Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Image Detail

Avec toute la mauvaise foi du monde, Émilie Laystary va essayer de vous expliquer en quoi le mauvais temps, c’est pas si nul que ça.

Bon, on l’aura tous compris : la France n’a jamais eu un mois de juillet aussi pourri, les vacanciers des campings sont obligés de jouer au Uno sous la tonnelle (au lieu d’enchaîner les parties de pétanque) (c’est jean-Pierre Pernaut qui le dit) et cette météo fluctuante est vraisemblablement synonyme de fin du monde prochaine (ou de réchauffement climatique – au moins).

Maintenant qu’on a dit ça, on dit quoi ? On continue à se plaindre jusqu’à la rentrée et à maugréer sur ce genre de vérité qui fait mal (voir la couv’ ci-dessous) ?

Quelques arguments pour (se forcer à) se réjouir du sale temps couv

NON ! Voici quelques trucs qu’on va se forcer à se dire pour se convaincre que le mauvais temps, ça a aussi du bon. Bon, vous arrêtez de bouder ? Allez, on y va.

1. Il pleut ? Ça tombe bien, vos plantes arrêteront de se dessécher

Plant.

 

Le mois dernier, la pluie est deux fois plus tombée que d’habitude (133,1 millimètres de précipitations alors que la moyenne se situe à 71,8). Vous qui n’avez jamais tenté de vous occuper d’autre chose que de ce petit cactus placé au-dessus de la télé et facile à entretenir (et encore, vous avez vérifié ? il est peut-être en plastique)… c’est le moment ou jamais d’acheter une plante verte ! Donnez-lui un nom marrant (genre « Pinochet » ou, disons, « Clavicule »), déposez-la sur le rebord de votre fenêtre et laissez la pluie vous aider à prendre soin d’elle.

Vous verrez, à la fin de l’été, vous n’aurez peur-être pas eu à peaufiner un bronzage doré, mais au moins, vous serez en possession de jolis bégonias. C’est un accomplissement aussi, vous savez.

2. Faites partie de l’histoire

Cette météo instable étant de plus en plus surréaliste, cet été fluctuant fera sans aucun doute partie de notre imaginaire collectif à venir. Imaginez ce qu’on dira, dans 20 ans, aux congrès sur le réchauffement climatique : « Souvenez-vous de cet été 2012 ! À peine sortions-nous prendre le soleil qu’il se mettait à pleuvoir 5 minutes, avant de se remettre à faire beau ! » (avec la voix de Jamie de C’est pas sorcier). En plus, si vous vous débrouillez bien, vous parviendrez peut-être même à vous faire inviter sur les plateaux télé comme témoin de notre époque. C’est toujours mieux que Secret Story, et ça rend Maman toute fière.

3. Les terrasses sont moins bondées

Terrasse Opéra Garnier

Hector votre pote dégueulasse avait trouvé une bonne technique pour faire fuir les gens en terrasse : le pet discret, véritable arme olfactive. Comme vous ne vous voyez pas vous enfiler deux boîtes de cassoulet à midi, vous faites partie de ces honnêtes gens qui remontent toute la rue avant de trouver une place de 4 au soleil. L’avantage du mauvais temps ? Y’a plus personne dehors. Les gens vont au ciné ou restent chez eux à traîner sur Pluzz.fr. Profitez-en pour aller boire une pinte ou deux : de toute façon, une fois bourré-e, vous tituberez forcément pour rentrer chez vous. Alors autant que le sol glissant (à cause de la pluie) soit une excuse.

 

4. Ça vous fait un sujet de conversation

Conversation

Vous croisez Maxence, le petit frère de votre ancien pote de badminton puis Justine, cette fille de votre promo à qui vous n’avez jamais parlé en 3 ans de licence à la fac. Vous n’avez rien de spécial à leur dire, à part « Ah mais ouuuui ! Je me souviens ! T’avais de l’acné la dernière fois que je t’ai vu-e, non ? » et « Alors quoi de neuf, tu pues toujours autant de la gueule ? » Mais vos parents vous ont appris que la bienséance empêchait le trop plein d’honnêteté. Alors, que dire à Maxence et Justine ? La réponse est au dessus de votre tête : LES GROS NUAGES ET LE CIEL TOUT GRIS, bien sûr ! Disserter du mauvais temps permet par ailleurs d’embrayer sur une fin de discussion courtoise, du type « Oh là dis, en parlant de ciel gris, je ferais mieux de rentrer chez moi avant qu’il ne se remette à pleuvoir, tiens ». Et hop. Personne ne saura qu’au fond vous êtes un connard sans nom.

 

5. Pluie : 1 ; Pollen : 0

ALLERGIE : 3 REMÈDES NATURELS CONTRE LE RHUME DES FOINS http://www.topsante.com/vivre-bio/medecines-douces/3-remedes-naturels-contre-le-rhume-des-foins

 

Il paraît qu’on est de plus en plus nombreux à être allergiques au pollen sur cette terre. Si vous aussi vous avez en horreur ces petits bouts de coton blanc qui volent dans l’air à partir du mois de mai, vous savez comme moi que la pluie présente l’avantage d’humidifier l’air et donc, de vous tenir éloigné des éternuements à répétition. La prochaine fois qu’il pleuvra, faites comme moi : sortez de chez vous et faites la danse du ventre sur le trottoir. Oh, et si vous n’êtes pas allergique au pollen et que ce point 5 ne vous concerne pas, sachez que la pluie peut vous changer la vie, à vous aussi. Vous pouvez par exemple faire des économies d’eau en vous lavant sous la flotte, façon pub Ushaïa ou mes petits cousins à Saïgon. Autant d’argent que vous ne dilapiderez pas dans la Société des Eaux mais chez le marchand de glace une fois le soleil revenu.  source

Tag(s) : #VIE QUOTIDIENNE

Partager cet article