Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

quand AREVA et son EPR deviennent synonymes de répressions et expropriations ! | FUKUSHIMA INFORMATIONS | Scoop.it

 

Dans la région de Jaitapur, sur la côte ouest de l’Inde, les noms de l’entreprise nucléaire française AREVA et de son réacteur EPR sont désormais associés aux mots répression, expropriation et abus de pouvoir.
AREVA projette d’y construire prochainement six réacteurs nucléaires pour une puissance totale de 9900 mégawatts (MW). Son partenaire indien, la Nuclear Power Corporation of India Ltd (NPCIL), veut faire de Jaitapur « le plus grand complexe nucléaire du monde ».
Les expropriations en cours sont menées au nom d’une loi sur les acquisitions de terres datant de l’époque coloniale. Plus de 95 % des propriétaires concernés ont refusé l’indemnisation offerte par le gouvernement. Contrôlée par ce dernier, l’entreprise NPCIL envisage de déraciner les quarante mille résidents qui vivent des ressources naturelles et des produits de cet écosystème : Une zone entière va être dépeuplée et cinq villages vont être évacués.
Ces villages qui entourent Jaitapur, à quelque quatre cents kilomètres au sud de Bombay sont au cœur d’une des dix plus grandes réserves mondiales de biodiversité de la planète (reconnue par l’UNESCO)
Plus grave, Jaitapur est située dans une zone hautement sismique - classée 4 sur une échelle de 5 - et proche du littoral :
« Au cours des vingt dernières années, relève l’organisation environnementale Greenpeace, Jaitapur a connu trois tremblements de terre dépassant le niveau 5 sur l’échelle de Richter ; celui de 1993, d’une intensité de 6,3, a tué neuf mille personnes. Rien de tout cela n’a été pris en compte lors du choix du site. »
La résistance antinucléaire est d’un pacifisme exemplaire. En dépit des manipulations, des répressions violentes et d’arrestations massives, la population de Jaitapur reste unie dans son opposition au projet. Affiches, manifestations, marches et actes de désobéissance civile : depuis quatre ans, elle mène campagne.
Au regard de nouvelles arrestations, de nombreuses ONG et collectifs antinucléaires français adressent aujourd’hui une lettre de protestation à AREVA et au gouvernement indien.
Afin de porter haut cet appel, nous vous invitons à faire entendre votre voix citoyenne et solidaire en ajoutant votre signature à cette lettre afin de soutenir la résistance indienne, bafouée dans ses droits les plus élémentaires et dénoncer l’entêtement insensé et scandaleux d’AREVA et du gouvernement indien.

LA LETTRE DE PROTESTATION :

A l'attention de Luc Oursel, président d'AREVA, Abdul Kalam, président Indien

Aujourd’hui, mercredi 13 juin 2012, des hommes et des femmes indiens ont été arrêtés alors qu’ils tentaient pacifiquement de récupérer les terres dont ils ont été injustement privés pour le projet de centrale nucléaire de Jaitapur.

Nous, hommes et femmes français, protestons vigoureusement contre cette injustice commise pour les intérêts uniques de la société Areva et du gouvernement indien. Nous dénonçons :

la privation des propriétés des agriculteurs et pêcheurs sur le site de la future centrale nucléaire de Jaitapur,
l’arrestation de 22 personnes pour la seule faute d’avoir usé du droit inaliénable de manifester,
l’interdiction de se rassembler à plus de 5 personnes dans la région,
les mesures d’éloignement contre les activistes, commeMme PatilVaishali, afin de les empêcher de pénétrer dans le district,
l’insistance rapportée d’Areva pour jouir d’une exemption de responsabilité en cas d’accident nucléaire en Inde.

Areva est en train de construire 6 réacteurs EPR de 1650 MW chacun, dans le gigantesque parc nucléaire de Jaitapur. L’accident de Fukushima a montré que la construction de plusieurs réacteurs sur un même site représente un danger supplémentaire. Une situation d’urgence sur n’importe lequel des réacteursmenace directement la sécurité et les éventuels travaux de restauration sur les autres réacteurs.

L’EPR est combattu à Flamanville, en France. Sa construction connait de lourds dépassements de délai et de budget, en France comme en Finlande, et les agences de sécurité européennes ont soulevé de sérieuses objections quant à sa conception. Même la Commission de Régulation Nucléaire des Etats-Unis (NRC) a retardé la certification de sécurité de l’EPR. Dans ces circonstances, la construction de 6 réacteurs EPR àJaitapuréquivaudrait à une expérience inhumaine, utilisant les populations les plus pauvres de l’Inde comme des cobayes.

L’actionnariat d’Areva étant composé à presque 90% d’agences de l’Etat Français, nous, citoyens français, tenons à dénoncer publiquement l’attitude d’Areva. Nous refusons que les intérêts de cette société soient placés avant les droits fondamentaux et inaliénables du peuple indien. Et nous rappelons que le droit de propriété, le droit de manifester et le droit de se rassembler sont des droits fondamentaux et basiques de toute démocratie digne de ce nom.
Nous, hommes et femmes de nationalité française, adressons toute notre solidarité et notre soutien à nos frères et sœurs indiens, dont nous admirons le combat. source

 

Lien pour apporter votre signature :

http://www.mesopinions.com/Soutien-aux-citoyens-resistants-de-Jaitapur--contre-AREVA-et-le-gouvernement-indien-petition-petitions-57d55e6a7a85490a3fd4f3801d00ff3f.html

Pensez à la valider via le mail envoyé après signature en ligne !

MERCI DE DIFFUSER VIA VOS RESEAUX  !

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article