Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Lepoint.fr


L'Iran a procédé à des essais de tirs dans le détroit d'Ormuz, comme celui de ce missile Nasr

à courte portée lancé le 2 janvier. © Ebrahim Noroozi / Jamejamonline/AFP

 

03/01/2012 Par Jean Guisnel / Défense ouverte - Le Point.fr

 

Pour fermer le détroit d'Ormuz, les Iraniens disposent d'une panoplie de missiles fournis par Pékin. La menace est sérieuse.

 

Les récents essais de missiles tactiques à courte et moyenne portée lors de manoeuvres Valayat-90 des forces armées iraniennes autour du détroit d'Ormuz, qui se terminent mardi, ont fait l'objet d'une débauche de communiqués et d'images par le régime des mollahs. Les responsables militaires ont affirmé que tous les engins ont été testés "avec succès", et n'ont pas tari d'éloges sur les armements présentés comme les derniers-nés de leur arsenal.

L'amiral Habibollah Sayyari, chef de la marine iranienne, a déclaré que "ces missiles sont transportables, précis et d'une capacité de destruction très élevée", pour souligner que l'Iran "contrôle entièrement le détroit d'Ormuz et sa sécurité". Pour autant, aucun expert indépendant étranger, a fortiori militaire, n'a été invité à examiner de près ces engins ou à prendre connaissance de la réalité de leurs performances. Celles-ci restent à ce jour connues des seuls Iraniens, et peut-être de rares services de renseignements qui seraient parvenus à glaner quelques informations techniques.

 

Il faudra donc attendre d'autres circonstances pour savoir ce que sont les réelles capacités militaires du missile terre-mer Ghader, d'une portée théorique de 200 kilomètres, dont l'existence n'avait été annoncée par le régime qu'en août dernier. Les Iraniens le destinent à la frappe "contre les grands navires de guerre et les porte-avions" et prétendent l'avoir réalisé par leurs propres moyens. Ce qui paraît assez peu probable, à tout le moins s'ils veulent que leur engin rivalise avec les défenses électroniques et les contre-mesures des marines modernes. Pour ne se référer qu'aux quelques images diffusées par les Iraniens, leur Ghader ressemble comme deux gouttes d'eau au missile chinois C-801 (appelé par l'Otan CSS-N-4 Sardine), lui aussi destiné à tirer contre les navires depuis la terre.

Missiles chinois

Cet engin propulsé par une fusée à poudre avait été présenté au Salon du Bourget en 2003. Les Iraniens avaient acquis une centaine d'exemplaires de ce missile et huit lanceurs en 1988 et le site globalsecurity.org rappelle qu'en 1996, voici donc plus de quinze ans, Chinois et Iraniens développaient ensemble un nouvel engin extrapolé du C-801 et de son successeur, le C-802 Saccade. Le Nour, "nouveau" missile mer-mer testé par la marine iranienne durant Valayat-90, pourrait bien être le tardif fruit de cette collaboration. La principale différence entre le C-801 et le C-802 réside dans le remplacement du propulseur à poudre par un turboréacteur.

 

Quant au Nasr, missile "iranien" également testé ces derniers jours, il s'agit tout simplement de l'engin chinois TL-6, un petit missile destiné à frapper les navires de moins de 1 000 tonnes. Aucune des trois armes présentées durant ces manoeuvres ne représente donc une innovation, encore moins une percée technologique. Mais rappelons qu'utilisée à bon escient, une arme même relativement rustique peut avoir son efficacité. En août 2006, le Hezbollah libanais avait ainsi tiré un missile iranien dérivé du Silkworm chinois contre une corvette israélienne croisant au large du Liban du Sud, tuant quatre marins et provoquant de graves avaries au navire.

 

La menace que l'utilisation éventuelle de tels engins fait peser sur le détroit d'Ormuz est donc bien réelle, s'agissant d'un bras de mer voyant passer 40 % du pétrole mondial. Quant à l'axe stratégique Pékin/Téhéran, il demeure essentiel : la Chine avide de pétrole absorbe le quart des exportations iraniennes et les canons constituent de longue date une excellente monnaie d'échange stratégique.

source: rpdefense

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article