Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les responsables de l'Eglise ont aussitôt fait part de leurs regrets et de leur honte et présenté leurs "sincères excuses" aux victimes.
Les responsables de l'Eglise ont aussitôt fait part de leurs regrets et de leur honte et présenté leurs "sincères excuses" aux victimes. AFP/Koen van Weel

Une commission d'enquête indépendante a dénoncé la culture du silence des autorités religieuses vendredi 17 décembre, après avoir révélé que plusieurs milliers d'enfants avaient été victimes d'abus sexuels au sein de l'Eglise catholique aux Pays-Bas depuis 1945.

Les responsables de l'Eglise ont aussitôt fait part de leurs regrets et de leur honte et présenté leurs "sincères excuses" aux victimes. Selon la commission d'enquête, entre 10 000 et 20 000 mineurs ont été abusés sexuellement dans des orphelinats catholiques, des écoles et de séminaires entre 1945 et 1981. "Plusieurs dizaines de milliers de mineurs ont été soumis à des formes de comportements sexuels inapropriés plus ou moins graves, entre 1945 et 2010, allant de légers contacts au viol", selon le rapport de la commission. Les abus commis par des prêtres ont été systématiquement dissimulés par l'Eglise, a ajouté la commission.

"L'Eglise catholique n'a pas l'habitude de laver son linge sale en famille", a dit Wim Deetman, ex-ministre de l'éducation et ancien maire de La Haye, qui présidait la commission. "L'Eglise a commis des crimes contre l'humanité", a dénoncé pour sa part Bert Smeets, militante de Mea Culpa, une organisation d'aide aux victimes.

 VAGUE DE SCANDALES À TRAVERS LE MONDE

La commission d'enquête avait été mise sur pied par la conférence des évêques et la conférence religieuse néerlandaise en 2010 après une vague de scandales impliquant des prêtres aux Pays-Bas, en Belgique, en Irlande, en Allemagne, en Australie, au Canada et aux Etats-Unis. Dans un communiqué commun, la conférence des évêques et la conférence religieuse ont fait part de leurs regrets et se sont dites "couvertes de honte".

"Les auteurs des faits ne sont pas les seuls à blâmer. Les autorités de l'Eglise qui n'ont pas eu la bonne réaction et qui n'ont pas accordé la priorité aux intérêts de victimes partagent aussi la responsabilité des faits. Nous regrettons profondément ces abus", écrivent-elles. L'enquête a été menée auprès de 34 234 Néerlandais de 40 ans et plus. Les Pays-Bas comptent 28 % de catholiques et 18 % de protestants, tandis que 44% des Néerlandais se disent sans religion.

LEMONDE.FR avec Reuters

source: Lemonde

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article