Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les box, vendues par abonnement, prolifèrent. Leur principe est simple : chaque mois, le client reçoit un colis contenant un assortiment surprise. Banc d’essai.

Elle était rose ou bleue, pleine à craquer de sucreries et de jouets. La pochette-surprise fait son grand retour, mais cette fois pour un public adulte. Rebaptisée «box», elle a envahi le marché français. Chaque mois, des milliers d’abonnés trépignent d’impatience devant leur boîte aux lettres pour découvrir la mystérieuse sélection. Ce qu’ils dénichent dans leur colis ? Des cosmétiques en miniature dans les «beauty box», des spécialités culinaires dans les «food box» ou des bouteilles de vin dans les «wine box». Et si les abonnés sont ravis de découvrir cette sélection de cadeaux pour 15 à 30 euros, les marques y trouvent également leur compte en testant leurs produits sur une cible bien identifiée.

Pour de nombreux entrepreneurs, ce «subscription business model» (la vente par abonnement) est le nouvel eldorado du commerce sur Internet.

 

Tous les secteurs y passent :

 les boissons chaudes (Ma Boîte à thés, la Thé Box), l

es loisirs créatifs (Chic Maker, Scrap Box…),

la décoration (Home Sweet Box),

la maternité (Sweet Baby Box),

les soins pour hommes (GlossyBox Homme, DandyBox), l

es produits pour bébés (Tiniloo, Surpriz),

les accessoires pour animaux (Doggy Box, Woufbox, Miaoubox) !

Et, comment l’omettre, les joujoux sexuels (Sexy box), pour pimenter les ébats.


Sur ce marché, la start-up côtoie les grands groupes, comme l’allemand Rocket Internet (GlossyBox), déjà à l’origine du Groupon français ou de l’actuel site de vente de chaussures Zalando. De jeunes créateurs ont déjà cédé leur affaire, comme JolieBox, racheté en septembre dernier par l’américain Birchbox. D’autres ne passeront sans doute pas l’hiver, faute de garantir une qualité régulière d’assortiments ou de maîtriser les contraintes logistiques. «Parmi la dizaine de box culinaires, il n’en restera rapidement plus que trois ou quatre», assure Caroline Nilles, la fondatrice de Gastronomiz.

Capital a testé ici huit fournisseurs, dans trois familles de produits : la gastronomie, le vin et la beauté, secteur qui a été le premier à se lancer, dès 2010, dans ce nouveau business. Tous proposent des formules d’abonnement d’un mois sans engagement. Ce qui permet de les essayer avant de souscrire à plus long terme. Aux concepteurs de ces coffrets surprises de se débrouiller pour créer la magie à chaque envoi.

SOURCE et SUITE

 

Et vous laquelle avez vous testé ?

 

Tag(s) : #VIE QUOTIDIENNE

Partager cet article