Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog




Des religieuses se recueillent sur la place Saint-Pierre à Rome avant la messe de Noël

REUTERS/Max Rossi

Par RFI

2,2 milliards, c'est le chiffre de la population chrétienne dans le monde publié quelques jours avant Noël par le centre américain Pew de recherche sur la religion. Un chiffre stable, mais la répartition des croyants change: en un siècle la population chrétienne en Afrique est passée de 9% à 63% tandis qu'en Europe le christianisme recule. Chaque Noël est marqué par les événements du monde dont cette fête ne peut se démarquer.

Le jour de Noël, qui marque chez les chrétiens la naissance de Jésus, porte chaque année l'empreinte de son temps. Avec ses joies et ses inquiétudes. Comment vivre cette fête dans les pays où les chrétiens minoritaires sont soit menacés par des mouvements radicaux islamistes soit les boucs émissaires possibles de situations politiques critiques et où il n'est pas question par exemple d'assister à la messe de minuit : trop dangereux comme en Irak, trop risqué encore à Tripoli sans parler de la Syrie gagnée par la peur et du Pakistan où les chrétiens vivent ce Noël 2011 dans des églises sous haute surveillance policière.

 

Mais Noël reste la fête du partage et de la famille, un moment aussi où les associations combattent la solitude des personnes fragiles et isolées. Noël se fait de plus en plus présent dans les grandes villes du Nord avec de lumineux marchés et dont la visibilité religieuse a cependant de plus en plus de mal à s’exprimer, les crèches suscitant parfois l'embarras de municipalités au nom de la laïcité. Un souci de neutralité religieuse et culturelle poussé à l'extrême au Canada où des responsables politiques font pression depuis dix ans pour gommer toutes références chrétiennes jusqu'au bannissement des sapins et autres décorations.

Plus de solidarité mais moins de jouets

Malgré la crise financière et économique, les dons n'ont pas faibli cette année et pour les associations caritatives, ce Noël 2011 devrait être un pic de générosité. Comme quoi cette fête demeure bien celle de la fraternité.

Cependant, les enfants européens seront sûrement moins gâtés en cette année de crise économique. Dans la plupart des pays européens, les dépenses liées à la fête sont en baisse.

En Grèce, au Portugal , en Italie, en Grande-Bretagne, la crise économique et la crainte du chômage pèsent sur les dépenses de fin d'année. Un signe qui ne trompe pas : les entreprises chinoises qui exportent vers l'Europe jouets, décorations et produits électroniques ont enregistré des baisses de commande.

En moyenne, les Européens dépenseront d'ici la fin de l'année 587 euros par ménage, en recul de près de 1%. Pour les Grecs, c'est déjà le quatrième Noël d'austérité et les Espagnols réduisent leurs dépenses de 17%, à 560 euros par famille en moyenne.

En Italie, les deux tiers des consommateurs affirment qu'ils vont se serrer la ceinture pendant les fêtes et au Portugal comme en Grande-Bretagne, on observe une baisse des ventes par rapport à l'an dernier. Même l'Allemagne fait preuve de prudence dans ses achats.

En France, la consommation est en hausse car les Français s'accordent, selon les spécialistes, leurs derniers plaisirs avant les restrictions. Et puis il y a ceux qui ne sont pas touchés ou qui ont décidé de dépenser malgré tout sans compter : la Norvège, la Pologne et la Slovaquie.

source: RFI





Tag(s) : #RELIGIONS

Partager cet article