Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Alors que les mass médias occidentaux se sabordent en deux photos foireuses et faute de preuves, que les occultistes jouissent de fêter l'évènement survenu un 1er mai, que le dollar a étonnamment repris du poil de la bête, que mes camarades initiés se marrent devant une telle mascarade, que De Villepin s'est fait hara-kiri pour 2012 en jouant la carte de l'apaisement, que Marc-Edouard Nabe fut à 2 doigts de changer son fusil d'épaule sur le complot, que l'agent du Mossad Marc Weitzmann s'est une fois encore ridiculisé, que les Rothschild doivent se tordre de rire devant une telle mascarade, les noms se bousculent pour succéder à Ben Laden dans le rôle du grand méchant : celui qui déclenchera l'hostilité de tous et par là même la troisième guerre mondiale.

Jamel Debouzze avait un court instant été envisagé suite à son soutien à Dieudonné. Son retournement de veste puis un petit tour au mur des Lamentations l'ont remis dans le droit chemin. Hassen Chalghoumi ne doit pas plus s'inquiéter, lui qui s'est goinfré au dernier dîner du CRIF Rhône-Alpes en compagnie de Rama Yadé. Non, ceux-là sont planqués à l'ombre. Dans les hautes sphères mondialistes, ils ont plutôt pensé à Mahmoud Ahmadinejad à vrai dire. Plutôt qu'à l'autre Mahmoud, celui de Cisjordanie. L'ultime offensive anti-iranienne attendra encore quelques mois. Le temps d'évacuer cette ahurissante affaire Ben Laden.


Trichet prix Charlemagne 2011

En marge du « supposé » assassinat d'un homme que chacun savait mort depuis longtemps hormis divers blaireaux américains jacassant dans la rue, une information est passée complètement inaperçue : le prix Charlemagne 2011.
On croirait une récompense pour turfistes du dimanche, une remise de médaille pour bons et loyaux services en entreprise voire une décoration littéraire. Le prix Charlemagne n'est rien de tout cela. Décerné depuis 1950, il récompense une personnalité généralement célèbre ayant œuvré pour l'unification de l'Europe.
Il n'est donc guère étonnant de retrouver des hommes politiques comme Jacques Delors en 1992, la féministe Simone Veil en 1981, Vaclav Havel en 1991, Tony Blair en 1999, Valéry Giscard d'Estaing en 2003, Angela Merkel en 2008 mais aussi François Mitterrand et Helmul Kohl en 1988 ; un symbole quand on sait l'importance de l'Allemagne et de la France qui sont deux piliers de la construction européenne. Le Bankster Henry Kissinger reçut cette méconnue récompense l'année précédente (1987).
Tout aussi influent et couronné moins récemment, Winston Churchill obtint ce prix en 1955 à l'instar de l'ancien Bilderberger Jean Monnet (1953) qui fut habilité en son temps dans ce but précis. Plus étonnant -notamment pour le grand public n'adoptant pas la grille de lecture « Nouvel Ordre Mondial »- fut le prix Charlemagne 2004 délivré au Pape Jean-Paul II.
C'est certainement une coïncidence mais il est toutefois utile de relever que quasiment tous les noms cités furent ou sont toujours membres de la haute maçonnerie.

A l'heure où les tractations s'opèrent en haut lieu -dans ces mêmes loges en l'occurrence-, une question se pose clairement en préambule des diverses élections bidons que le citoyen lambda devra subir : qui sera à la tête des institutions créées de toutes pièces pour conforter le règne des cartels et continuer de ruiner le contribuable ?

Revenons un instant au lauréat Charlemagne 2011, à savoir Jean-Claude Trichet. Ce grand ami de Jacques Attali avait fait par le passé l'éloge de l'Europe. Il avait notamment déclaré que l'euro était « la monnaie de la paix » et s'est récemment distingué par diverses déclarations plus ou moins camouflées par les mass médias. Trichet avertit en effet d'une inflation durablement élevée (car voulue par la FED) : « Des politiques économiques inappropriées, en creusant les écarts de compétitivité, entraînent des taux d'inflation durablement supérieurs à l'objectif de stabilité des prix » avant d'ajouter : « Augmenter les salaires en réaction à la poussée inflationniste actuelle serait la dernière des bêtises à faire. » On comprend aisément l'étendue de ces quelques mots de la part d'un économiste à la solde du cartel bancaire.

Draghi pour succéder à Trichet

A la Banque Centrale Européenne, Mario Draghi est fortement pressenti pour lui succéder en novembre. Nicolas Sarkozy et l'Allemand Wolfgang Schäuble l'ont dernièrement soutenu. Pour quelles raisons ? Les spécialistes politico-financiers (aux ordres) se chargent bien de nous le dire.
Quant à Robert Zoellick de la Banque Mondiale, son successeur viendra probablement de là où on est allé le chercher : Goldman Sachs. Comme Geithner au Trésor US. Ou en provenance de la JP Morgan. Ou peut-être de la Citibank. Ou simplement d'une puissante banque de la Federal Reserve. Il est en effet logique de travailler pour celui qui vous emploie !

Le jeu des chaises musicales est ainsi enclenché. L'Indien Duwuri Subbarao, le Turc Kemal Dervis voire le Sud-Africain Trevor Manuel pourraient remplacer Dominique Strauss-Kahn au Fonds Monétaire International. La ministre UMP de l'économie Christine Lagarde serait la candidate française en lice. Cette dernière a peu de chances de succéder à un DSK qui représente -c'est gros comme une maison- le pion hexagonal idéal pour 2012. D'où la mobilisation des mass médias et sondages visant à promouvoir la montée frontiste servant de marchepied au candidat de l'Establishment. Les électeurs marinistes pourront toujours croire à une victoire extrêmement improbable. Le pouvoir des urnes n'est en pas un, surtout devant les stratagèmes de cette mafia financière luciférienne.

Les plans sont faits depuis bien longtemps. Un haut initié leur a indiqué comment procéder [1]. Reste à achever le boulot. Car finalement, ce jeu de chaises musicales, ses pions interchangeables, ces divers mouvements, on s'en fout un peu, n'est-ce pas ? Le futur cataclysme social à venir, l'avenir de l'humanité, sa réduction -ou non- en esclavage ont à nos yeux un tout autre intérêt.
La vérité de ce monde étant d'abord celle qu'on nous cache, parvenir à y voir clair est prépondérant dans le combat à mener face à ceux qui nous oppriment. Eviter que l'esprit de soumission gagne du terrain est tout aussi important, car comme l'écrivait dernièrement l'ami Denis : « Si le mensonge non dénoncé, avec le temps, acquiert le caractère de vérité, son énormité en dit long sur la servilité de ceux qui l'acceptent. »

[1] Plus d'explications factuelles dans mon prochain bouquin « Deux cris dans la nuit » sur la conspiration mondiale, Trichet, le FMI, DSK, la FED etc...

Johan Livernette

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article