Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je me dois de remercier une de mes sources de qualité que je visite tous les jours: incapabledesetaire.com, c’est sur celui-ci que j’ai trouvé un lien fort intéressant vers une vidéo qui l’est toute autant, dans celle-ci nous entendons une déclarations du capitaine Paul Barril au sujet du réseau Coral dans lequel nombre de personnalités étaient impliquées, 340 personnalités toutes catégories confondues, un petit résumé de cette affaire est disponible entre autres liens ici, mais également ici en vidéo. Je dis chapeau en tout cas à ce militaire qui connait le sens du mot honneur et qui ne mâche pas ses mots, à écouter d’urgence!!!

 

En 1997 !
le capitaine Paul Barril, subordonné du Commandant Prouteau, créateur de la cellule anti-terroriste de l’Elysée, déclare en audience publique le 29 avril 1997 : « Je me rappelle qu’on nous avait alerté pour stopper l’enquête sur le réseau pédophile « Coral » à cause des personnalités mises en cause. » Parmi ces personnalités présumées : Jack Lang, le ministre de la culture, mais aussi le neveu du président Mitterrand. Ce réseau Coral impliquait plus de 340 personnalités dans le monde politique, artistique, judiciaire et journalistique qui auraient abusé d’enfants handicapés et autistes. Coïncidence, le comité de soutien de Roman Polanski comprend plusieurs personnalités mises en cause dans le réseau Coral.

Le fait que les hommes tirent peu de profit des leçons de l’Histoire… c’est la leçon la plus importante que l’histoire nous enseigne… »

 Bien sur, les déclarations faites décrédibilisent complètement certains des politiciens que nous connaissons, mais également des médias qui ont préféré garder le silence plutôt que de dénoncer ouvertement les abus qui ont eu lieu. Cette fois-ci c’est le journal midi-libre qui met les pieds dans le plat et qui s’interroge sur la censure:

« Ministre pédophile » de Luc Ferry : y-a-t-il une omerta de la presse ?
Luc Ferry, au centre de tous les regards.
Luc Ferry, au centre de tous les regards. (AFP)

Nous n’avons décidément pas fini d’écrire sur l’affaire lancée en début de semaine au Grand journal de Canal + par Luc Ferry au sujet d’un « ancien ministre qui se (serait) fait poisser dans une partouze pédophile à Marrakech » et que les plus hautes instances de l’Etat français auraient étouffée à l’époque.

Des prétendues révélations, des blogs supprimés juste après avoir publié un nom, des rumeurs qui circulent dans les rédactions, il devient impossible de démêler le vrai du faux.

Publicité

Alors ? Toute la presse parisienne est-elle au courant ? Ou bien chacun instrumentalise-t-il »l’affaire » pour régler ses comptes avec ses ennemis du moment ? Après la mise en cause de la presse française par la presse anglo-saxonne dans l’affaire DSK, la question se fait plus brûlante que jamais.

Omerta ou peur du procès ?

Hier soir, le grand-reporter Thierry Desjardins, ancien dirigeant du Figaro, accusait un ancien ministre en le nommant très explicitement sur son blog d’être l’auteur de ces actes pédophiles présumés. Son argument : » Tout le monde le sait« . Son article a été effacé au bout de quelques heures…

Mais ce matin, surprise, Thierry Desjardins écrit : « Hier, quelques lignes ont provoqué des réactions d’une violence inattendue, un déferlement d’accusations visant des personnalités qui n’ont aucun rapport avec le sujet abordé et une mise en demeure de l’avocat de la personne évoquée.«

Déchaînement des éditorialistes

« Si c’est avéré« , écrit Nicolas Demorand dans Libération, il s’agit « d’un scandale d’Etat » mais en attendant la justice doit faire « rapidement la lumière » sur ces déclarations qui « font bouillir une marmite puante…Et arment le piège fatal du tous pourris. »

« Je sais tout mais je ne dirai rien. En entonnant l’air de la calomnie, Luc Ferry a-t-il ouvert le grand déballage du printemps ?« , s’interroge Michel Vagner dans l’Est Républicain. Ou s’est-il plutôt livré à un « grand dérapage » ?, renchérit Pascal Jalabert dans le Progrès. En tout cas, pour Jean-Claude Souléry de la Dépêche du Midi, M. Ferry « crache dans la soupe aux ragots » et sa conduite est « détestable.«

On peut pourtant se poser plusieurs questions face à ce déferlement d’éditos contre l’ancien ministre. Ou bien l’affaire s’avère être seulement une boule puante pré-électorale lancée par l’article du Figaro que Luc Ferry a cité au Grand Journal. Ou bien elle recèle un fond de vérité.

