Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Avec ce mois de Mai, nous voilà arrivés au seuil d’un palier extrêmement important, plus important peut-être que tout ce que nous avons vécu jusqu’à présent. Dans le calendrier maya, voilà que nous entamons du 2 au 19 Mai la seconde nuit de la 9ème onde, désignée comme « Résistance contre la Nouvelle Vague ». (1)

 

Il y a fort à parier que ces résistances vont s’exprimer  en Mai à travers tous les  aspects de ce que nous considérons comme notre réalité. Pour rester proches de chez nous, notre Soleil et son système, la Terre, le collectif humain et l’individu sont chacun à son échelle concernés. Le changement de conscience qui s’établit est une vague colossale contra laquelle rien ni personne ne peut s’opposer. Les résistances ne la freineront donc en rien mais affecteront en revanche directement ceux qui les expriment, intérieurement ou/et extérieurement.

 

Dans notre ciel, bien des choses changent, la brillance de nos planètes sœurs, la présence accrue de bolides visibles par leur traînées lumineuses au-dessus de nos têtes et la couleur même de notre soleil qui devient provisoirement plus blanc sont parmi les aspects déjà les plus visibles de ces changements.

 

La Terre, elle, expulsera de plus en plus les énergies lourdes qu’elle a accumulées à travers les nombreux cycles de l’expérience humaine. Cela se traduira, comme ça a déjà commencé, par des mouvements géophysiques nombreux et parfois puissants. L’activité sismique et volcanique est actuellement très intense, chacun pourra le vérifier par lui-même s’il ne se contente pas de s’informer par son téléviseur. Il semble que les semaines à venir nous amènent des évènements forts en ce sens. Les grondements sourds et puissants qui ont été perçus dans plusieurs endroits sur Terre ces dernières semaines (20mn durant en Floride récemment) vont probablement se généraliser, ce qui ne sera pas pour rassurer ceux qui ne sont en rien préparés au processus en marche.

 

Sur toute la planète, les mystérieuses hécatombes d’animaux, particulièrement importantes depuis le début de l’année, et qui meurent par groupes d’une même espèce, vont non seulement se poursuivre mais certainement s’accentuer, surtout dans les océans. Les signes seront-ils compris des hommes pour autant ? Pas de tous. Le partage de l’humanité va s’accentuer encore entre ceux qui se tournent naturellement vers le nouveau monde qu’ils espèrent en leur cœur et qu’ils ont déjà commencé à créer, et ceux qui vont s’accrocher aux valeurs qu’ils connaissent et qui pourtant toutes vont s’effondrer les unes derrière les autres.

 

Avec le mois de Mai 2011, si les Mayas ont vu juste, ces résistances devraient considérablement s’exacerber, parce tout simplement la Vague Cosmique que notre système solaire traverse et nous avec – et qui revêt plusieurs noms selon qu’on est un astronome, un physicien, un chaman éclairé, un sage… – se traduit par une imprégnation de plus en plus intense de la matière par ce que nous appellerons la Lumière, terme générique dans lequel chacun verra une part de ce qui lui est le plus familier : particules, ondes, énergie christique, mutation quantique… L’important est moins les termes utilisés que la signification de ce cycle cosmique.

 

A ce propos justement, Peter Sturrock, professeur de physique appliquée de l’Université de Stanford en Californie (2), a décrit l’émoi qui frappe le communauté scientifique depuis quelques temps en raison de leur découverte de nouvelles particules émanant du Soleil, et qui semblent avoir la particularité de modifier ce que l’on croyait absolument immuable : le taux de désintégration radioactive. Autrement dit, quelque chose de nouveau émanant du Soleil est tout simplement en train de produire une mutation de la matière sur Terre. Qu’on se le dise…

 

A quoi donc devons-nous nous attendre à partir de ce mois de Mai 2011 ?

 

Pour tout le monde à la confrontation probable avec des évènements internes et externes majeurs, susceptibles d’ébranler plus ou moins profondément notre mental et notre émotionnel. Ce qui se traduira pour beaucoup par l’exacerbation des blessures non résolues de l’ego et des failles qu’elles ouvrent dans le psychisme, avec pour conséquence des attitudes et des comportements relevant des énergies anciennes, celles qui ont prévalu jusqu’à présent comme nos manifestations egotiques préférées : colère, déni, dépression, sentiment d’injustice, victimisation, recherche d’une autorité protectrice, enfermement dans nos tours d’ivoire, etc.

