Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Nous ne voyons pas les choses comme elles sont, nous les voyons comme nous sommes. » -Anais Nin


photo

 

Miroir ô mon miroir dis moi si c'est

Les autres, autour de nous sont un champ inépuisable de croissance et connaissance de soi. La théorie du miroir dit que tout ce que nous voyons est un reflet de nous-mêmes. Comment voir, sinon, qui nous sommes à l'intérieur ? Il est plus facile de s'observer à l'extérieur qu'à l'intérieur.


Notre cerveau est sélectif
Nous sélectionnons la réalité qui nous ressemble.
Cela se comprend car comme, nous ne pouvons tout voir, notre cerveau est sélectif. Il choisit "en miroir", dans son environnement ce qui a besoin de surgir de notre inconscient, ce qui nous appartient. C'est très logique car dans un miroir-objet, il n'y a bien que vous dont vous voyez le reflet ? Sensibles à cette théorie du miroir, en l'accompagnant volontairement, nous avons des chances d'avoir la vie plus facile, plus fluide, plus gratifiante car chaque situation devient une ressource plutôt qu'un problème. Accepter le miroir c'est accepter les dieux qui sont à l'intérieur de nous-mêmes. J'entend par là ces mystères, ces ressources qui veulent venir au grand jour, pour nous éclairer et nous apporter ce dont nous avions rêvé. Oui car nos rêves doivent d'abord traverser ce miroir magique.


Mise à mort ou mise amour
Parfois le miroir nous renvoie une image gratifiante de nous-même et notre égo satisfait, rassuré, flatté lui ouvre les bras... avant de la voir se dissoudre un jour ou l'autre de toute façon. Quand l'image n'est pas flatteuse, la tentation est grande de mettre le voile sur le miroir, voir de le casser ; c' est la mise à mort de nos rêves.
Qu'à cela ne tienne, il se représentera un peu plus loin. Oui je sais, parfois, nous sommes incapables de nous reconnaître, la vision est trop forte, trop puissante. Rectifions, c'est notre égo qui est trop fort, trop puissant dans le miroir ; il recouvre le visage de l'amour, se veut dominant.
En brisant le miroir, nous brisons aussi notre égo et un peu plus loin, l'image réapparait. Le miroir s'est reconstitué. Miracle, comme nous étions aveugle la première fois, le miroir est grossissant, l'image nous saute à la figure.

Casserions-nous à nouveau le miroir qu'il se présenterait autrement, sous une troisième forme, peut être plus astucieuse pour ruser notre mental méfiant.

Nous avons tous dit : « plus jamais ce genre de situation ou de personnes » et nous mettons en place des stratégies d'évitement mais tant que ce que j'appelle la mise amour n'est pas faite, le conflit remontera un jour ou l'autre à la surface pour être « traité ». Ce sera alors peut être la mise amour, l'intégration de cette facette de soi.


Le libre arbitre ?
Croyons-nous échapper à notre destin ? Nos conflits interpersonnels sont des conflits intrapersonnels, des facettes de nous-mêmes qui s'entrechoquent. Est-ce à dire que nous n'avons pas de libre arbitre ? Non bien sûr.

Le libre arbitre est dans la façon d‘envisager l'image de soi, c'est vraiment le cas de le dire et de changer les contrats avec tous les impossibles, d'ouvrir les perspectives.


Demandons-nous : derrière cette personne, cet événement quelle partie de moi dois-je connaître, accepter, intégrer ? Non pas pourquoi mais pour quoi cette personne est-elle là ? Comment vient-elle m'aider à réaliser mon rêve ?


Une éducation mystifiante
Notre éducation nous a fait croire que la faute venait toujours des autres, nous privant ainsi du pouvoir sur notre vie. Comment avoir un pouvoir si tout vient des autres ?
Mais non, tout ce que l'on voit est notre création. Nous pouvons y réagir de mille façons, c'est notre liberté et notre responsabilité. (une chose n'allant pas sans l'autre).


Les masques de théâtre
Pour ne plus nous voir dans le miroir et ne pas être vus, nous avons aussi pour habitude de mettre des masques. Personne ne voit plus personne mais des masques de théâtre, des personnalités masqués.

Conclusion
Se connaître, c'est se réfléchir sur le monde. Dans le couple, les rencontres, il faut être attentif au phénomène du miroir au lieu d'émettre des jugements sur l'autre. Pour que l'image que renvoie le miroir s'améliore, c'est un changement sur soi-même qu'il faut faire, une ouverture vers le dedans.
Vous n'avez jamais demandé au miroir de changer le reflet qu'il vous renvoie ? C'est bien vous que vous améliorez pour que l'image soit meilleure ?


Les contes de fées
Les contes de fées sont des miroirs de notre théâtre intérieur. Ils mettent en scène nos manque, nos passions, nos souhaits et nos obstacles. Ils nous permettent de rassembler tous les personnages dans une seule et même histoire qui trouve son accomplissement.

Par leur simplicité et leurs amplifications, ils permettent de mieux voir, ressentir les ressources dont nous disposons.

Pour lire l'article en entier

 

À propos de l'auteur :

Elisabeth Andrey est éditrice du Royaume Amoureux un blog où vous trouvez des ressources pour devenir plus amoureux, vous préparer à la rencontre. Tout cela par la magie des contes de fées. Elisabeth est coach.

 

 

 

Posté par Akbal  "AMOUR, PAIX ET HARMONIE "
Tag(s) : #SAGESSE

Partager cet article