Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié le 05-07-11

"Vivant plus longtemps, il est logique que l'on travaille plus longtemps", estime le ministre du Travail. Un schéma loin des réalités. Par Louis Morice

Alors oui, les Français vivent plus longtemps. Mais ces chiffres ne prennent pas en compte d'autres réalités.
Cadres et ouvriers sont inégaux face à l'espérance de vie
Il existe des inégalités sociales de mortalité assez marquées en France. Elles tiennent à des différences de comportements et de modes de vie mais aussi à des expositions aux risques professionnels inégales.
Une étude de Rachid Bouhia pour l'Insee analyse le rôle des conditions de travail dans la formation des inégalités sociales de mortalité. Elle pointe des écarts significatifs de mortalité précoce entre catégories socioprofessionnelles, établissant un lien entre le risque de décès et les caractéristiques de l'emploi.
Les données collectées par Rachid Bouhia montrent ainsi que, chez les cadres, 6,7% des hommes nés entre 1940 et 1946, sont morts avant 60 ans. Un pourcentage qui grimpe à 14,3% chez les employés et ouvriers non qualifiés.
Consommation d'alcool et de tabac, sécurité routière, prévention vis-à-vis de sa santé, le mode de vie tient une part dans ces données. Le travail a lui aussi un impact très net : ouvriers et employés ont souvent des métiers plus pénibles physiquement. Ils sont aussi plus exposés que les cadres à des produits toxiques ou à des accidents du travail.
Vivre plus longtemps, mais en bonne santé
La qualité de vie n'est pas prise en compte dans l'augmentation de l'espérance de vie. Les années gagnées ne sont pas toutes des années de vie en bonne santé. Diffusée en 2008, une étude européenne réalisée avec des chercheurs de l'Ined et de l'Inserm précisait qu'un Français âgé de 50 ans peut espérer vivre jusqu'à 68,1 ans sans incapacité et une Française jusqu'à 69,7 ans. Avec un âge de départ fixé à 62 ans, cela ne laisse donc aux Français que peut d'années pour profiter de leur retraite sans incapacité.
Les ouvriers sont victimes d'une "double peine" révélée par le croisement des données. Leur espérance de vie est inférieure à celle des autres catégories sociales et ils vivent plus d'années que les autres en incapacité. Selon une autre étude de l'Ined publiée en 2008, plus l'espérance de vie est longue, plus la part de vie passée sans incapacité est forte.

Chez les hommes, les cadres disposent en moyenne de 10 années d'espérance de vie sans incapacité de plus que les ouvriers. Après 60 ans, les ouvriers vivent plus d'années victimes de limitations fonctionnelles que sans incapacité. Avec une espérance de vie plus courte, ils passent ainsi plus d'années avec ces difficultés que les autres catégories.
Louis Morice - Le Nouvel Observateur

la retraite c'est pour les riches, l'hôpital tant qu'il y en a un c'est pour les pauvres !
et les riches ne vont pas payer ad vitam l'hôpital des pauvres.

ben, non, quoi ! et la justice alors !!!

la retraite avant l’Asile c'est environ 5 ans !!!!
c'est cher d'aller travailler !
et lire
Mamie Sceptic
Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article