Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La lettre qui a provoqué les foudres de l'Elysée.
La lettre qui a provoqué les foudres de l'Elysée. (Copie d'écran FRANCE 3 PICARDIE)

Des miettes de pain peuvent-elle offenser François Hollande ? La question est posée depuis qu'un agriculteur retraité de l'Aisne, président d'une association, a été entendu au commissariat de Laon. Sa "faute" ? Avoir envoyé au président de la République une lettre accompagnée de miettes de pain, pour l'alerter sur la situation des agriculteurs retraités.


Afin de demander au président de la République une revalorisation de leur retraite, le président de section des anciens exploitants agricoles de l'Aisne, Henri Carton, 73 ans, demande à ses 500 adhérents d'envoyer une lettre à François Hollande. Afin d'en incarner le message ("Ne laissez pas que des miettes aux anciens exploitants"), les expéditeurs joignent alors à leur courrier quelques miettes de pain sec.

C'est alors que la machine s'emballe. Selon ses dires, Henri Carton aurait rapidement reçu un appel des renseignements généraux, qui lui auraient signifié qu'il était visé par une plainte de l'Elysée pour offense au chef de l'Etat. Ce lundi, M. Carton racontait à France 3 Picardie avoir été entendu au commissariat de Laon pendant 1 h 30.

Un journaliste de France 2 aurait néanmoins assuré que "aucune plainte n'a été déposée par l'Elysée. Il s'agirait seulement d'auditions organisées par le parquet d'Amiens", précisant qu'"il s'agit juste d'auditions organisées par le parquet".

 

Démenti formel de l'Elysée

Dans un communiqué envoyé à 20 h 05, la présidence de la République "dément formellement avoir déposé plainte contre des retraités ayant envoyé des courriers contenant des miettes de pain, et en a informé les intéressés par l’intermédiaire du préfet de l’Aisne". Le texte précise que "à la suite de cet envoi, le procureur de la République de Paris a souhaité entendre les explications et motivations des personnes concernées en les faisant auditionner".

Enfin, l'Elysée assure que "le courrier adressé au Président ne présente aucun caractère offensant et ne fait qu’exprimer l’inquiétude de ses auteurs sur la question des retraites agricoles".

 

Convoqué par le commissariat

"Il faut trouver des idées pour se faire remarquer" a expliqué l'ancien agriculteur à France 3. "Comme symbole, c'était pas mal, le pain sec et les miettes" t-il poursuivi. Il a assuré que son groupement pensait au départ "mettre uniquement du pain sec", mais que ce projet était "un peu compliqué. Donc avec nos doléances, il n'y a eu que des miettes dans les lettres".

 

Un précédent avec Sarkozy

Comme le rappelait à l'époque Maitre Eolas, l'avocat le plus célèbre du web Français, l'offense au président de la République a déjà été utilisée sous Nicolas Sarkozy, notamment lorsque un citoyen de la Mayenne avait brandi une petite pancarte "casse-toi pov' con", alors que Sarkozy était en visite dans son département.

source

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article