Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

La présidence de la BCE vient d’innover dans sa communication. Plus question de politique monétaire, mais l’annonce d’un changement de billets d’euros destinés à remplacer nos euros actuels. Bien sûr, cette opération va être réalisée au motif que les nouveaux billets signés Mario Draghi seront plus SECURISES.

La communication des banquiers centraux européens revient à la sémantique de la période de l’effondrement des tours jumelles de New York.  

 

Que ne doit-on pas justifier au nom de la SECURITE ?

Et Mario Draghi peut-être heureux. Tel un gamin, il va voir sa signature sur les nouveaux billets !


 

Le nouveau bébé de Mario Draghi doit normalement voir le jour en mai 2013. Nul besoin de piétiner d’impatience… c’est demain. Nous verrons si son collègue Mario Monti a décidé de faire ses valises à cette période ou s’il se décide à rester.

 

Cette décision de la BCE intervient tandis que la course à la liquidité est difficile. Beaucoup ont vidé leurs comptes et préféré placer dans de la trésorerie à domicile, doutant encore des vertus monétaires des métaux précieux.

On appréciera le cynisme de nos banquiers. Tout en pillant la Grèce, berceau de la démocratie qui s’éteint progressivement avec Bruxelles ; tout en provoquant une véritable génocide social en Grèce au nom de la nécessité de rembourses les intérêts des dettes au MARCHE.. le lancement de la deuxième série de billets en euros sera baptisée « Europe » et sera illustrée avec une visage de femme grecque, celui de la déesse Europe !

Le visage de la déesse provient d’un vase datant de plus de 2000 ans, découvert dans le sud de l’Italie, et conservé au Louvre, à Paris. « Cette figure a été choisie car est clairement associée au continent européen, et apporte une touche d’humanité aux billets », explique la BCE.

Dans sa communication, la BCE précise que toute la gamme des billets en euros (5,10,20, 50, 100, 200, 500) sera changée progressivement sur plusieurs années. Les billets existants seront progressivement retirés de la circulation.

Quelles sont les motivations des forces financières à l’origine de cette décision ?

A la Libération, ceux qui avaient engrangé des lessiveuses de billets gagnés avec le marché noir, se sont fait repérer par le changement des billets… ou ont dû les garder.

Plusieurs sites annoncent depuis plusieurs mois certaines restrictions de retraits en Europe. Y a-t-il une volonté de restreindre le nombre de billets physiques en circulation ? Est-ce alors un pas vers une monnaie électronique qui assurerait un meilleur contrôle pour plus de sécurité ?

Nous laissons débattre les lecteurs. Mais une chose est certaine : quand on connaît quelques loustiques de la finance européenne et le lien de M. Draghi avec les pieuvres de Wall Street, il y a gros à parier que cette affaire tombe à point nommé… juste après l’élection d’Obama. Hasard ou pas ? Tout s’éclaircira probablement dans quelques mois. sourcelink

 

le billet de cinq euros dévoilé :

 

nouveau billet cinq euros

Les nouveautés du billet de cinq euros mises en exergue par le HuffPost Espagne

 

 

Le portrait d'un personnage mythologique sur chaque billet

Dans un premier temps, les nouveaux billets coexisteront avec les coupures actuelles, lancées en janvier 2002. Celles-ci seront ensuite peu à peu retirées de la circulation "avant de cesser d'avoir cours légal, à une date qui sera annoncée longtemps à l'avance", a précisé la BCE dans un communiqué. Les billets de la première série conserveront leur valeur sans limite de temps: ils pourront à tout moment être échangés dans les banques centrales nationales de la zone euro.

 

Sans dire au revoir au graphisme existant du thème "Epoques et styles architecturaux" de la première série, qui retrace les styles caractéristiques de différentes périodes de l’histoire de l’Europe, les nouveaux billets comporteront tous un portrait du personnage mythologique.

"Les portraits sont depuis longtemps utilisés sur les billets de banque du monde entier et des études ont montré que les gens ont tendance à se rappeler des visages, c'est pourquoi nous avons choisi d'inclure un visage dans la seconde série de billets en euros", a expliqué le président de la BCE Mario Draghi dans une vidéo de présentation.

Les traits retenus sont ceux d'une Europe représentée dans une oeuvre exposée au Musée du Louvre à Paris, a précisé le vice-président de la BCE Vitor Constancio lors d'une conférence de presse.

 

Regardez la source d'inspiration de la BCE :

 

 


 

 

Tag(s) : #ECONOMIE - FINANCE

Partager cet article