 

Parallèlement, comme la Nature est bien faite, la phase qui a précédé celle-ci nous a permis également de relâcher bien des causes de ces manifestations, chacun étant servi en fonction de son histoire personnelle. Cela a pu prendre l’aspect de la libération de poids dans nos existences – un couple disharmonieux qui se sépare, un job pesant qu’on a enfin quitté, la disparition d’un personnage qui a lourdement pesé dans nos vies, un déménagement souhaité…

 

Seulement voilà, même si tous ces mécanismes d’allégement ne sont pas achevés, qu’il y aura encore, chacun à son rythme, une évolution possible vers la libération de tous les conditionnements qui nous ont bâti et ont renforcé l’Illusion du monde que l’on perçoit, l’heure est tout de même arrivée où il est plus que temps de faire un choix, LE Choix. Celui de savoir quel chemin à présent on va prendre dans la mesure où l’on est arrivé à la croisée.

 

Le monde va plus que changer, il va être bouleversé. Ca a déjà largement débuté et seuls ceux qui sont dans le déni de ce constat en préférant le confort du connu – donc l’illusion de contrôler la vie – et demeurent donc la proie de leurs conditionnements, ne s’en rendent pas encore compte. Le séisme de Fukushima et ses conséquences ont commencé à ébranler les plus ouverts de ceux qui dorment encore, mais si j’ose dire ce n’est encore rien. Avec ce qui va suivre, et qui aura beaucoup en commun avec ce que vit le Japon depuis le 11 Mars (la 9ème onde maya a débuté le 9), il ne sera plus possible de tergiverser, car tous seront concernés et beaucoup directement touchés. Je prends le pari que la radioactivité prendra pleinement place dans ce scénario et que nous serons bientôt en mesure de découvrir quel rôle elle jouera dans le processus global.

 

Les bouleversements extérieurs, parfois brutaux, seront aussi ceux de l’intérieur. Observez ce qui se passe sur la Terre et au sein des règnes vivants, et vous saurez ce qui arrive en vous. Dans les mois qui viennent, les collectifs humains vont voir s’effondrer progressivement le connu et devoir aborder l’inconnu, les gouvernants, n’en doutons pas pour la plupart, vont tenter alors de renforcer leur pouvoirs sur les peuples, ce qu’ils ont préparé depuis un certain temps déjà, y compris par les voies législatives liberticides qui se sont déjà mises en place loin des grandes voix médiatiques dans ce qu’on appelle néanmoins les démocraties.

 

Mai sera donc peut-être bien le début de la visibilité pour tous de ce processus. Et le choix alors, quel est-il ?  Eh bien comme toujours en cette dimension, il est duel. On peut subir ce qui vient quoi que l’on fasse à présent en victime impuissante se réfugiant dans les attitudes anciennes de désespoir, de peur ou de colère qui sont parmi les attributs majeurs de nos conditionnements. Ou l’on peut décider d’accueillir avec douceur ces bouleversements profonds et leurs conséquences comme LA véritable opportunité de laisser s’installer en nous, dans la simplicité qui est celle de l’accueil spontané, dans l’humilité et la sérénité, une vie que nous pouvons rendre extraordinaire pour peu que nous laissions enfin changer de lui-même le regard que nous lui portons.

 

Il n’y a pas de fatalité à vivre le drame. Ce qui est brutal est seulement ce quiest inattendu, ce que l’on a refusé de voir trop longtemps. La clé de sortie de ces temps falsifiés réside dans la nature du regard que l’on porte à toute chose. Apprenons à voir autrement ce qui par ignorance ou par adhésion aux mensonges inculqués nous faisait peur. Il n’y a pas de fatalité non plus au sentiment d’impuissance. Il n’y a de fatalité que dans l’avènement des grands cycles cosmiques, jamais dans leurs conséquences. Elles sont fonction de chacun. Comme il a été souvent dit, chacun ira où le porte sa Vibration.

 

Un tout nouvel être réside dans notre potentiel à le laisser naître en nous, en chacun de nous, sans exception. Si nous laissons passer le choix que nous avons à faire maintenant, dans le meilleur des cas nous nous exposons à de nouvelles souffrances jusqu’à comprendre et enfin intégrer notre liberté – ces désagréments ne sont plus notre apanage si nous le souhaitons. Dans le pire des cas, l’attachement à l’ancien, le refus de se mettre en question et la soumission à nos résistances de l’ego au changement, laissera passer cette opportunité unique en cette fin simultanée de plusieurs cycles d’accéder enfin à l’être véritable que nous sommes, via ce processus transcendantal que certains appellent un saut quantique et d’autres l’Ascension.

 

Le Passeur Urantia Gaïa

vu chez Jo http://noxmail.us/Syl20Jonathan/

Tag(s) : #Calendrier Maya

Partager cet article