Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comment interprêter cette nouvelle affaire fumeuse ?


Deux visions complémentaires très intéressantes et à lire pour comprendre certains tenants de cette affaire: l’une de Thierry Meyssan “La tactique du blasphème” et l’autre de l’historien Webster Griffin Tarpley: “La surprise d’Octobre”.

Il semblerait qu’il y ait une bagarre de chiens de garde du système en haut de la pyramide politique yankee… Alors Médor ou Mirza ?… Faites vos jeux sous le chapiteau du plus grand cirque du monde !…

– Résistance 71 –

 

La surprise du mois d’Octobre pour “carteriser” Obama

 

 

Le 16 Septembre 2012

 

url de l’article otiginal:

http://www.prisonplanet.com/october-surprise-to-carterize-obama.html/print/

  Par Dr. Webster Tarpley


~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Des manifestations se sont déroulées ces derniers jours devant des ambassades américaines dans plus de 20 villes autours du monde en protestation du film californien diffamatoire dont le titre original était “Le combattant du désert” et qui s’est mué en “L’innocence des musulmans”.

Dans une attaque planifiée pour coïncider avec les manifestations, un escadron de la mort libyen a assassiné l’ambassadeur américain en Libye et trois de ses associés. Le ministère des affaires étrangères américain a constitué une cellule de crise pour évaluer le développement de la situation 24/24.

Le film en question a été de toute évidence fait et diffusé comme moyen de provocation et rien d’autre. Mais ce film était-il, comme le prétendent les médias américains, le travail d’un isolé, résident californien et américain-égyptien Nakoula Bassely Nakoula, alias Abanob Bassely, alias le citoyen israélien Sam Bacile, un repris de justice ayant un gros problème avec la drogue, et les quelques acteurs qu’il a embauchés ? Une preuve persuavive suggère que ce n’est pas le cas.

Au lieu de cela, nous avons affaire à une opération ambitieuse des services de renseignement dont le but est de créer une “surprise d’Octobre” (quelques semaines en avance il est vrai) afin de choquer les opinions publiques mondiale et américaine et afin de discréditer et de “carteriser” (NdT: référence ici au fiasco voulu du sauvetage des otages de l’ambassade des Etats-Unis à Téhéran en 1980, qui vit Carter se faire battre pour sa réélection par Ronald Reagan) l’occupant actuel de la Maison Blanche et d’y  installer le grand copain de longue date de Netanyahou, Mitt Romney, à sa place. Alors que le public américain identifie Obama comme étant l’instigateur des révolutions colorées et des interventions militaires du “printemps arabe”, des attaques sur des diplomates américains, leurs assassinats et la possibilité de prises d’otages peuvent être attendus afin d’affaiblir les chances de réélection d’Obama. Si Romney l’emporte, le contrôle de la politique étrangère américaine repassera au groupe d’incorrigibles va t’en guerre néoconservateurs qui sont les manipulateurs de Romney concernant les affaires étrangères et internationales. La crise actuelle est un signe que les néoconservateurs et leurs alliés tentent un retour en force sur la scène politique.

Les réseaux impliqués dans cette opération semblent être ceux-ci:

La mafia mormone de la CIA, mettant en scène des officiels de haut-niveau de la communauté du renseignement américain, qui sont des membres de la secte étroitememt liée de Romney. Ce groupe peut également être référé comme la faction Brent Scowcroft. Scowcroft, le bras droit d’Henri Kissinger, a utilisé sa position bureaucratique très solide sur des décennies pour aider à promouvoir un bon nombre de ses coreligionnaires. Ce groupe veut Romney à la Maison Blanche, parce que Romney et son chef d’équipe de transition Mike Leavitt, également un mormon, se sont embarqués dans une politique interne qui favorisera les mormons et leur accès à des postes de haut-rang.

Le 14 Septembre, Google a rejeté une demande faite par la Maison Blanche d’Obama pour qu’ils retirent mondialement de la toile le film controversif. Comme le magazine Wired l’a expliqué le 11 Mai 2012: “l’ancien chef de l’Agence Nationale à la Sécurité (NSA) Mike McConnell a dit au Washington Post que la collaboration entre la NSA et des compagnies privées comme Google était inévitable” et cela a été largement rapporté depuis Janvier 2010. Donc le refus de Google de coopérer avec Obama nous donne les vues de la NSA et nous en dit long sur quel candidat à la présidence la communauté du renseignement table.


