Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Crédits photo : Bob Edme/AP

«Ne laissez pas la révolution que vous avez lancée véhiculer le mal, sans entrave, ni retenue», a dit le président à l'ouverture de l'e-G8 à Paris.

Nicolas Sarkozy a ouvert ce mardi matin la première édition de l'«e-G8» à Paris. Face à un millier de décideurs et observateurs de l'Internet - dont Mark Zuckerberg, le fondateur du réseau social Facebook et Eric Schmidt, le PDG de Google, qui ont fait le déplacement - le président de la République a invité les géants de l'Internet à former une délégation qui participera jeudi et vendredi au sommet du G8 à deauville. Car, pour Nicolas Sarkozy, «penser l'Internet relève d'une responsabilité historique, qui doit être partagée entre vous (les acteurs de l'Internet , NDLR) et nous, les chefs d'État» qui ont le devoir de «reconnaître le rôle (du web) dans la marche de l'histoire (...). Les États souhaitent engager avec vous un dialogue pour qu'une voie équilibrée puisse un jour être trouvée entre vos intérêts, ceux des internautes qui vous plébiscitent chaque jour et ceux enfin des citoyens et des contribuables de chaque nation qui ont aussi des droits», a expliqué le président. «On a beaucoup à faire ensemble», a-t-il jugé, en invitant à renouveler la tenue d'un e-G8 chaque année.

Le chef de l'Etat a salué ces géants de l'Internet qui ont révolutionné le monde. Une révolution «qui n'appartient à personne, qui n'a pas de drapeau, pas de slogan, qui est un bien commun», qui s'est opérée sous une forme «historique» inscrite «dans le pacifisme». Nicolas Sarkozy a en outre félicité Internet d'être devenu en quelques années le vecteur «d'une puissance inédite de la liberté d'expression», faisant référence aux révolutions arabes qui bousculent la région depuis le début de l'année. Pour le chef de l'État, les géants de l'Internet, qui ont «changé le monde au même titre que Galilée, Colomb ou Newton, ont bouleversé les fondements de l'économie mondiale dont (ils sont) devenus des acteurs majeurs».

Instaurer des règles sur la Toile

Malgré tout, il a insisté sur la nécessité de contrôler Internet. «La technologie doit rester neutre mais les usages ne le sont pas», a-t-il déclaré, plaidant pour que les acteurs du web ne laissent pas y «véhiculer le mal, sans entrave, ni retenue» ainsi que pour le respect d'un minimum de valeurs et de règles sur la Toile. «La transparence totale, celle qui ne laisse jamais l'homme en repos, se heurte tôt ou tard au principe même de la liberté individuelle», a insisté le président français, estimant qu'Internet ne peut s'affranchir «de valeurs minimum, de règles minimum.»

Il est revenu sur la question du droit à la propriété intellectuelle: «Je sais que la conception française sur ce principe est différente de celle d'autres pays, mais personne ne doit pouvoir être impunément exproprié du produit de ses idées, de son travail, de son imagination, de sa propriété intellectuelle».

Le président a rappelé que c'est en vertu de ce droit de créateur que ceux qui dessinent les contours de l'Internet ont pu bâtir des empires. «L'écrivain, le réalisateur, le musicien, l'interprète doit pouvoir avoir les mêmes droits, et une juste rétribution de leurs idées et de leur talents.»

"Même tête que Clinton, différente main. Un plan. Une oligarchie.---Ils ont vraiment la chienne d'Internet, normal car pour la première fois de l'histoire du monde le petit monde est capable de se parler, sans que ce ne soit à travers médias interposés." vu sur "incapable de se taire"

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article