Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Maxisciences
lun., 19 sept. 2011 13:43 CDT

Imprimer
   Go to fullsize image
Selon une étude menée par des chercheurs de la Wayne State University de Detroit, la consommation de chocolat noir en petites quantités aurait des effets bénéfiques sur la santé au même titre que l'exercice physique.

Les amateurs de chocolat noir ont enfin trouvé une excuse pour succomber à la tentation. Des scientifiques de la Wayne State University de Detroit ont en effet démontré que la consommation de cette friandise présente des effets bénéfiques pour l'organisme humain, de la même façon que faire de l'exercice. Cette conclusion étonnante a fait l'objet d'une étude publiée dans le Journal of Physiology.

Selon les travaux des chercheurs, un des composés du chocolat agirait comme stimulant des mitochondries, de véritables usines à énergie contenues dans les cellules du corps humain, de la même manière qu'une activité physique. Dans des propos recueillis par Slate, Moh Malek, membre de l'équipe de scientifiques explique le processus : "Les mitochondries produisent l'énergie qui est utilisée dans les cellules du corps humain. Plus de mitochondries signifie donc plus de travail effectué."

En effet, une des composantes liées à la réussite d'un exercice physique réside dans la capacité du métabolisme à fournir de l'énergie pour contracter les muscles. Une faculté que les chercheurs préconisent d'entrainer notamment en absorbant régulièrement de petites quantités de chocolat noir.

Plus de mitochondries

Pour en arriver à de telles conclusions, les scientifiques ont étudié pendant deux semaines un groupe de souris nourri à l'épicatéchine, un constituant de la fève de cacao. Leurs résultats révèlent une amélioration notable de la performance physique des rongeurs ainsi qu'une plus grande quantité de mitochondries au sein de leur organisme.

"Le nombre de mitochondries diminue avec l'âge, et cela nous affecte physiquement tant en termes de production d'énergie musculaire que d'endurance. Ce que nous savons sur la capacité de l'épicatéchine à augmenter le nombre des mitochondries peut fournir une approche visant à réduire les effets du vieillissement musculaire." conclut Moh Malek. Toutefois, les chercheurs soulignent que l'étude n'a pour l'instant été menée que sur des souris, il n'est donc pas évident que notre organisme réponde d'une façon exactement semblable à ce qui a été découvert ici.
Tag(s) : #SANTE

Partager cet article