Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est la panique aussi bien à la BCE qu'aux sièges de toutes les grandes banques car tous savent que la situation grecque arrive à son terme, après avoir gagné une année et ruinée au passage les Européens pour renflouer les banquiers. Mohamed El-Erian, qui s'y connaît en bons du trésor, a même déclaré "que le moment de vérité est arrivé pour l'Europe" autrement on assistera à une implosion. Yes, Mohamed, on y est. Les Anglais et les Allemands en ont marre et retardent même les aides promises, sous des prétextes fallacieux genre "vous privatisez le Parthénon et vous avez le reste"... Même le maire de Londres Boris Johnson s'y est mis et a déclaré hier que l'Angleterre devrait cesser immédiatement de donner encore des dizaines milliards de livres à la Grèce: "let Greece go bankrupt serait le plus beau cadeau qu'on peut leur faire" lire ici le Telegraph avec une "dislocation immédiate de la zone euro".

Bong

Et il fait preuve de bon sens: "The euro has exacerbated the financial crisis by encouraging some countries to behave as recklessly as the banks themselves. We are supposedly engaging in this bail-out system to protect the banks, including our own. But as long as there is the fear of default, as long as the uncertainty continues, confidence will not return across the whole of Europe". Et il a raison... sachant que les British ont déjà donné "6 billion to Ireland, up to 4 billion to Portugal and 19.7 billion to the IMF". Et pour vous montrer le danger "Barclays reported a wholesale exposure to Spain of 6.4bn, compared with 7.2bn last June, while its exposure to Italy has fallen by more than 100m" lire ici cet autre article sur l'exposition des banques british aux Grecs. Revue de Presse par Pierre Jovanovic ©

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article