Le Likud de Netanyahou

La semaine dernière, le premier ministre israélien réactionnaire est intervenu de manière ouverte et scandaleuse dans la politique américaine en temps de période électorale et ce dans une tentative de sécuriser l’élection de Mitt Romney, qu’il connaît très bien depuis que tous deux sont bras dessus, bras dessous après avoir travaillé ensemble au sein du Boston Consulting Group en 1976.

Il y a environ une semaine, la ministre des affaires étrangères Hillary Clinton a annoncé que les Etats-Unis n’avaient pas de “ligne rouge” tracée à l’égard du programme nucléaire iranien. Netanyahou a repliqué colériquement, éructant que ceux qui n’ont pas de ligne rouge tracée pour l’Iran “n’ont aucun droit moral” d’empêcher Israël de déclencher une guerre d’agression désastreuse contre l’Iran. Ceci fut interprété à Washington comme un appel du pied à voter Romney. Pour bien souligner le message, l’adjoint du porte-parle de la Knesset (NdT: le parlement israélien) apparut un beau matin sur les ondes de MSNBC pour demander une guerre immédiate des Etats-Unis contre l’Iran. Les candidats républicains utilisent ces matériaux et cette réthorique dans leurs campagnes électorales.

Certains observateurs ont remarqué qu’alors que Netanyahou demande que les Etats-Unis spécifient un set de circonstances futures sous lesquelles la guerre pourrait commencer, Israël quant à elle n’a jamais spécifiée sa ligne rouge, ce qui veut dire que Bibi veut que Washington soit plus israélien que les israéliens. Ces actions incongrues de Netanyahou ont provoqué une vague de rejet et d’hostilité de la part des Américains et ce même dans des cercles qui d’habitude sont préparés à soutenir les Israéliens.

Certains ont aussi spéculé que dès lors que Romney a démontré de manière répétée qu’il n’ a aucune connaisance en matière de politique étrangère, Netanyahou pense qu’il pourrait dicter la politique étrangère américaine au travers de son amitié avec Romney. Durant les débats pour la nomination républicaine à la présidence, Romney a promis de demander à Netanyahou son accord pour toute action américaine au Moyen-Orient.


Les néoconservateurs américains

Les néoconservateurs pro-israéliens de l’ère Bush-Cheney se sont rattachés à Romney comme étant leur principal espoir de revenir aux affaires. Ce groupe inclut John Bolton (le prochain ministre des affaires étrangères américain si Romney gagne), Eliot Cohen, Robert Kagan, Robert Joseph et Dan Senor (qui conseille maintenant le candidat vice-président Paul Ryan sur ce qu’il dit sire en matière de politique étrangère).

Le prince Bandar bin Sultan (NdT: grand gourou des services de renseignement saoudien et grand ami de George W. Bush) et la famille royale saoudienne préfèrent Romney à Obama. Comme la famille royale est la financière de la vaste majorité des escadrons de la mort qui sévissent à l’heure actuelle au Moyen-Orient, incluant la Libye et la Syrie, leur soutien serait très avantageux pour organiser des attaques comme celle du consulat américain de Benghazi en Libye, qui a tuée l’ambassadeur américain J. Christopher Stevens.

L’idéologue impérialiste français Bernard Henri Levy (BHL), qui avait conseillé de très près le président Sarkozy afin de bombarder la Libye, a sanctifié Stevens comme étant “un artisan secret de la libération libyenne”.

