Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Primakov : « Les USA ont posé un ultimatum à l'armée égyptienne »
Egypte : l'armée renverse le président Mohamed Morsi

Evgueni Primakov, ex-premier ministre de Russie, ministre des Affaires étrangères entre 1996 et 1999 et spécialiste reconnu de l'Extrême-Orient, a accordé une interview exclusive à La Voix de la Russie.

Je ne partage pas l'opinion répandue qu'au début du « printemps arabe » les dirigeants des Etats-Unis et d'autres hommes politiques occidentaux étaient en pleine euphorie à son sujet. C'est que le « printemps arabe » a entraîné le renversement de plusieurs régimes autoritaires soutenus par les Etats-Unis et leurs alliés. Pourtant la situation a commencé de chager suite au « printemps arabe ».

Cela a été particulièrement évident en Egypte où le pouvoir a été pris par les Frères musulmans. Cette organisation n'a pas été à l'origine des changements révolutionnaires. Mais, étant la force la mieux organisée, les Frères ont mis à leur profit la victoire sur le régime renversé.

Une fois au pouvoir, le nouveau président égyptien Morsi s'est mis à glisser vers l'abandon du caractère laïque de l'Etat. Ce glissement s'accompagnait d'une extension démesurée des fonctions présidentielles et s'ajoutait à une dégradation de la situation économique.

Qu'est-ce qui démontre l'immesité du mécontentement des Egyptiens ayant abouti à la démission du président ? Elle démontre que la profession par la majorité de la population égyptienne de l'islam ne signifie nullement l'accord à propos de l'islamisation de l'Etat.

A l'en juger d'après les informations des médias, les Etats-Unis tentent de contrôler la crise, mais ils ont concentré la quasi-totalité de leur pression sur une seule partie : sur l'armée. Les Américains lui ont menacé de suspendre leur assistance financière d'un montant annuel de 1,3 milliard de dollars en cas d'un coup d'Etat militaire.

Ces menaces ont été formulées juste au moment où l'armée a déclaré qu'elle ne combattrait pas contre le peuple et qu'elle réclamait un règlement pacifique de la situation. Les Américains ont posé un ultimatum à l'armée égyptienne au moment où beaucoup estiment que l'armée est l'unique force susceptible de prévenir l'effusion de sang.

Il est notoire que les Etats-Unis ont établi des contacts avec les Frères musulmans : cela a été évoqué par l'ex-secrétaire d'Etat Hillary Clinton.

Une question se pose : la position actuelle des Etats-Unis, vise-t-elle à soutenir les aspirations démocratiques des Egyptiens qui se traduisent pas une protestation massive contre les Frères musulmans ?

Je pense que non.

source

Tag(s) : #CONFLICTS DANS LE MONDE

Partager cet article