Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, le 15 avril 2012 à Pyongyang (Corée du Nord).

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, le 15 avril 2012 à Pyongyang (Corée du Nord).

(ED JONES / AFP)

 

La Corée du Nord a procédé mercredi à un tir de missile à longue portée comme elle l'avait annoncé, a rapporté la chaîne de télévision sud-coréenne YTN. Le Conseil de sécurité des Nations Unies va tenir des "consultations" mercredi. Le Japon, la Corée du Sud et les Etats-Unis s'inquiètent des intentions réelles de Pyongyang.

 

 


 

 


La chaîne de télévision sud-coréenne a précisé que le tir de la fusée s'est effectué depuis le site de lancement situé dans l'ouest de la Corée du Nord, site à partir duquel un précédent tir avait été effectué en avril. Mais ce dernier s'était soldé par un échec. Le ministère sud-coréen de la Défense a également confirmé le tir.

Selon une source gouvernementale sud-coréenne, la fusée a été lancée depuis le centre spatial nord-coréen de Sohae. "Le lancement de la seconde version de notre satellite Kwangmyongsong-3 depuis le centre spatial de Sohae est réussi" et "le satellite est entré en orbite comme prévu", a rapidement indiqué l'agence de presse officielle du régime nord-coréen KCNA.

Le Japon a précisé que le lancement du missile a été effectué à 09h49 (heure locale) et que l'engin était passé à la verticale de l'île nippone d'Okinawa douze minutes plus tard. Les Japonais n'ont pas tenté d'intercepter ou d'abattre le missile nord-coréen.

Mais le gouvernement japonais avait toutefois mis en alerte les Forces d'auto-défense (le nom de l'armée japonaise) afin qu'elles détruisent la fusée nord-coréenne si le lanceur ou ses débris menaçaient le territoire nippon, ce qui n'a pas été le cas.

Tokyo n'a toutefois pas tardé à réagir officiellement. "Il est extrêmement regrettable que la Corée du Nord ait procédé à son lancement malgré nos appels à y renoncer. Pour notre pays, c'est intolérable", a déclaré le porte-parole du gouvernement japonais, Osamu Fujimura. "Nous protestons fortement contre la Corée du Nord", a-t-il ajouté. Les deux pays n'ont pas de relations diplomatiques et entretiennent des rapports tendus, voire hostiles.

Au Conseil de sécurité

"Les Japonais et les Américains ont demandé des consultations au Conseil de sécurité, qui se tiendront mercredi en fin de matinée", soit vers 18h00 (heure suisse), a communiqué peu de temps après le tir un diplomate occidental à l'ONU.

Le gouvernement japonais a demandé la convocation de cette réunion. La Corée du Nord est soupçonnée par une partie de la communauté internationale d'avoir effectué un essai de missile balistique, ont annoncé des médias japonais.

Outre le Japon, la Corée du Sud a aussi "condamné vigoureusement" ce tir, estimant que cette action violait les résolutions de l'ONU et menaçait la stabilité sur la péninsule coréenne et dans le monde.

"Notre gouvernement condamne vigoureusement, avec la communauté internationale, la Corée du Nord pour avoir ignoré les mises en garde répétées et les demandes d'annulation du tir, et avoir poursuivi de telles provocations", a déclaré à la presse le ministre sud-coréen des Affaires étrangères Kim Sung-Hwan.

source

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article