BHL a dit que Stevens avait accompagné Hillary Clinton à une réunion avec le chef rebelle Mahmoud Djebril le 14 Mars 2011, et qu’il avait ensuite aidé à convaincre Clinton pour qu’elle appelle Obama et lui recommande qu’il donne l’ordre de commencer immédiatement les bombardements (Le Monde du 12 Septembre). Considérant l’efficacité de Stevens à la fois en arabe et en français, il devenait par la suite la personne naturellement qualifiée pour servir de contact entre les groupes militants pro-Al Qaïda de l’axe extrémiste Bengazi-Derna-Tobrouk, qui fit la plupart des combats contre les forces de Kadhafi. Beaucoup de ces groupes armés ont été transférés par l’OTAN en Syrie depuis pour combattre le régime du président Al-Assad, ceci posant la question subsidiaire du rôle de l’ambassadeur Stevens dans les opérations en cours en Syrie. Ce qui est moins  clair est le fait de savoir pourquoi il devrait être singularisé pour l’heure. Peut-être était-il un témoin de trop de choses qui pourraient s’avérer embarassantes plus tard…

Mardi soir, Stevens avait quitté le camp retranché du consulat américain et pris refuge dans une maison secrète et sécurisée non loin de là. De manière évidente, les assaillants très bien entraînés connaissaient l’existence de cette cache et ont dirigé des tirs de mortiers très précis contre l’endroit. Comment savaient-ils que l’ambassadeur Stevens s’y cachaient ? Pour le savoir, il faudrait le demander à la CIA et aux Saoudiens.

Nakoula / Bacile a passé près de deux ans en prison après avoir été condamné pour vol d’identité et fraude bancaire impliquant des cartes de crédit. Il est actuellement en liberté surveillée avec une condition: qu’il n’utilise pas d’ordinateurs. Si les autorités peuvent prouver qu’il a posté la vidéo incendiaire sur la toile, elles peuvent révoquer sa liberté conditionnelle immédiatement et le renvoyer en prison pour quatre ans. Nakoula / Bacile apparaît être un homme de paille, de manière plus spécifique un indicateur sur des affaires de drogue (Peliske and Daly, Daily Beast, le 14 Septembre 2012)

Quant au film, il paraît être le travail d’un réseau islamophobe réputé et inspiré par le renseignement américain. D’après le Los Angeles Times, le visa d’exploitation du film originellement appelé “Le combattant du désert” fut demandé par une association chrétienne à but non-lucratif du nom de Media for Christ of Duarte, Californie. Le blogueur Panglozz du “Daily Kos” rapporte que ce média est la propriété de Joseph Nasrallah Abdelmasih, un activiste chrétien copte né en Egypte et porte-drapeau anti-musulman. Nasrallah eut son importance dans la campagne de l’été 2010 pour empêcher la construction d’une mosquée sur le site ground zéro du World Trade Center à Manhattan. Nasrallah fut un intervenant dans la manifestation de protestation à ground zero le 11 Septembre 2010, la manifestation fut organisée par une organisation islamophobe connue du nom de Stop the Islamization of America (SIOA).

La porte-parole et l’organisateur du SIOA est Pamela Geller, une islamophobe professionnelle notoire et hôtesse du Atlas Shrug Blog. Geller, malgré sa langue de vipère, a accès aux médias de masse. La manifestation organisée par la SIOA vît également une participation via vidéo duplex de l’ambassadeur John Bolton, un néconservateur de haut-rang et proche conseiller de Romney et considéré comme le ticket gagnant pour le ministère des affaires étrangères dans un régime Romney futur. Un autre intervenant dans cette manifestation fut le politicien xénophobe hollandais Geert Wilders, qui lui aussi voulait bloquer le projet de construction de la mosquée. Le parti de Wilders vient juste de prendre une veste dans les élections aux Pays-Bas plus tôt cette semaine.

Bolton a pris un rôle phare en essayant de retourner l’assassinat de Stevens contre Obama cette semaine passée. Bolton a dit sur une station de radio de Washington D.C: “J’ai dit maintenant depuis 3 ans et demi que le président n’est pas préoccupé par la sécurité nationale. Il ne pense pas que le monde est un endroit terrifiant. Je pense qu’une faible réaction, un échec à démontrer la puissance américaine et sa détermination, aideront à étendre tout ceci à travers la région.” Bolton a particulièrement mis en garde à l’encontre d’une nouvelle crise de prise d’otages qui rejouerait “la destruction du gouvernement de Jimmy Carter”, cettre fois-ci aux dépends d’Obama. (Politico le 13 Septembre)

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article

Repost 0