Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Plusieurs dizaines de "pompiers de Fukushima" se relaient pour tenter de refroidir les réacteurs de la centrale.

L’Agence de Protection pour l’Environnement (APE) met fin au contrôle spécial des radiations de Fukushima malgré l’augmentation continuelle des retombées radioactives nucléaires, la menace augmente aux Etats-Unis 

 Naturalnews : L’APE a annoncé hier qu’elle cesse ses protocoles de contrôles spéciaux aux Etats-Unis pour la radioactivité du désastre de Fukushima Daiichi, en dépit du fait qu’aucun progrès réel à la centrale n’a été fait et que les menaces pour les Etats-Unis sont persistantes. En même temps comme l’annonce l’APE, les rapports étrangers indiquent aussi que les niveaux de radiation dans les eaux Pacifiques près de Fukushima sont maintenant de 1000 fois les niveaux normaux, sans indication réelle d’où provient cette eau radioactive.

 

L’EPA a déclaré que les niveaux de radiation aux Etats-Unis rattachés à l’incident Fukushima ont  » diminué de manière conséquente » et que l’agence n’a plus besoin d’évaluer régulièrement la nourriture, l’air et l’eau pour la radiation de la manière effectuée jusque-là » En fait, l’agence est si confiante qu’elle déclare dans son annonce que « le prochain échantillonnage d’eau potable et de lait se fera dans environ trois mois. »

Mais il y a juste quelques semaines, les données de l’APE ont révélé que plusieurs laits et échantillons d’eau d’un bout à l’autre du pays étaient testés positifs avec des niveaux dangereusement élevés de radiation.Les niveaux d’iode 131, de Césium 134 et de Césium 137 – tous émis de Fukushima – étaient remontés en flèche aux Etats-Unis.

Le pire de tout cela, c’est que l’APE n’évaluait même pas tous les différents types de radiation émis par Fukushima. Les bulletins de données de l’APE révèlent que l’agence n’évaluait jamais l’uranium ou le plutonium et aucun de ses tests sur les réserves d’eau n’a impliqué une évaluation sur autre chose que l’Iode radioactif 131. Mais tout est parfait, disent- ils et des tests supplémentaires sont inutiles.

Pendant ce temps, les rapports étrangers révèlent que les échantillons d’eau récemment extraits de l’Océan Pacifique près de Fukushima s’évaluent jusqu’à 1000 fois les niveaux normaux de radiation et à des profondeurs de presque 100 pieds.

Il a aussi été révélé que jusqu’à hier, TEPCO, propriétaire de Fukushima, ainsi que le gouvernement japonais, avaient dissimulé des informations cruciales de radioactivité pour prétendument éviter une panique massive.Une partie de ces informations montre que du Césium radioactif 137 et de l’Iode 131 se disperse partout dans le Pacifique nord-ouest américain le 5 mai.


Traduction par Hélios du Bistro Bar blog

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article