Dans ce cas pourquoi les éditorialistes s’intéressent-ils si peu au Premier ministre qui aurait étouffé l’affaire dont parle l’ancien ministre de l’Education ? Celui-ci, à la différence de Ferry, aurait possédé des preuves sans les communiquer à la justice, comme l’oblige la loi…

Mais des voix s’élèvent et voudraient enquêter, plus précisément, sur cette affaire. Hier soir, c’est Jean Michel Aphatie qui pousse un coup de gueule sur RTL : « Nous n’attendions pas que Le Figaro cite un nom, mais qu’il dise la date à laquelle se sont produits les faits ! Si Le Figaro Magazine donne la date, on pourra retrouver le consul de France à Marrakech, l’ambassadeur de France à Rabat et on leur posera des questions à eux. En ne faisant pas ça, il ne remplit pas son travail, ce n’est pas du journalisme ! «

Vu de l’étranger

Pour la plupart de nos confrères étrangers, la cause est entendue, notamment pour le Guardian : le scandale a vraiment eu lieu, la presse française est au courant et elle se tait.

Le New-York Post, dans son édition d’avant-hier raille »la culture du secret des chambres à coucher en France« . ABC stigmatise : « Une nouvelle affaire qui devrait inquiéter toute l’Europe« . « Une loi de silence protége les politiciens« , titre The Australian. « Quand il s’agit de sexe, de mensonges et de politique, les Français et nous, les Anglo-Saxons, venons de planètes différentes« , affirme le quotidien. Le Guardian de son côté s’inquiète que « L’affaire DSK, dont beaucoup de journalistes français avaient espéré qu’elle délierait les langues sur les dérives des politiciens français, risque de tourner cours. Et la loi du silence risque de s’intensifier, au contraire, pour faire taire ceux qui parlent trop« .

De nouvelles informations affluent

Ce matin c’est Demain Online, le principal pure player marocain, qui en dit un peu plus : « (l’ancien ministre pédophile, ndlr) n’est pas le seul. Un mécène, un directeur de théâtre et d’autres, tous Français, ont été épinglés pour des histoires de h’chouma (partouze pédophiles, ndlr)« . Le site poursuit : « En tout cas, et pas seulement à Marrakech, tout le monde sait qui est cet ex-ministre. »

A suivre…

LUC FERRY VA ETRE ENTENDU PAR LA POLICE

Luc Ferry sera entendu comme témoin par la police dans les prochains jours, annonce Le Figaro dans son édition d’aujourdhui, citant une source proche de l’enquête. Son audition aura lieu « dans les jours prochains, en concertation avec lui », a dit cette source, sans fournir de date précise.

« Je confirme que l’on m’a raconté cette histoire assez en détail« , a expliqué hier à LCI Luc Ferry, citant des discussions en « tête-à-tête » avec des membres de son cabinet, lorsqu’il était lui-même ministre de l’Éducation nationale, et avec un premier ministre, dont il ne donne pas le nom. Mais selon lui, les faits racontés ce weekend dans le Figaro Magazine se seraient déroulés à « une époque bien antérieure aux années 2000« .

Michel Mercier, l’actuel ministre de la Justice du gouvernement Fillon, a tenu à faire savoir qu’il n’a donné aucune instruction sur l’ouverture d’une enquête préliminaire suite aux allégations de Luc Ferry sur Canal +. Pour le Garde des Sceaux, le procureur de la République de Paris « est libre dans son action« , et la décision d’ouvrir une enquête relève seulement de lui.

Source: midilibre.fr vu sur "les moutons enragés"       http://www.ouest-france.fr/photos/2011/06/03/110603092226738_18_000_apx_470_.jpg

 

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article