Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour que Blythe Masters daigne apparaître sur CNBC dans une interview "one to one", c'est qu'il y a le feu dans la maison. En effet, la JP Morgan s'est fait sérieusement allumer dans le FT à propos de la faillite de la Lehman Brothers, puis de la MF Global: "JP Morgan's practices bring scrutiny (article de Tom Braithwaite, Telis Demos et Tracy Alloway à New York)". Le lendemain, bing, Blythe (qui hait la presse) décide soudain de parler de ses affaires à l'occasion de son don de 5 millions à l'Université de Denver pour que celle-ci dispose d'un département/chaire de... matières premières! Lire ici le Denver Post. Cela ne suffisait pas d'enseigner les conneries de Friedman... ""No academic program matches what the J.P. Morgan Center for Commodities will provide," said Don Elliman, University of Colorado Denver chancellor. "J.P. Morgan will partner with the CU Denver Business School to create that vital intersection for commodities education and the industry"". Des centaines d'étudiants à venir donc, et qui sauront comment tout acheter aux paysans avant que leurs produits n'arrivent dans votre assiette pour le compte de la Morgan et de la GS...

C'est donc bien officiel (mais vous le saviez déjà si vous avez lu BM), les banques ont plein pouvoir pour tout racheter et manipuler les prix à leur guise et Blythe sera officiellement à leur tête... Elle a déjà gagné presque 3 milliards sur les différences de prix achat et revente + coms... Pendant ce temps, bien sûr, les politiques regardent ailleurs. NOUS SOMMES EN 1788.

Elle a aussi expliqué que c'était tout à fait normal pour la JP Morgan d'avoir des positions sur l'argent métal, et qu'elle ne faisait rien de mal (question que Bob Pisani lui avait posé autrement lors de sa première interview pour le compte de la SIFMA) puisque tout était fait pour ses clients... (merci au Capitaine pour la version french). Lisez bien ce qu'elle dit à propos des positions monstrueuses sur les métaux précieux de la JPM:

 

That there's been a tremendous amount of speculation particularly in the blogosphere about this topic.
I think the challenge is that the speculation represents a misunderstanding as the nature of our business.
As i mentioned earlier, our business is a client-driven business where we execute on behalf of clients to achieve their financial and risk management objectives.
The challenge is that commentators don't see all of that activity simultaneously.
So just to give you a simple example, we store significant amounts of commodities, for example, silver, on behalf of customers we operate vaults in new york city, in singapore and in london. and often when customers have that metal stored in our facilities, they hedge it on a forward basis through jpmorgan who in turn hedges itself in the commodity markets.
If you see only the hedges and our activity in the futures market, but you aren't aware of the underlying client position that we're hedging, then it would suggest inaccurately that we're running a large directional position.
In fact that's not the case at all.
We have offsetting positions. we have no stake in whether prices rise or decline. rather we're running a flat or relatively match book.

Et si c'est au nom de ses clients... Il se trouve que son premier client est justement la Fed qui peut respirer grâce à elle tant que les cours de l'or et argent restent assez bas pour ne pas effrayer tous les papy et mamies de la planète qui ont des assurance-vie en papier... Non la JP Morgan ne trafique pas les cours.... elle l'a redit hier... La seule vraie info donnée est que le pouvoir et la pression ont metamorphosé Blythe Masters qui est devenue presque méconnaissable. Dégager 3 milliards, ça laisse des traces et des rides. Mettez plein écran. PS: Elle a réussi à placer sa phrase favorite qui est "le Diable est dans les détails"...

 


 


Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2012

Tag(s) : #ECONOMIE - FINANCE

Partager cet article