Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L’ancien Premier ministre britannique Tony Blair a-t-il reçu comme consigne de ses mentors de revenir à la politique britannique ? Il est pour le moment conseiller sportif pour le chef du parti du Travail, Ed Miliband, mais ne prendra pas un poste officiel.

Rappelons que Ed Miliband avait été pressenti pour exercer les fonctions d’un Von Rompuy en qualité de pion de présence dans certaines réunions de sociétés secrètes mondialistes.

Pour T. Blair, on flatte ses connaissances d’ancien Premier ministre de Grande Bretagne et de fin connaisseur des questions du Moyen-Orient…
Récemment, on a vu T. Blair dîner avec Ed Miliband au Arsenal Football Club. On l’a interrogé sur la possibilité de le revoir plus actif dans la politique britannique et il n’a pas écarté cette éventualité car il y a, selon lui, de nombreuses réformes à réaliser. Mais pour le moment, l’objectif est de faire triompher le Parti travailliste.

 

Le fait est que Tony Blair n’est qu’un pion de puissants qui le rétribuent au minimum 20 millions de livres par an. Il gagne la bagatelle de 2,5 millions de £ par an en tant que conseiller auprès de la banque d’investissement américaine JP Morgan. A ajouter une autre somme quasi-similaire comme conseiller d’un gros cabinet d’assurance à Zurich et bien évidemment, ses conférences sont rétribuées grassement jusqu’à 200.000 €…

Voilà la manière dont le cartel récompense les pions politiciens qui ont fantastiquement œuvré pour le Nouvel Ordre Mondial. Dans le cadre de la lettre confidentielle, LIESI a déjà eu l’occasion d’évoquer les mêmes grelots distribués à l’agent Alan Greenspan chargé de piloté l’affaire SUBPRIME tout en investissant personnellement ses économies en métaux précieux.

Tony Blair… des conflits d’intérêt ?

Bien sûr, tout est légal puisque T. Blair a un service de conseil financier avec la Tony Blair Associates. Une carte visite qui lui permet de conseiller des fonds souverains d’Abu Dhabi, d’être une oreille attentive pour le gouvernement du Kazakhstan et du Koweït… des pays tout à fait neutres pour assurer à Tony Blair de jouer avec une autre casquette comme intervenant de quelques familles oligarchiques dans le Grand remodelage du Moyen-Orient. Qui a parlé de conflit d’intérêt ? source

Tag(s) : #POLITIQUE

Partager cet article