sur l’île d’Elbe, Nicolas Sarkozy réfléchit à son grand retour. Ce bonapartiste – plus proche du Petit Napoléon, le troisième, que du premier – digère mal son Waterloo, subi lors des élections présidentielles de mai dernier. Il pense que les Français ont été injustes envers lui, que son successeur ne tiendra pas le choc, qu'il échoue déjà et qu’il pourrait bien se présenter de nouveau en 2017. Après tout, la vie est pleine de surprises. Son épouse, Carla Bruni, ne cache pas an avoir assez de la politique et des médias qui en découlent, et elle l’encourage à commencer une nouvelle vie : elle le pousse à profiter de sa magnifique villa au Cap Nègre, sur la côte d’Azur, à sortir avec leurs amis communs du monde de la mode et du spectacle, à profiter des sports qu’il aime, à gagner de l’argent par d’autres moyens.

Tout cela n’est qu’un secret de polichinelle dans les cercles parisiens. Nicolas Sarkozy souffre des symptômes de manque dont souffrent tous les politiciens qui ont quitté le pouvoir, surtout lorsqu’ils y ont été contraints suite à une défaite électorale. Dans son cas, il faut noter que les rêves qu’il nourrit trouvent un écho considérable au sein de la droite française. Les deux candidats à la succession de l’UMP, Jean-François Copé et François Fillon, s’affrontent pour démontrer lequel des deux est le plus fidèle à l’ancien président. Il est acclamé lorsqu’il va dîner à un restaurant chic, court dans le parc Monceau ou fait du vélo dans les environs du Cap Nègre. Toute une gamme de souvenirs a même été lancée, avec des sacs, des tee-shirts et des tasses à café à son effigie.

Le phénomène prend une telle ampleur que des revues comme Les Echos et Le Nouvel Observateur ont ressuscité un sketch de 2007 du chansonnier Michel Guidoni et parlent d’une nouvelle "sarkomania". Lors de la dernière édition de La Nuit Blanche, qui a eu lieu à Paris le 6 octobre, la marionnette de Sarkozy exposée au Palais de Tokyo a fait un triomphe. Il s’agit de celle qui était utilisée par les Guignols de l’info et elle était représentée en état de congélation. Etait-ce une métaphore pour rappeler qu’à l’instar de Walt Disney, Sarkozy n’est pas mort – politiquement, dans son cas – mais seulement en hibernation en attendant une résurrection ?

Un sac '"Nicolas reviens !"


“L'ancien président se tait mais il est partout, écrit Cécile Cornudet dans Les Echos. Sur les dos de kiosque, dans les livres […], dans les débats pour la présidence de l'UMP, dans les têtes. La petite musique de son retour sonne de plus en plus fort. Chez ses proches, qui le souhaitent. Chez ses adversaires, qui le redoutent.”

Le Nouvel Observateur
le compare à Johnny Hallyday, car il a ses fans et ses produits dérivés. Parmi eux, le sac Nicolas Reviens !, conçu par Marie-Caroline Ferry – l’épouse de Luc Ferry, ancien ministre de l’Education –, est vendu dans des boutiques parisiennes et sur Internet pour 57 euros. Selon Paris Match, ces sacs ont fait un malheur à Port Grimaud et à Saint-Tropez l’été passé.


Le compte Facebook de l’ancien président rassemble presque 800 000 amis, plus qu’il n’en avait lorsqu’il vivait à l’Elysée. Sur le site de L’Association nationale des amis de Nicolas Sarkozy (ANANS), on trouve les textes et les vidéos des discours de l’intéressé. Sur Internet, une boutique propose des articles – tee-shirts, masques, tapis de souris, fonds d’écran, tasses – à l’effigie de celui qui a mordu la poussière face à Hollande. Les produits dérivés de la sarkomania sont également disponibles sur Zazzle et eBay, entre autres.

La défaite de Nicolas Sarkozy est surtout due au rejet de sa personnalité. Pour une majorité de Français, pas seulement à gauche, son hyperactivité était insupportable, tout comme ses amis millionnaires, son obsession pour la télévision, son insolence vulgaire et son incapacité à séparer son image publique de sa vie privée, faisant de lui le premier président people de la République française, quelqu’un qui apparaissait à la fois dans les tabloïds et la presse politique.

"Mais les Français oublient vite", prévient Jean d’Ormesson. Et c’est peu de le dire ! D’un côté, la popularité de François Hollande et de son équipe sont en chute libre. De l’autre, après un été grandiose passé avec Carla Bruni à Marrakech, au Canada et au Cap Nègre, Nicolas Sarkozy est devenu le “retraité le plus actif de France”. Il enchaîne les visites de politiciens, de chefs d’entreprise, d’artistes et de sportifs dans son bureau privé de la rue de Miromesnil.
Ils racontent qu’il ne se livre pas à la moindre autocritique, mais qu’il est au courant de tout, téléphone aux directeurs des journaux pour connaître à l’avance les résultats des sondages, ne se prononce pas en public sur son successeur, mais savoure en privé les problèmes du président.

D’illustres visiteurs étrangers de passage à Paris demandent à dîner avec lui et sa femme, comme Robert de Niro. Et, selon Cécile Cornudet, des dirigeants comme Barack Obama, Angela Merkel, Herman von Rompuy et José María Aznar l’appellent souvent.

Nicolas Sarkozy a 57 ans. Maintenant, il porte une barbe de trois jours pour se donner une image plus décontractée, presque canaille, et avec sa vanité habituelle, il proclame : “Je suis l’homme le plus demandé au monde.” Officiellement, il s’est retiré de la vie politique, mais évidemment, si les Français souhaitent qu’il revienne, il s’en fera un plaisir. En réalité, selon ses proches, “il ne pense qu’à ça”.

Note :* Au lendemain de la parution de cet article, l'auteur, une des grandes plumes du quotidien madrilène, a prévenu sur son blog qu'il s'agissait de son avant-dernier dans les pages du quotidien, qui a lancé un grand plan de licenciement.

 

LAMENTABLE !!!

Tag(s) : #POLITIQUE

Partager cet article