Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ces substances chimiques utilisées dans le plastique présentent des risques pour la santé. Le Danemark vient d'en interdire quatre, la France pourrait bientôt suivre.

© (Steven Depolo/Flickr/CC)
Des insectes en plastique

Vous ignorez probablement leur existence et pourtant, ils sont partout. Dans les jouets, les cosmétiques, les sols en plastique, les peintures, les tubes médicaux, les emballages alimentaires, les fournitures scolaires, les sextoys... Les phtalates, ces substances chimiques destinées à assouplir les plastiques, font leur retour sur la scène politique.

 

 

.toy

Rentrée 2012 : Le prix du panier moyen des fournitures scolaires augmente de 25%

 



Leurs noms sont barbares, leurs formules chimiques variables et la nocivité de certains sur la santé humaine probable. Car ces substances peuvent migrer dans l'organisme et venir perturber le système hormonal, provoquant des troubles de la fertilité, voire des cancers.

L'Europe a d'ailleurs interdit six d'entre eux dans les articles de puériculture, huit dans les cosmétiques. Fin août, la ministre danoise de l'Environnement, Ida Auken, a créé la surprise en décidant d'interdire quatre phtalates (DEHP, DIBP, DBP et BBP) dès cet automne dans les produits de consommation susceptibles d'entrer en contact avec la peau ou les muqueuses.

 

BB et son biberon

 

Lush cosmétique.

 

Perturbations du système hormonal

Ces quatre substances sont considérées comme cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction. Comme le bisphénol A (BPA), autre substance chimique destinée, elle, à durcir les plastiques, ces phtalates font partie de la grande famille des « perturbateurs endocriniens ».

 

 

 

 

Selon le Réseau environnement santé, qui milite pour leur interdiction :

« 98% des études scientifiques sur le sujet montrent que les phtalates induisent des effets délétères chez l'homme et l'animal. »

Les troubles de la reproduction sont les plus fréquents, mais la liste est longue des effets possibles des phtalates : diabète, obésité, allergies, troubles respiratoires, risque de fausse couche accru, réactions inflammatoires...

Certes, ce n'est pas parce que l'on a été intubé avec un tuyau qui en contient, que l'on porte un rouge à lèvres ou que l'on en respire dans sa maison que l'on va développer un de ces troubles. Mais - et c'est la grande spécificité des perturbateurs endocriniens - , ce n'est pas « la dose qui fait le poison », disent les scientifiques. Mais plutôt l'exposition multiple et permanente à ces substances qui fait courir un risque à long terme, ce qu'ils appellent « l'effet cocktail ».

 

http://static0.7sur7.be/static/FOTO/pe/9/6/5/media_xl_3671360.jpg?20100426213106



La France, qui a donné au principe de précaution une valeur constitutionnelle, a déjà imaginé les interdire. Ce fut la proposition de loi Lachaud (député du Nouveau Centre), adoptée à l'Assemblée nationale en mai 2011 (mais qui n'est pas allée au Sénat car trop vaste). Parmi les 167 votants « pour » du groupe socialiste, on retiendra les noms de Jean-Marc Ayrault, Delphine Batho, Marisol Touraine...

Des alternatives existent

Le député socialiste Gérard Bapt, déjà auteur de la proposition de loi sur l'interdiction du bisphénol A dans les biberons puis les emballages alimentaires, va bientôt déposer une proposition de loi visant à interdire les quatre mêmes phtalates que le Danemark, « pays confronté à une explosion des malformations génitales à la naissance. Celles-ci augmentent aussi en France. »

Optimiste, le député a constaté un changement culturel chez les politiques français :

« Au départ, ils rigolaient sur ce sujet, me disaient que ce qui est important, c'est la grippe. Et finalement, ils ont voté [l'interdiction du bisphénol]. »

Désormais, il compte bien profiter de cette sensibilité française pour revenir à la charge :

« La conférence environnementale [qui se déroulera les 14 et 15 septembre, ndlr] sera une bonne tribune pour relancer le sujet. Je trouve particulièrement délétère que ces molécules soient présentes dans le matériel médical. Imaginez qu'on intube des prématurés avec des tubulures aux phtalates !

Il existe pourtant des alternatives, comme il avait été possible de se passer de BPA dans les biberons. La société Valmy à Roanne a ainsi remplacé le DEHP dans les dispositifs médicaux qu'elle fabrique (tubulures, masques, lunettes et tuyaux à oxygène) par du polypropylène, une matière qui a, de plus, l'avantage d'être recyclable. »

« Délit de sale gueule »

Du côté de l'industrie, la réaction est très vive. Jean Pelin, directeur général de l'Union des industries chimiques (UIC), estime que les phtalates sont victimes d'un « délit de sale gueule ».

Il rappelle que l'Europe s'est dotée depuis 2007 d'une réglementation sur les substances chimiques, Reach (pour « Registration, evaluation and autorisation of chemicals »). Les quatre phtalates interdits par le Danemark sont passés par les filets de cette réglementation :

« Ces substances toxiques sont soumises à contraintes, mais pas interdites, car il n'y a pas eu de démonstration scientifique de leur impact sur la santé aux doses habituellement utilisées. Le Danemark a choisi de se singulariser, ce qui va à l'encontre de l'harmonisation européenne et de l'analyse de l'Agence européenne des produits chimiques. »

Le représentant de cette prospère industrie, qui pèse 90 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel, tient à son image :

« Nous ne disons pas qu'elles sont inoffensives, mais que les conditions de leur utilisation sont encadrées. »

Pour Yannick Vicaire, en charge du dossier au Réseau environnement santé :

« Soit on fait comme avec l'amiante et on écoute l'industrie dire qu'elle n'a pas d'autre solution, soit on est proactifs et on fixe le cadre avec des délais raisonnables. Le rôle des pouvoirs publics, c'est de défendre la santé publique, pas l'industrie chimique. Demain, s'en passer, c'est possible. »

Son collègue toxicologue André Cicolella note qu'il y a une « incohérence » à interdire des phtalates dans les jouets mais à intuber les prématurés avec, et qu'une étude a prouvé le rôle des phtalates dans la féminisation du jeune garçon. De plus, on manque de recherche sur les effets cancérigènes des perturbateurs endocriniens :

« Il y a des lacunes dans la recherche fondamentale, alors que ce sont une des clés de compréhension de l'épidémie de maladies chroniques, celles liées au métabolisme que sont le diabète, l'obésité et les cancers hormonaux-dépendants. »

L'industrie reconnaît que la multi-exposition environnementale rend difficile l'identification de l'origine de ces maladies, mais Jean Pelin assure :

« Il faudrait qu'un bébé suce une tétine aux phtalates pendant plusieurs vies pour que cela devienne dangereux, aux doses où elles sont concentrées. »
Tétine Black / Grey Pirate

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) doit rendre l'an prochain un avis sur les perturbateurs endocriniens. L'évaluation des risques par les experts saura-t-elle s'extraire des pressions de l'industrie ?

source via SOTT

Tag(s) : #SANTE

Partager cet article